Refus du ministre Boubou Cissé de payer certains créanciers : Les fournisseurs victimes lancent un ultimatum de 45 jours

3

Une fois de plus, les fournisseurs et opérateurs économiques, qui se sont regroupés en association, ont donné la voix pour demander au Ministre de l’Economie et des Finances, Dr Boubou Cissé, de tout mettre en œuvre afin de régler définitivement leurs factures dans un délai de 45 jours à compter du lundi 31 octobre 2016. Ils ont, au cours d’une conférence de presse, présenté aux hommes de médias un Mémorandum des revendications qui s’articule autour de 7 points. C’était samedi 29 octobre 2016, à la Chambre de Commerce et d’Industrie du Mali (CCIM).

Selon les créanciers de l’association des fournisseurs et opérateurs économiques du Mali, après prescription de ce délai de 45 jours, ils procéderont à une marche populaire, accompagnés des parents, des amis, des collaborateurs et des connaissances pour réclamer le départ du ministre Boubou Cissé. Ce qui prouve à suffisance que le ministre Boubou doit faire énormément attention si toutefois, il veut conserver son fauteuil ministériel. En effet, il faut également noter que dans les revendications, ils ont expliqué, que concernant le retranchement de – 40%, ils avaient accepté cela sous la menace des autorités.

Le mémorandum  rédigé pour  la circonstance, s’articule autour des points suivants : «Nous ne serons plus d’accord pour le retranchement de -40%, dont nous avons accepté sous votre menace car aucune loi de finance au Mali ne définit cela ; Nous n’accepterons plus que le ministre Boubou change les critères fixés au départ dont une première vague a été réglée ; nous demandons au ministre de rester sur la base des termes de références fixés par le gouvernement et les partenaires financiers ; nous ne serons pas d’accord que le ministre modifie la liste de paiement : les projets et les EPA ; nous demandons au ministre de nous associer à la commission ; nous demandons au Ministre de mettre tout en œuvre afin de régler définitivement nos factures dans un délai de 45 jours à compter du lundi 31 octobre 2016 et enfin nous ne serons plus d’accord qu’on retranche les impôts sur nos factures, car c’est l’Etat qui doit nous payer d’autres frais supplémentaires pour le retard dû à ses commis».

D KEITA

PARTAGER

3 COMMENTAIRES

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here