Restauration du système Faguibine: Plus de 3 milliards F CFA pour ce faire

0

Le Programme des Nations unies pour l’environnement (Pnue), l’Union économique et monétaire ouest-africaine (Uémoa) et le ministère de l’Agriculture, ont signé le lundi 18 juillet 2011 à l’hôtel Salam,  une convention qui servira à restaurer la biodiversité et à redynamiser les activités agricoles dans le Système Faguibine, victime de changements climatiques.

Pour restaurer le Système Faguibine, l’Office créé en 2006 pour sa mise en valeur a bénéficié d’un nouveau financement grâce à un partenariat entre le Programme des Nations unies pour l’environnement (Pnue), la Commission de l’Uémoa et le ministère de l’Agriculture.

D’un montant de 3,038 milliards Fcfa pour une durée d’exécution de 4 ans, ce nouveau projet financé essentiellement par le Royaume de Norvège, le Pnue et le Programme alimentaire mondial, va contribuer à la restauration et la gestion durable du Système Faguibine qui est un complexe de zones humides très productives et riches en biodiversité.

Selon le ministre de l’Agriculture, Agatam Ag Alhassane, le Système Faguibine est un chapelet de lacs qui se déversent les uns dans les autres formant une immense étendue d’eau douce qui regorge d’importantes ressources halieutiques et dont les terres très fertiles se prêtent à une activité agro-pastorale prospère. Le projet aidera à doter l’OMVF d’outils de gestion et de prise de décision. La réhabilitation du Système Faguibine, a expliqué le ministre Agatam Ag Alhassane, permettra de sauver des marigots et les lacs de l’ensablement et contribuera au combat contre le changement climatique.
Le ministre a aussi rappelé que le Système Faguibine était jadis le grenier des régions du Nord et ravitaillait même des pays de la sous-région. Grâce au remplissage naturel des différents lacs, le système permet des activités agricoles. Les produits étaient acheminés vers le sud du pays et exportés vers les pays voisins. C’est cette image de prospérité d’antan que le gouvernement veut faire revivre.

Le président de la Commission de l’Uémoa, Soumaïla Cissé de relever que   La victoire du Système Faguibine sera une victoire sur la pauvreté, l’exode rural et même l’insécurité. L’appui de l’Uémoa servira à mener des actions concrètes en faveur des populations comme l’aménagement de pistes de désenclavement et de productions, la protection du seuil de Kamaïna, la stabilisation de la digue du lac Télé, la réalisation d’infrastructures d’adduction d’eau potable et d’hydraulique villageoise. Bien d’autres actions sont programmées : l’assainissement, les actions de fixation des dunes, la restauration des zones de pâturage et la promotion de l’aquaculture et de la pisciculture. Le président de la Commission de l’Uémoa a saisi l’opportunité qu’offrait la cérémonie de signature de la convention pour remercier les autorités maliennes pour les appuis et conseils qui lui ont permis de faire aboutir de grands chantiers en faveur de l’intégration sous-régionale.

Les documents ont été paraphés par le président de la Commission de l’Uémoa, Soumaïla Cissé, le ministre de l’Agriculture, Agatam Ag Alhassane et le représentant du Pnue, Mounkaïla Goumandakoye. C’était en présence du ministre de l’Economie et des Finances, Lassine Bouaré, du directeur général de l’OMVF, le contrôleur général de police Tidiane Kalil Ascofaré et de représentants des structures nationales et régionales.
Abdoul Karim Maïga

Commentaires via Facebook :

PARTAGER