Revue du portefeuille des projets/programmes financés par la BAD : Vers un plan d’amélioration de la performance des 17 projets pour un coût total de 250 milliards de FCFA

1
Le ministre de l'économie et des finances (m) a invité les coordinateurs de projets à une gestion rationnelle des ressources pour le bine de la population
Le ministre de l’économie et des finances (m) a invité les coordinateurs de projets à une gestion rationnelle des ressources pour le bine de la population

De nos jours, la BAD finance 17 projets et programmes dans notre pays pour un montant total de 250 milliards de FCFA dans divers domaines. Malheureusement, le niveau de décaissement est très bas : 21% au 31 mars 2015. La revue a dégagé un plan d’amélioration de la performance de ces projets pour lesquels le gouvernement, à travers le ministère de l’Economie et des finances, va mettre en place une Cellule de suivi de l’exécution.

 

Exercice périodique  conjoint pour procéder à une évaluation du portefeuille et  poser les problèmes rencontrés, cette revue a regroupé les responsables des agences et organes d’exécution de ces opérations ainsi que les experts de la BAD et du gouvernement. Le portefeuille de projets actifs de la BAD au 31 mars 2015 est constitué de 17 projets. Le montant total des approbations est de 305 613 millions d’UC soit environ 250 milliards de FCFA. Le taux de décaissement est de 21% réparti entre les différents secteurs d’activités : développement rural (62%) eau et assainissement (26,9%) gouvernance (8%) finance (1,4%) et énergie (1,2%).

Pour faire face à ce niveau très faible de mobilisation des ressources mises à la disposition de notre pays, la rencontre a élaboré un plan d’amélioration de performance afin de faire face aux difficultés soulevées. Parmi celles-ci, il y a l’appropriation des projets par les services publics, les délais longs pour la conclusion des contrats de travaux (14 mois) et de contrats de consultation (9 mois). Enfin, il y a la soumission en retard des rapports d’audit intervenant six mois après la clôture de l’exercice fiscal. La revue a sollicité une plus grande célérité dans le traitement des dossiers notamment au niveau de la Direction Générale des Marchés Publics (DGMP) et des structures de tutelle des différentes opérations.

Le ministre de l’Economie et des finances, Mamadou Igor Diarra, a souligné que cette revue intervient dans un contexte particulier de réconciliation avec l’espoir de la signature de l’accord d’Alger le 15 mai prochain. Il a rappelé aux responsables des opérations qu’un accent particulier doit être mis sur les performances des projets d’autant plus que cette rencontre se tient à la fin du programme pays. “ Au Mali de 2015, tout est prioritaire ” a t-il déclaré. Il a engagé les coordinateurs des projets  à une gestion rationnelle des ressources pour le grand bonheur de la population malienne. Il a annoncé la création prochaine d’une Cellule de suivi des phases importantes d’exécution de ces projets auprès du département de l’Economie et des finances. Cette Cellule informera à temps réel le gouvernement sur l’évolution de projets et des mesures incitatives seront édictées aux équipes techniques pour accélérer la performance de ces opérations.

Youssouf  CAMARA

 

PARTAGER

1 commentaire

  1. Un menteur reste un menteur , heureusement pour nous les maliens le départ du plus grand menteur est sollicité il s’appelle IGOR

Comments are closed.