Saisies par la DNCC au cours de ses opérations de contrôle dans les centres d’emplissage de Bamako : 242 bouteilles de 6 kg de gaz domestique remises hier à la société Ceregaz

0
Gaz- Seregaz
Le DG Modibo Keita et ses agents aux côtés du lot de bouteille remis à Ceregaz

C’est le Directeur national du commerce et de la concurrence, Modibo Kéïta, en présence des représentants des services concernés par le gaz, qui a remis hier à la société Ceregaz, représentée par Bassom Abdoulaye, les 242 bouteilles que son service avait saisies dans les différents centres d’emplissage de Bamako. C’était au cours d’une série de contrôles inopinés entrant dans le cadre du suivi de l’arrêté n°07-025-P-RM du 18 juillet 2007 portant organisation de la concurrence au Mali. Lequel texte, dans le souci de lutter contre la désorganisation, la concurrence déloyale et dans le but de responsabiliser les sociétés par rapport à la sécurité de leur bouteille, interdit formellement l’emplissage des bouteilles de gaz d’une société par une autre.

 

Conformément l’une de ses missions principales qui est de veiller à la mise en œuvre des éléments de la politique nationale en matière de commerce, de concurrence et de protection des consommateurs, la DNCC s’attele depuis un certain temps au suivi rigoureux de l’arrête portant organisation de la concurrence au Mali, principalement dans le secteur du gaz objet de beaucoup de controverse. En effet, les textes régissant le secteur imposent l’interdiction pour un centre d’emplissage d’une société de remplir les bouteilles d’une autre.

 

 

Pendant longtemps, les sociétés ont fait fi de cette pratique contre laquelle certaines sociétés se plaignent. Ainsi, depuis un certain temps, la DNCC a décidé d’appliquer cette règlementation. Selon le chef de la division concurrence et réglementation de la DNCC, Dramane Ba, la mise en œuvre de l’arrêté ci-dessus cité permet de lutter contre la désorganisation du marché et la concurrence déloyale. Car, chaque société acquiert ses bouteilles pour écouler ses propres produits et non ceux de ses concurrents. Et pourtant les textes imposent certaines conditions à toute société évoluant dans le gaz notamment de disposer d’un parc propre de 10 000 bouteilles et s’engager à importer 5000 autres par an.

 

 

Peu sont les sociétés de gaz parmi les neuf en activité à remplir ces conditions, et en violation de la loi, elles-ci se permettent de remplir les unes les bouteilles des autres. Au cours de ses dernières sorties de terrain, la DNCC a pu saisir dans différents centres d’emplissage 242 bouteilles de couleur verte étiquetées Ceregaz. Or, cette société a son centre d’emplissage à Kayes. Certes, elle peut exercer partout en territoire malien, mais ses bouteilles ne peuvent être emplies par une autre société concurrente même avec son aval.

Les 242 bouteilles de Ceregaz saisies et objet de la présente cérémonie étaient parquées dans la cour de la DNCC. Elles ont été remises en présence des représentants de la Direction nationale de l’énergie et de l’AMADER. Avant de se voir octroyer les bouteilles, Ceregaz a fourni des documents attestant sons existence juridique et les documents d’importation desdites bouteilles. C’es au terme de ces dispositions administratives que les dispositions techniques ont été prises pour la remise.

 

 

Le directeur national du commerce et de la concurrence, Modibo Kéïta a été catégorique en s’adressant au représentant de la société Ceregaz. Il lui a notifié que les bouteilles en question doivent être acheminées à Kayes où se trouve leur centre d’emplissage. ” Mais si jamais on retrouve ces bouteilles dans les centres d’emplissage d’autres sociétés à Bamako, nous allons sévir ” a averti Modibo Kéïta.

 

Il faut signaler qu’en plus de celles de Ceregaz, plus de 1000 autres bouteilles étrangères, c’est-à-dire n’appartenant à aucune société malienne, ont été saisies. Ce lot a fait l’objet d’une ordonnance de saisie définitive délivrée par le procureur de la commune II ou réside la DNCC. Une commission a été mise en place pour réfléchir sur le sort de ces bouteilles.

 

Youssouf CAMARA

PARTAGER