Santé et Sécurité au travail : Morila-sa a enregistré 1.500.000 heures sans accident avec arrêt de travail

0
3

La santé, la sécurité et l’hygiène au travail constituent des valeurs fondamentales de la mine d’or Morila-SA. Après 1 500 000 heures  de travail sans accident ayant provoqué l’arrestation du travail, l’administration de la mine, ses  travailleurs  et les communautés se sont réjouis de cette performance exceptionnelle. L’événement a été fêté  le  jeudi 23 février 2012 au Club de Sanso.

Nous sommes le jeudi 23 février 2012, le Club de Sanso est archicomble des travailleurs de la mine, des populations de Sanso, des élus locaux venus de Sanso, Domba, Wola et des hommes de medias. Comme à l’accoutumée, la mine d’or Morila-SA a célébré cette année le succès de sa performance en matière de sécurité au travail avec un éclat particulier en raison de ce résultat exceptionnel dans le secteur minier au monde.

Au-delà des activités festives, la rencontre du jeudi passé qui réunit  les services administratifs, politiques, économiques et sociaux de l’Etat, a été l’occasion  pour  les bénéficiaires de l’exploitation aurifère de Morila  de s’informer sur les valeurs essentielles de cette société, puis sur son apport à l’économie nationale et locale.
Pour ce qui concerne les travailleurs, le représentant du personnel, M. Adoulaye Kanté  ainsi que le représentant du Comité d’Hygiène, de Sécurité et des Conditions du Travail (CHSCT) , M. Sirantji Bagayoko ont levé toutes  équivoques relatives aux conditions de travail des employés de la mine. Aux dires de ceux-ci, les employés de la mine ont pris conscience de leur devoir de servir loyalement et avec conscience professionnelle l’entreprise dont le premier souci est le bien être de ses travailleurs. Ce qui justifie ces 1 500 000 heures sans accident avec arrêt de travail. De ce fait, les travailleurs ont pris l’engagement de  porter le drapeau plus haut l’année prochaine afin de fêter  deux millions cinq cent mille (2 500 000) heures sans accident avec arrêt de travail.

Ces déclarations des travailleurs ont été appuyées par le représentant du directeur régional de l’Institut de Prévoyance Sociale (INPS) de Sikasso, M. Ascofaré,  qui, dans son intervention reconnaîtra tout le mérite de Morila-sa en matière de santé et de sécurité au travail.   A cet effet, il a exhorté cette dernière à partager son expérience avec les autres entreprises minières  à l’intérieur de la région de Sikasso voire même au Mali. Le représentant de l’INPS, d’ajouter que le travail  nous offre épanouissement et bien être, mais son exercice dans certaines  conditions peut briser l’espoir d’une famille ou même d’une communauté.

Par ailleurs, les représentants des maires de Sanso, et Domba, respectivement M. Yacouba Koné, 2ème adjoint et Oudi Mariko, 1er adjoint, ont mis en exergue l’apport inestimable de l’opérateur minier Morila-Sa dans le développement économique, social et culturel des communes riveraines de la mine.  En effet, Morila-Sa occupe une place de choix dans le développement global de ces communautés qui vivaient dans les conditions précaires avant l’exploitation de la mine.
Ces propos des maires se sont avérés avec  la présentation du résultat décennal de la mine  par son directeur  M. Adama KONE, qui a affirmé que  de 2000 à 2011, Morila-Sa  a produit 6 000 000 d’onces soit 186 tonnes d’or.

Ce résultat a permis à l’entreprise d’injecter dans l’économie nationale, la somme de : Sept cent quarante un milliards zéro soixante millions de nos francs, (741, 06 milliards de FCFA) repartis en redevances, taxes et impôts, dividendes, rémunérations des employés, infrastructures et investissements sociaux, contributions de prévoyance sociale, enfin paiement des entreprises maliennes.

Pour ce qui concerne les collectivités territoriales, la somme de  trois milliards cinq cent soixante millions trois cent quatre vingt quatre mille huit cent quinze  de francs CFA  ( 3 560 384 815FCFA) dont les 60% soit deux milliards cent trente six millions deux cent trente mille huit cent quatre vingt neuf mille francs CFA (2 136 230 889FCFA) à la commune rurale de Sanso ; ensuite huit cent quatre vingt dix millions zéro quatre vingt seize mille deux cent quatre francs CFA ( 890 096 204FCFA) au Conseil de Cercle de Bougouni, enfin cinq cent trente quatre millions zéro cinquante sept mille sept cent vingt deux francs CFA (534 057 722FCFA) à l’Assemblée Régionale de Sikasso.
A titre de contribution au développement communautaire dans les domaines de la santé, de l’éducation, de l’agriculture, de l’art, de la culture, du sport et des projets divers, une somme d’un milliard huit cent cinquante un millions  huit cent quatre vingt quatorze mille cent huit francs CFA
(1 851 894 108FCFA) a été utilisée.

Afin de joindre l’utile à l’agréable, les travailleurs de Morila-Sa ont présenté un sketch sur la lutte contre le paludisme à travers la pulvérisation des domiciles. Dans ce jeu, nous avons compris que dans le cadre de l’assainissement et de l’amélioration du cadre de vie des populations riveraines, la mine à mis en place « une équipe de soldats » contre les moustiques. Cependant, malgré la bonne volonté et les efforts déployés pour sauver les vies des foyers, certaines personnes, notamment les femmes, s’opposent aux opérations de pulvérisation dans leurs domiciles. Mais, inlassablement avec le concours des chefs de familles, la pulvérisation des domiciles reste le meilleur moyen de prévention du paludisme et celle-ci continue à être effectuée à Sanso.
A Morila la recherche de richesse rime bien avec celle du bien être des citoyens.

Seydou  KONE

NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.