Six mois après la signature de la convention pour les réalisations des logements des coopératives des mines : Le prêt de 4 milliards FCFA promis par ECOBANK se fait toujours attendre

1

Six mois après la signature de la convention tripartite entre la coopérative d’habitat des mines, ECOBANK Mali et l’entreprise ECMK pour la construction des logements sociaux pour les membres de cette coopérative, les choses ne semblent pas bouger. Et pour cause le prêt de 4 milliards promis par la banque panafricaine  se fait toujours attendre.

La directrice générale Mme Doye Bintou Touré et le président de la coopérative d'habitat des mines Alphonse Koné lors de la signature.
La directrice générale Mme Doye Bintou Touré et le président de la coopérative d’habitat des mines Alphonse Koné lors de la signature.

c’est l’hôtel Radisson Blu de Bamako qui a servi de cadre à cette signature de convention entre les premiers responsables de ECOBANK-Mali, le Directeur général Mme N’Doye  Binta Touré, le président de la coopérative d’habitat des mines Alphonse Koné et le Directeur de l’entreprise de Construction Moussa Kéïta (ECMK)du nom de son propriétaire Moussa Kéïta. C’était sous la présidence du chef de Cabinet du ministère des Mines.

A travers cette convention de partenariat,  il s’agissait surtout pour ECOBANK-Mali d’octroyer des prêts immobiliers aux adhérents des coopératives d’habitat des mines éligibles à leur financement de crédit pour la réalisation des logements sociaux de type F3 et F4 par l’entreprise ECMK sur le site des coopératives à Sébénicoro.

Juste après la signature de cette  convention il a été procédé à la pose de la première.   A cet égard, les travaux devraient prendre 9 mois. Cependant, six mois après la pose de la  première  pierre les travaux sont arrêtés faute du financement promis par ECOBANK-Mali. C’est pourquoi l’inquiétude commence à gagner  les membres de ces coopératives.

Cela fait plusieurs mois que nous sommes inquiets car juste après la signature de la convention la banque nous avait promis que tout allait rentrer dans l’ordre et qu’elle allait transférer le montant dans le compte de l’entreprise qui doit exécuter les travaux. Il a fallu qu’on fasse le pied de grue devant cette institution financière pour qu’elle nous délivre une correspondance en date du 7 février dans laquelle, elle dit ne plus être en mesure de faire le décaissement. Cela compte tenu  de la conjoncture liée à la situation sociopolitique du pays d’une part et d’autre part des contraintes d’exploitation “ a regretté Alphonse Koné.  Toujours du côté des coopératives on se dit un peu surpris de cette missive d’autant plus que  la convention a été signée en période de crise et la banque avait  donné l’assurance en son temps qu’elle allait   exécuter sa part de contrat. Il se trouve également que les nombreuses correspondances adressées par la coopérative pour avoir plus d’explication de la part du directeur général sont restées sans suite.

Nous pensons qu’il y a un autre motif sinon on ne peut tout expliquer par la crise. D’autant plus que tous les adhérents de notre coopérative ont leur compte logé à ECOBANK également, le prêt est même garanti par la BCEAO-Mali. Donc il faut que la banque nosu donne des explications plus poussées  ” a souligné un autre responsable de la coopérative d’habitat des mines. Il se trouve également que des prélèvements afférents aux conditions d’octroi du prêt ont  déjà commencé sur certains comptes. En tout cas du côté des adhérents on ne sait plus à quel saint se vouer et l’espoir d’avoir un logement cède la place à la désillusion.  Car   lors de la signature de convention le Directeur général de ECOBANK-Mali disait  : ” À travers le financement de l’enveloppe globale d’environ 4 milliards FCFA, notre banque participe à la matérialisation du rêve des adhérents de cette coopérative“.

Il faut souligner que les 388 adhérents de la coopérative d’habitat des mines, viennent de  diverses structures comme la direction nationale de la géologie et des mines,   de la mine de Syama, de Loulo, de Morila, de Wassoulor.

Kassoum THERA

PARTAGER

1 commentaire

  1. ‘ … Cela compte tenu de la conjoncture liée à la situation sociopolitique du pays d’une part et d’autre part des contraintes d’exploitation « a regretté Alphonse Koné. Toujours du côté des coopératives on se dit un peu surpris de cette missive d’autant plus que la convention a été signée en période de crise et la banque avait donné l’assurance en son temps qu’elle allait exécuter sa part de contrat. Il se trouve également que les nombreuses correspondances adressées par la coopérative pour avoir plus d’explication de la part du directeur général sont restées sans suite.

    « Nous pensons qu’il y a un autre motif sinon on ne peut tout expliquer par la crise…’ /// … : Elle a bon dos la crise, au Mali. Cette crise explique toutes les tares en ce moment au Mali…!

Comments are closed.