Conseil de cabinet à la Primature : Le processus d’une 4è licence de téléphonie mobile lancé

4

Le Premier ministre Modibo Kéïta a présidé, hier à la Primature, le traditionnel Conseil de cabinet, en présence de plusieurs membres du gouvernement. L’examen de deux points était à l’ordre du jour de la session. Le premier dossier soumis au Conseil de cabinet a été introduit par le ministère de l’Agriculture et portait sur les orientations stratégiques pour une nouvelle politique de dynamisation de la filière coton.

Le deuxième texte examiné par la session a été présenté par le ministère de l’Économie numérique et de la Communication et était relatif à la 4è licence de téléphonie au Mali. À l’issue du Conseil de cabinet, le ministre de l’Économie numérique et de la Communication, Porte-parole du gouvernement, Me Mountaga Tall a, concernant le premier dossier de la réunion, rappelé que la filière coton est un des piliers de notre économie qui intervient, à peu près à hauteur de 15% dans le produit intérieur brut (PIB) de notre pays. Toujours aux dires du ministre, la filière coton, c’est aussi 4 millions de personnes dont les revenus peuvent être substantiellement accrus et qui peuvent bénéficier d’un mieux être, d’un bien être par rapport à la Compagnie malienne pour le développement du textile(CMDT).

Mais cette filière, dans les années 90, a connu des difficultés assez sérieuses, difficultés qui se sont manifestées par une stagnation des rendements, par une faiblesse des cours mondiaux et aussi par une grande baisse de la compétitivité de la filière cotonnière elle même, a tempéré le Porte –parole du gouvernement. Toujours selon Me Mountaga Tall, il fallait réagir et c’est dans ce cadre que l’État a mis en place la Mission de restructuration du secteur du coton. Celle-ci, a-t-il poursuivi, avait pour missions de réfléchir, de travailler sur les voies et moyens pour redonner à la filière toute sa vigueur et de permettre de reprendre toute sa place dans l’économie nationale. « Cette Mission avait conçu un schéma de privatisation qui, malheureusement, a échoué, mais le gouvernement, pour autant, a poursuivi ses efforts et aujourd’hui il est attendu de la CMDT une production annuelle de coton de 650 000 tonnes.

Ce qui permet au Mali de prendre une place privilégiée en Afrique », a détaillé le ministre de l’Économie numérique et de la Communication. Selon le ministre Tall, ces efforts du gouvernement doivent se poursuivre et doivent s’amplifier. C’est dans ce cadre que le ministère de l’Agriculture a soumis une nouvelle politique de dynamisation du secteur du coton axée sur trois points principaux, a-t-il précisé. Toujours selon le Porte-parole du gouvernement, le premier point porte sur un schéma de privatisation; le second sur un système industriel de transformation du coton, et enfin, il s’agit de redéfinir un certain nombre de missions pour la CMDT.

« Le ministère de l’Agriculture a eu l’approbation du Conseil de cabinet pour approfondir et mettre en application ces trois schémas afin de permettre à la CMDT de reprendre toute sa place aussi bien dans l’économie de notre pays que dans son rôle social et dans son rôle de développement », a souligné Me Mountaga Tall. Pour le deuxième dossier, le ministère de l’Économie numérique a souhaité qu’il soit autorisé à entamer le processus de lancement d’une 4è licence, a expliqué le Porte-parole du gouvernement. Et Me Mountaga Tall de rappeler qu’au Mali, aujourd’hui, nous avons deux opérateurs téléphoniques (Sotelma-Malitel et Orange-Mali) qui sont effectivement sur le marché, le troisième opérateur Atel-SA n’ayant pas encore commencé à opérer. « Cette situation de duopole ne favorise pas le développement des télécommunications dans notre pays et le ministère de l’Économie numérique et de la Communication a eu l’autorisation de lancer le processus d’une 4è licence de téléphonie au Mali », a conclu le ministre Tall.

M. SIDIBE

PARTAGER

4 COMMENTAIRES

  1. Mais tu es idiot, le peuple demande d’en crée au tant que possible pour rendre le prix plus bat. On s’en fiche du “e qui n’a pas encore commencé. Mème si nous avons 10 c’est bon. Bravo au Ministre qui se souci du bas peuple. Foulake et Herman n’ont rien dans la tête. vous faites honte aux internautes. Nous défendons le peuple et non la prostitution à des intérêts politiques.
    Merci Me Mountaga Tall et chapo à vous. on en veut encore

  2. Du n’importe quoi le 3 ème opérateur ne travail pas d’abord et vous voulez donner une 4 ème licence , quelle bêtise, on aura tout vu dans ce pays, Mountaga voilà un homme qui avait ma confiance mais je ne sais quoi dire encore…………

  3. Quelle manque de responsabilité? Vous parlez d’une quatrième licence alors que qu’il n’existe que 2 opérateurs téléphoniques actuellement. Prenez votre responsabilité et réglez une fois pour toute le problème de 3è licence et qu’elle soit opérationnelle avant la quatrième.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here