Développement du Numérique en Large Bande / Le Mali s’outille pour passer au 4G

0

L’hôtel Radisson Blu a abrité hier jeudi 24 mars 2016, la cérémonie de lancement de l’étude sur la stratégie de mise en œuvre du Large Bande au Mali sous la présidence du représentant du ministre de l’Economie Numérique de l’Information et de la Communication, Cheick Oumar Maïga.  C’était en présence du Directeur Général par intérim de l’Autorité Malienne de Régulation des Télécommunications TIC et Postes (AMRTP) Abdel Kader Koité et de plusieurs personnalités.

Selon Abdel Kader Koité, directeur général par intérim de l’AMRTP, cet atelier s’inscrit dans le cadre de la stratégie nationale de développement  de l’économie numérique intitulée « Plan Mali Numérique 2020 » adoptée par le gouvernement en octobre 2015.

Dans cette dynamique, le représentant du ministre de l’Economie Numérique, de l’Information et de la Communication Cheick Oumar Maïga  expliquera que l’étude sur la stratégie de mise en œuvre du large bande au Mali pose les jalons du premier axe stratégique national de développement de l’économie numérique intitulée « Plan Mali Numérique 2020 ». Un axe stratégique qui, dit-il, consacre la généralisation de l’accès aux réseaux et services numériques sur toute l’étendue du territoire national.

Selon lui, en fin 2015, l’environnement du secteur des télécommunications, des technologies de l’information et de la communication se caractérisait entre autres par un marché animé par deux (2) opérateurs titulaires de licence global et 3 fournisseurs d’accès internet , avec un chiffre d’affaires total de 478 milliards Francs CFA et un effectif total du personnel des opérateurs  qui était de 1140 agents.

A l’en croire, au terme de l’étude, le gouvernement disposera entre autres d’un état des lieux exhaustif de la situation générale du secteur et plus particulièrement des services large bande et de la technologie 3G au Mali, des lignes directives sur l’interconnexion des réseaux 4G avec les réseaux existants (2G et 3G)

«L’atelier qui s’ouvre se veut un cadre de concertation et d’échanges entre les acteurs du secteur des télécommunications et les autres acteurs des secteurs de développement  économique qui sont l’éducation, la  santé, l’énergie, l’agriculture entre autres », a-t-il déclaré. Avant d’ajouter que le développement des TIC a permis l’émergence de beaucoup de pays qui ont compris qu’elles constituent un secteur stratégique  de développement .

Fatoumata Fofana

PARTAGER