Rebondissements dans la 3e licence de téléphonie : Cessé Komé montre patte blanche

1

Le conflit d’intérêt entre les deux actionnaires du même groupement qui sont devenus des ennemis par la force des choses à travers l’attribution de la 3e licence bat son plein. Suite à notre article sur les raisons de sa mise à l’écart du marché au profit de son partenaire de Planor Afrique-SA, Cessé Komé se dit blanc comme neige.

KomeL’opérateur économique Cessé Komé, écarté de la course pour l’octroi de la 3e licence de téléphonie globale pour “non respect du cahier des charges lié au refus de signature de l’offre technique et financière”, soutient le contraire.

L’affaire de la 3e licence de téléphonie globale d’un montant de 55 milliards de F CFA se poursuit comme un feuilleton. Alors qu’un document confidentiel dont nous avons livré le contenu dans notre parution de mardi mentionne que notre compatriote ne doit s’en prendre qu’à lui-même pour n’avoir pas été en mesure de libérer les 22 milliards de F CFA correspondant à sa quote-part de 40 % et signé le cahier de charges, l’intéressé prend le contre-pied de tout le rapport.

 

Il soutient qu’il a été injustement écarté au profit de Planor Afrique-SA d’Apollinaire Compaoré (celui-ci détenait au départ 60 % du capital) pour des intérêts particuliers. Pour preuve, selon lui, les règles du jeu définies dans le cahier de charges ont été modifiées pour la cause. Il réfute la thèse de sa défaillance qui aurait provoqué l’adjudication de la licence à son partenaire qu’il a, selon lui, amené au Mali pour qu’ils soumissionnent dans le cadre d’un groupement.

 

“Nul ne peut montrer la preuve de ma défaillance et surtout mon refus de signer les offres techniques et financières”, précise-t-il. Pour prouver sa bonne foi, une copie de la lettre de la BID en date du 19 décembre 2012 est jointe au document. Cette banque saisie par M. Komé montre son intérêt pour le projet de 3e licence. Il explique avoir transmis ses offres technique et financière le 7 août 2012 dans lesquelles il manifeste son engagement et sa disponibilité à satisfaire et à respecter les obligations mises à sa charge et rappelées dans le cahier des charges.

 

Document à l’appui, M. Komé explique que l’offre initiale a été annulée par le ministre de la Communication et des Nouvelles technologies au moment où mandat avait été donné à M. Compaoré de faire des démarches de levées des fonds au nom du groupement auprès de la BOAD et que la nouvelle procédure a été mise en branle dans le dessein de l’éliminer de la course. Il dit mal comprendre comment Palnor Afrique-SA d’Apollinaire Compaoré avec lequel il formait le groupement du nom de “Planor Afrique Cessé Komé” peut être retenu seul et le laisser en rade ?

 

L’intérêt du Vérificateur général pour ce dossier et la détermination des deux parties à avoir gain de cause prouvent que le combat est loin d’être terminé. L’Etat a déjà empoché les 33 milliards de F CFA de Planor Afrique-SA qui a pris le nom commercial d’Alpha télécommunication Mali-SA (Atel-SA). Celle-ci s’apprête à mobiliser les 22 milliards de F CFA restants.

Une guerre d’éléphants en perspective.

Abdrahamane DICKO (source ” Les Echos)

 

PARTAGER

1 commentaire

Comments are closed.