Dakar-Bamako/Ferroviaire : Forts soupçons sur la gestion financière de la direction

3

Jadis considérée comme un fleuron, Transrail-SA, actuelle société Dakar-Bamako/Ferroviaire traverse une grave crise. La mauvaise gestion de l’actuelle direction, sous la houlette de Djibril Nama Kéita, est pointée du doigt.

 Ce n’est pas la pluie et le beau temps aujourd’hui à la société Dakar-Bamako/Ferroviaire. Elle qui avait dans un passé récent reçu à faire partir l’ancienne pensionnaire Transrail de Thierry Martinetti.

Depuis la date de départ de l’ancienne équipe le 5 mars 2016, c’est le sauve-qui-peut. La nouvelle équipe n’est pas arrivée à acheter de nouvelles machines encore moins des pièces de recharge comme elle l’avait promis au moment où elle prenait les rênes de l’entreprise.

Aujourd’hui, quinze mois après, rien n’a changé. Pis, la situation s’est aggravée. L’Autorail ne siffle plus au grand désarroi des habitants de la première région. Seules les machines n°7 et 4 fonctionnent. Elles assurent le transport des marchandises. C’est dire que les conditions de travail des cheminots n’ont jamais connu une telle dégradation.

Leurs salaires peuvent connaître souvent des retard de plus de dix jours. Et pourtant malgré cette situation de tohu-bohu, l’Etat malien, à travers le ministère des Transports, semble mettre le paquet pour relancer les rails. La preuve, il aurait débloqué la faramineuse somme de 7 milliards 700 millions de F CFA pour l’amélioration des conditions de travail des cheminots en régularisant leurs salaires et en achetant le matériel manquant. Hélas ! Aucune trace sur la gestion de ses sous. D’aucuns parlent d’une gestion pas saine qui aurait été faite par le directeur de la société, Djibril Nama Kéita.

 

La grogne des Kayésiens

Depuis quelques mois, les ressortissants de Kayes décolèrent plus. Regroupés en Collectif “Sauvons les rails”, composé majoritairement des jeunes, ils mènent un combat de Titan afin que le train Autorail puisse être sur les rails. Ces jeunes, des centaines de personnes, principalement composées de populations riveraines du réseau ferroviaire pensent que leurs  localités n’ont pas bénéficié de routes qui les relient aux grandes villes, le train reste le seul moyen de transport et source de revenu pour eux.

Kayes reste la dernière des régions en matière de développement, nous confie Diango Sissoko, un ressortissant de la région. “Mais, continue-t-il, nous n’avons jamais pris les armes pour revendiquer quoique ce soit. Et cela malgré les zones aurifères dont nous regorgeons, nous n’avons pas de route digne de ce nom.

Le Collectif tire la sonnette d’alarme et exige la reprise du train Autorail malgré tout. Cette absence du train est en train de créer une révolte du côté de la Capitale des Rails. Le train, a-t-on coutume de dire, est, pour les Kayésiens, une référence. Ils ne peuvent pas imaginer un Kayes sans train. En plus, l’accès à certaines localités de la région est quasi impossible sans le train. Les transports en commun ont juste peur de l’état dégradé de la route et du coup ils évitent ces localités.

Ayant constaté tous ces faits, le Collectif “Sauvons les rails” est rentré dans le jeu encore. Cette fois-ci, il n’entend pas s’arrêter aux revendications. Ses membres ont agi en empêchant le train marchandises de relier Bamako en provenance de Kayes via Mahina. Cela est intervenu après un premier ultimatum le 30 avril 2017. C’est la raison de ce duel aujourd’hui entre le Collectif et les responsables des rails. Ces derniers ne semblent pas mesurer l’ampleur de la situation.

Il est vrai aussi, selon un ancien cheminot, que l’Autorail ne marche pas à cause du comportement peu orthodoxe de certains cheminots. Ils se sont enrichis sur le dos du contribuable malien. Certains étaient organisés en bande pour faire voyager des passagers clandestinement. Appelés “douga”, ces passagers payaient moins que prévus mais au bénéfice de certaines personnes. Pour le même cheminot, tout cela a aidé la société à s’appauvrir.

On peut encore sauver le chemin de fer, mais il va falloir que certaines pratiques cessent. Comment comprendre que Djibril Nama occupe le poste de DGA et en même temps le poste de directeur financier.

Nous y reviendrons…

Abdourahmane Doucouré

 

PARTAGER

3 COMMENTAIRES

  1. Les chemins de fer (le Dakar-Niger) bienqu’étant le fruit de travaux forcés, (tout comme le barrage de Marakala) est un grand présent gracieusement offert à notre peuple par le colon.A cause du symbole même qui entoure la régie, cette société devrait attirer toute l’attention des travailleurs maliens d’abord.Mais hélas!Ce qui arrive à la régie est le résultat du comportement des agents eux-mêmes en chef vis à vis du bien public.Même demain si l’Etat mettait encore de l’argent à cette entreprise, tant que les comportements ne changent pas, ça sera comme un coup d’épée dans l’eau et la société n’ira nullepart!

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here