Direction des Aéroports du Mali : La directrice Aya Diallo échappe au lynchage

0
0

Comme nous vous l’annoncions dans notre précédente édition, les Aéroports du Mali sont gérés comme une famille. Nous avions décrié cette situation, mais les pouvoirs publics ont fait la sourde oreille. Et ce que nous craignions a bien fini par arriver. En effet, exaspéré par leur traitement inhumain, le personnel féminin a décidé de prendre le taureau par les cormes d’abord le 06 décembre et ensuite mardi dernier. Leur stratégie a consisté à prendre en otage la directrice, madame Thiam Aya Diallo. C’est le ministre Ahmed Diane Séméga qui est intervenu en personne pour extraire in extremis la dame de fer, qui avait essuyé la douche écossaise, des griffes des « lionnes surexcitées ». Mais Séméga a fait promesse pour obtenir sa libération. On reproche à la dame son opposition au point 13 de conciliation gouvernement-CNPM-UNTM.

Chaque jour qui passe amène son lot de malheurs et de malédictions dans la zone aéroportuaire. Bien servi par la directrice (cerise sur le gâteau), le Millenium Challenge Accunt sévit impunément en détruisant les réserves culturelles des paysans. C’est d’ailleurs pour masquer son forfait que MCA a fait une opération de charme, la semaine dernière, avec des publicités sur les réalisations bien relayés par des journaux respectables de la place. En réalité, MCA a détruit la vie des familles au Mali. C’est ça le nouveau code des investissements au Mali des Etats-Unis à savoir détruire pour se refaire une santé ?

Les Maliens se rappellent que, des champs entiers, en pleine floraison, ont été dévastés sur ordre de la Puissante Directrice, en l’occurrence, Madame Aya Diallo, l’épouse de l’ancien ministre des investissements et des petites et moyennes entreprises Ousmane Thiam. Ce dernier, en accord avec Nimaga, le richissime commerçant, avait ravagé des hectares qui devraient servir de Port sec, à leur entendement. Nous avons alerté les services techniques de la présidence de la République du Mali qui, après constat, ont conclu que le projet était opportuniste, inopportun et malhabile. Mieux, selon nos enquêtes, l’emplacement du Port sec se trouvait à Yirimadio. A l’époque, ATT a piqué une vive colère. Rendons à César ce qui appartient à César, le président de la République a bien travaillé dans cette affaire. Félicitations ATT !

Revenons à la direction des Aéroports du Mali où les femmes avaient pris d’assaut le bureau de la directrice ce 06 décembre. Séméga envoie un interlocuteur qui fut aussitôt éconduit. Des éléments des forces de l’ordre, envoyés en renfort, n’ont pu réagir puisque tout le groupe qui agissait pour le même motif, (la démission de Aya ou rien), était composé essentiellement de femmes. C’est ce qui a surpris les autorités. Même pas une femme pour la soutenir.

Dans cette chienlit généralisée, le ministre Séméga arrive en catastrophe, selon un témoin. Le ministre négociateur est empêché de rentrer dans le bureau, même aidé par des forces de l’ordre. « Je suis votre ministre. Laissez- moi m’exprimer au moins, écoutez- moi » aurait-il dit au groupe de femmes très amères. Il a fallu tenir une promesse écrite, celle de démettre la directrice que Aya a été livrée à Séméga qui s’est enfui avec son « trophée ou butin » in extremis.

Selon nos informations, le collectif des femmes, désabusées, a rencontré le Premier ministre avec la promesse de Séméga en main. Même objectif : la relève de celle qui constitue leur malheur au niveau des aéroports du Mali.

 

Issiaka Sidibé

 

 


NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.