INTERDICTION DES ENGINS A DEUX ROUES SUR LE PONT FAHD : La CCR passe à la phase répressive

0

L’interdiction des engins à deux roues sur le pont Fahd est entrée en application depuis deux semaines. Les agents de la Compagnie de circulation routière (CCR) chargées d’indiquer la voie aux usagers à l’entrée du pont, sont passés depuis hier à la phase répressive. Plus de 500 mobylettes ont été saisies et conduites au GMS à Ntomikorobougou.

La direction nationale des transports (DNT) et la CCR ont pris la décision de combattre l’indiscipline et l’incivisme dans la circulation routière. Le respect scrupuleux des panneaux de signalisation fait partie des nouvelles mesures en vigueur dans la circulation en vue de réduire le taux d’accident.

L’entrée du pont Fahd côté rive droite a été le théâtre hier d’une opération coup de poing contre les propriétaires d’engins à deux roues. Les policiers de la CCR ont procédé à la saisie sans ménagement de mobylettes et de bicyclettes qui montent par mégarde sur le pont. Aux environs de midi, plus de 500 motos étaient embarquées par les policiers dans leur camion à grue.

Selon le commandant de la CCR le commissaire principal Mohamed Kouréichi, que nous avons pu joindre par téléphone, cette opération est la phase répressive de l’interdiction faite aux deux roues d’emprunter l’axe principal du pont. L’opération explique-t-il, vise le respect du panneau de signalisation situé à l’entrée du pont sur la rive gauche et qui fait obligation aux engins à deux roues de passer par la corniche avant d’accéder à la voie cyclable. Cette opération était doublée du contrôle de vignette.

Les propriétaires des engins saisis et conduits à la fourrière au GMS doivent payer la contravention fixée en la matière par la DNT. Le montant varie de 1500 à 2000 F CFA.

Des contrevenants en colère jugeaient la mesure « inopportune et injuste ». Selon certains d’entre eux, « au lieu de s’en prendre aux pauvres usagers, les autorités chargées des transports et de la circulation routière doivent demander des comptes aux concepteurs du pont Fahd ». A les croire, tout le problème vient du fait que le pont est inadapté pour les motocyclistes. « Ceux qui viennent dans le  sens de la rive droite font un effort supplémentaire de détour jusqu’au côté de l’Ensup », explique un usager mécontent.

Selon un agent de la CCR, cette opération coup de poing va continuer pour décourager les indisciplinés. Mêmes ceux qui utilisent le téléphone au volant ou circulent dans des véhicules à vitres teintées ou non immatriculés, trouveront leur compte.

Abdrahamane Dicko

 

Répression à double vitesse

La CCR doit aussi prendre des mesures à son propre niveau pour que ce ne soit l’occasion pour certains de ses agents de rançonner des citoyens ou même de faire une application complaisante de la mesure.

Il nous a été donné de constater par exemple que les agents en uniforme qui commettaient la même infraction n’étaient pas pénalisés. Les agents de la CCR en faction leur demandaient tout simplement de passer par la corniche, sans autre forme de procès. Ce qui constitue apparemment, une répression à double vitesse puisque nul n’est au-dessous de la loi.

A.D.

PARTAGER