LES ACCIDENTS DE LA CIRCULATION : Un problème de santé publique et de développement

0

La sécurité routière doit être l’affaire de tous. Pour réduire les risques des accidents de la circulation, il faut des mesures appropriées: des lois sur les limitations de vitesse, sur la conduite sous l’emprise de l’alcool, sur l’utilisation des ceintures de sécurité et le port du casque. Pour chaque personne tuée, blessée ou rendue infirme par un accident de la circulation, les autres membres de la famille sont affectées parce que c’est une charge qui aggrave la pauvreté.
Cest derniers temps on a assisté à de graves accidents de la circulation à travers la ville de Bamako et à l’intérieur du pays. Pas plus tard que la semaine dernière, sur la route de Ségou, il s’est produit un accident a coûté la vie à 17 personnes avec une cinquantaine blessés; sur la route de Sikasso, avant-hier, un autre accident a fait six morts, tandis que ans la ville de Bamako, la semaine dernière, une voiture Golf a plongé dans le fleuve, causant la mort de deux de ses quatre occupants.

Le rôle du secteur de la santé publique.
Le secteur de la santé est l’un des nombreux acteurs participant à la sécurité routière, notamment en recueillant systématiquement des données par le biais de la surveillance, des enquêtes et des recherche sur les causes d’accident de la circulation et des traumatismes.
Une amélioration de la prévention des accidents de la circulation est importante pour le secteur de la santé publique car elle se traduira par une diminution des hospitalisations et une réduction de la gravité des traumatismes.

Par ailleurs, si davantage de gens adoptent des modes de vie plus sains en se déplaçant à pied ou à vélo, cela apportera un progrès important sur le plan sanitaire.

Les accidents de la circulation sont évitables

Les accidents de la circulation sont prévisibles et peuvent être évités par la prévention. Car de nombreux pays ont déjà enregistré une réduction spectaculaire du nombre d’accidents et de blessés en prenant des mesures appropriées, en mettant en application des politiques de transport et d’aménagement du territoire visant à rendre les déplacements moins nombreux, plus courts et plus sûrs, en veillant à la qualité technique des véhicules, à la sécurité de leurs occupants ainsi que des piétons, des motocyclistes et des cyclistes.

Mariétou KONATÉ

PARTAGER