Ulias D. Goro Pdg de l’office du Niger : ‘’L’Office du Niger est un don du ciel pour le Mali…’’

5
Ulias  D. Goro Pdg de l’office du Niger
Ilias-Goro, PDG Office du Niger

Au terme de la visite du Premier ministre Moussa Mara, en zone Office du Niger, dans le cadre de la supervision de la campagne agricole dans la région de Ségou, le PDG de l’Office du Niger, Ilias Goro, nous livre ses impressions.  

 

‘’La délégation a eu à visiter l’ensemble des installations hydrauliques de l’office du Niger dans le cadre de la supervision de la campagne agricole 2014-2015. Je peux vous assurer qu’au niveau de la conférence des cadres, ici à Ségou, aussi bien que sur le terrain au niveau du barrage de Markala, les périmètres rizicoles au niveau de Ké Macina, Kolongo, de Molodo et de M’Bewani, ils ont été impressionnés par rapport à l’état d’avancement de la campagne agricole 2014-2015 pour laquelle les objectifs étaient de 110.927 ha. Nous sommes aujourd’hui, à la date du 31 aout 2014, à un taux de réalisation de 96,32% et, d’ici le 15 du mois prochain, on peut atteindre les 100%, sinon plus.

 

En plus du riz, dans le cadre de la diversification agricole, nous avons eu à mener des activités de pisciculture, de production de maïs, de sorgho et de mil; surtout le maïs, au niveau du complexe agro-industriel de Modibo Keita. Pour ce qui est de la pisciculture, nous pensons que c’est une activité pourvoyeuse d’emplois, de richesses, mais également d’amélioration de la nutrition des maliens. Suivant les instructions du Ministre du Développement rural, avec l’encloisonnement des étendues d’eau au niveau de Fala, au niveau des périmètres piscicoles, dans les étangs et les mares, l’Office du Niger ambitionne de produire 100 000 tonnes de poissons. Pour ce qui est de la riziculture, l’état des lieux nous renseigne sur la perspective que les productrices et les producteurs de l’Office du Niger vont mettre le nouveau riz sur le marché à compter du mois d’octobre. Nous avons fait des perspectives que nous avons partagées avec le Premier ministre, Chef du gouvernement et les ministres qui l’ont accompagné, nos ambitions d’augmenter et de développer les superficies, en rapport au contrat plan 2014-2018, avec l’agrandissement du canal de Macina, avec le recalibrage de Fala, de Boki Were et de Molodo, qui vont nous permettre de faire des extensions de superficies pour pouvoir atteindre les objectifs du contrat plan qui s’élève à 65 550 ha et également envisager les extensions pour ouvrir le troisième bief qui va porter sur 200 000 ha. Je pense que l’Office du Niger, avec le barrage de Markala, c’est un don du ciel pour le Mali et tout le Mali doit être jaloux pour le sécuriser, le sauvegarder pour les générations futures. »

 

 

Aliou BADARA DIARRA

PARTAGER

5 COMMENTAIRES

  1. Donation d'une somme de 150.000€
    J'ai choisi de vous faire don de cet argent d'une valeur totale de 150.000€ dans l'espoir que vous le dépenseriez pour des causes justes, honnêtes et charitables comme les Personnes malades; les personnes âgées; des centres d'aide aux orphelins Et aux sans abri etc. Si vous acceptez ses conditions, faite le moi Savoir afin que je vous mets en contact avec mon notaire pour faire de Vous mon légataire et universel bénéficiaire.Voici mon mail: elisabeth.ormond@outlook.fr

  2. L’Office du Niger est le don d’un Groupe de colonisateurs Francais qui voulaient reellement transformer l’Afrique parce qu’ils etaient des humanistes et des croyants.Ils avaient elabore un programme de construction de reseaux de chemin de fer interconnectes en AOF.l’Office du Niger devait nourrir toute l’Afrique de l’Ouest.En 1975,cette tendance humaniste a essaye encore a convaicre la grosse majorite des Europeens sur la justesse de transformer les ressources naturelles sur le Continent Africain.Ils ont perdu la bataille.Le dernier Pape a pose le probleme supporte par les Eveques et Cardinaux Africains.Il a ete traite de tous les noms.Non seulement l’agriculture
    irriguee,nous devons preserver tous les atouts economiques pour les generations futures.Bravo pour la culture intensive du mais,pour la pisculture,chose que nous n’avions pas entrevue.Decouvrez d’autres cultures riches,le tournesol,elevez des especes riches de poisson,la perche,les crevettes d’eau douce,etc par la RECHERCHE!

  3. Lilas goro l’office du Niger et le pont de markala ne sont pas des dons de dieu il y’a eu des milieux de vie humaines qui sont rester pour construire ses deux cité au temps colon donc un peut de respect pour les morts qui ont bien travaillé pour leurs constriction et notre génération on est même pas capable de bien entretenir ou bien exploiter sans la corruption llias il y’a chanson de siramory diabate qui dit que les gens d’avant n était pas des djinns ou des sorcier il ont travaillé seulement donc mettons nous a travaillé pour sortir le mali de la pauvreté

  4. Lilas goro l’office du Niger et le pont de marsala ne sont pas des dons de dieu il y’a eu des milieux de vie humaines qui sont rester pour construire ses deux cité au temps colon donc un peut de respect pour les morts qui ont bien travaillé pour leurs constriction et notre génération on est même pas capable de bien entretenir ou bien exploiter sans la corruption llias il y’a chanson de siramory diabate qui dit que les gens d’avant n était pas des djinns ou des sorcier il ont travaillé seulement donc mettons nous a travaillé pour sortir le mali de la pauvreté

  5. JE VOUS REMETS EN LIGNE MON ANALYSE DE FÉVRIER 2012 SUR LA SITUATION SOCIO POLITIQUE ET SÉCURITAIRE DU MALI.

    Plus de 2 ans après mes craintes se sont malheureusement avérées être fondées.

    **********

    La danse des masques:

    Ça y est, à un peu plus d’un mois des élections d’avril 2012 ce n’est plus la douleur du terrorisme et du banditisme que vit le septentrion malien, mais c’est carrément un pays divisé en deux.

    Des organisations terroristes et criminelles comme l’aqmi et autres Ançar Dine (le mnlaqmi ayant explosé depuis peu) ont reçu sans trop de mal (pour eux pas pour nous) à déloger l’armée malienne (qui n’est plus que l’ombre d’elle même après 20 ans de bouffecratie autorisée à des généraux vauriens) de Tessalit, Menaka, adaramboukane et bien d’autres localités des trois régions du nord.

    Ce n’est plus la perte des recettes touristiques, qui nous préoccupe, mais la perte tout court de nos trois régions du nord grâce au laxisme d’état avec en prime 200 000 maliens jetés sur le chemin de l’exil et montrant à la face du monde la détresse qui est la notre.

    Nous en tremblons déjà de frissons, à l’idée qu’on a plus d’armée pour y faire face sans l’aide américaine et autres pays amis alors que c’est minimum (100*20= 2000 milliards de francs Fcfa d’argent public qui ont été dépensés par nos généraux vauriens depuis 20 ans dans cette armée).

    Il y a de quoi se poser la question où est parti l’argent?
    Tous ces milliards pour le “repli stratégique”?
    C’est quand même impressionnant!!!

    Après la grande bouffe de l’argent du fonds mondial, sidéens, paludéens et tuberculeux sont laissés à leur triste sort car, comme disait Alpha Blondy “Wari Bana Guelèya bè bèkan”.
    Surtout “Wali Wari”, l’argent d’autrui, Oh my God! “Aramou do” pour reprendre l’expression d’un imam du quartier.

    L’école, quant à elle, cherche toujours sa voie, entre surenchères et irresponsabilités, avec un enseignement supérieur dans l’agonie. Moi, ça me donne la chaire de poule.

    La formation de qualité et l’emploi salarié sont, depuis belle lurette, un luxe de plus en plus inaccessible pour la jeunesse malienne.
    Il est loin le temps où les présidents Felix Houphouet Boigny et Oumar Bongo accueillaient à bras ouverts les instituteurs maliens.

    La grande saignée de “l’initiative poches”, oh pardon, “l’initiative riz” et autres forfaits des “bouffecrates” s’ils ont permis à nos “nouveaux riches” de se retrancher dans des états majors politiques avec leurs butins (recouverts du sang malien), ils n ‘ont pas permis au Mali d’avoir son auto suffisance alimentaire, tant promise.

    Et c’est avec le coeur serré que les maliens ont regardé ATT, à Niamey, participer à l’appel à l’aide internationale pour nourrir les maliens, passé en boucle sur les médias du monde entier (suite au déficit des pluies de 2011 et la menace de la famine au Sahel).
    Moi, ça m’a donné la nausée.

    L’incivisme et l’impunité sont devenus les terreaux fertiles d’une corruption institutionnalisée qui tire chaque jour des maliens dans les ténèbres de la pauvreté et de la misère, réduisant la plupart d’entre nous à la mendicité, à la résignation, à l’informel, à la prostitution, aux jeux de hasard, à l’immigration et au volontariat.

    Face aux fausses vraies campagnes de cinquantenaire de notre indépendance, se dressent étonnement des politiques de mendicités forcées, érigées en système de gouvernance par les seigneurs de Koulouba.

    Celles-ci (les politiques de mendicités forcées), ont transformé ce beau pays (dont les souverains, jadis, transportaient et distribuaient des tonnes d’or en Arabie et forçaient l’admiration des peuples du monde) en une bourgade malpropre de Chine merci, Kadhafi merci, Usa merci, Fonds mondial merci, France merci, Allemagne merci, Japon merci, Pays bas merci, Millenium Challenge merci, Suisse merci, Afrique du sud merci, Algérie merci, Roi Fhad merci, Niger merci, Mauritanie merci, Burkina merci…

    Voilà côté tableau, c’est pour cela que le monde entier n’hésite pas, une seconde, à renvoyer nos compatriotes à Senou, fuyant cette misère noire, voulue et entretenue par nos propres dirigeants, à coup de charters.

    Mieux, maintenant il les assigne, carrément, à résidence en leur refusant les visas de séjour.

    Oh que j’ai honte!

    Et pourtant mon pays, le Mali, n’est pas pauvre. Eh bien oui!

    Il possède un sous sol riche qu’on pille à tout vent.

    Il est riche de ses terres fertiles qu’on brade au premier venu.

    Il est suffisamment arrosé par des cours d’eau pour irriguer des millions d’hectares de cultures agricoles, ériger des dizaines de barrages hydroélectriques, pour distribuer de l’eau potable (source de vie) et de l’électricité bon marché (facteur incontournable de développement) aux 14 millions de maliens.

    Il est riche de sa jeunesse qui ne demande que formation de qualité et emploi rémunérateur pour enfin retrouver une vie digne et respectable dans la société.

    Les seuls problèmes, sont que le Mali n’a pas de dirigeants et une classe d’intellectuels apatrides abat sur le pays, comme une chape de plomb, une corruption et une médiocrité inouïes dans l’impunité totale, volatilisant (comme une goutte d’eau sur un fer chauffé à rouge) tout espoir de création durable de richesses.

    Un seul exemple: Sotelma, qui était dans l’agonie avec les cadres maliens malgré le dynamisme du secteur des Telecom, réalise avec les marocains en 1 an (+21% d’abonnement pour le fixe, +87% pour le mobile et +99% pour l’Internet. Les ventes bondissent de 31,5% en trois mois au grand bonheur de Maroc Telecom. Source: jeune Afrique).

    Il n’y a pas 36 000 manières, c’est cette création de richesses qui conditionne le développement et le bien être dans un pays, et non pas la politique de la main tendue.

    Qu’on se le tienne pour dit, une fois pour tout!!!

    Et pour les élections générales de 2012, des apprentis sorciers de tout bord s’agitent dans tous les sens, comme des cloches qui sonnent, à chaque occasion pour se porter candidat à la présidence de la république du Mali et promettre ciel et terre aux maliens.

    Ces aventuriers et opportunistes de la 25ème heure de la démocratie malienne doivent montrer patte blanche en matière d’honnêteté, de probité, de dignité, et surtout de capacité à redresser un pays à terre après le désastre ATT.

    Ils doivent aussi nous donner les sources du financement de leur campagne électorale pour que nous soyons en mesure de comprendre et de dénoncer leurs connexions et éventuels conflits d’intérêts avec les ennemis du Mali.

    Enfin, le peuple malien leur demande leur projet de société pour le Mali avec des objectifs chiffrés et vérifiables et des moyens envisagés pour les atteindre:

    -défense et sécurité (restructuration de l’armée et de la police, programmes de leur remise à niveau),

    – santé (infrastructures et qualité des soins),

    -éducation (infrastructures et qualité de l’enseignement),

    – auto suffisance alimentaire (en vrai pas en propagande),

    -emploi, formation professionnelle et développement des ressources humaines,

    -gestion du foncier et la décentralisation,

    -le développement industriel,

    – le développement agricole,

    -infrastructures routières, aéroportuaires, ferroviaires, fluviales,

    -télécommunications, énergie, mines, eau potable,

    – politique macro économique,

    -secteur privé,

    -transport urbain et interurbain,

    -développement et gestion des villes,

    -fiscalité,

    -protection sociale, droit et devoirs des travailleurs et syndicats,

    -désertification et politique environnementale,

    – secteur financier et bancaire, financement de l’économie,

    – l’informel,

    -administration et droit et devoirs des fonctionnaires,

    – droits des retraités,

    -commerce intérieur et extérieur, marchés, prix et pouvoir d’achat,

    -services, tourisme,

    -universités, grandes écoles et recherche fondamentale et appliquée,

    -cohésion sociale,

    -épanouissement de la jeunesse, de la femme, de la petite enfance,

    -religion, état et société,

    -culture, sport,

    – justice et lutte contre la corruption, l’incivisme et l’impunité,

    – diplomatie, maliens de l’extérieur, la place du Mali en Afrique et dans le monde…

    Malheureusement à moins de deux mois du scrutin du 29 avril 2012 aucun candidat déclaré ou probable n’a de vrai projet de société claire et étoffé pour le Mali.

    Aucun débat dans les médias pour édifier les maliens sur leur capacité à faire face aux défis actuels et futurs du Mali, leur réelle intention, leur vision, leur équipe, leur moralité, leur passée….

    Les quelques rares sites internet d’état major de campagne électorale sont scandaleusement muets comme des carpes et n’édifient aucun électeur consciencieux.

    Au lieu de cela, ils s’affichent dans une hypothétique danse des masques pour distraire les maliens tout en espérant que des artifices et autres babioles (thé, T shirt et pagnes) vont les aider à atteindre Koulouba dans l’insouciance totale pour qu’on soit repartit pour un autre tour de piste de 5 ans et attendre le résultat des courses.

    Mais maliennes et maliens, que ça soit clair pour tout le monde, on ne peut plus se permettre d’envoyer à Koulouba pour 5 ans encore un autre Béni Oui Oui sous peine de prendre 25 ans de retard (car le mauvais choix est la racine carrée du retard) sur nos voisins qui eux avancent tranquillement.

Comments are closed.