Une MISSION D'HOMMES D'AFFAIRES MAROCAINS AU MALI: Relancer la coopération économique bilatérale

0
Une mission d’hommes d’affaires marocains se rendra au Mali du 14 au 16 septembre prochain. Constituée de représentants de tous les secteurs d’activité, cette mission permettra, sans doute, de relancer la coopération entre le Royaume du Maroc et la République du Mali non seulement dans le secteur privé, mais aussi dans le secteur public. Elle permettra surtout le transfert de compétences et de technologies au profit des opérateurs économiques maliens.
Le Maroc est un arbre dont les racines s’enfoncent profondément dans la terre africaine et dont les feuilles bruissent au vent de l’Europe". Les hommes d’affaires marocains qui séjourneront, du 14 au 16 septembre prochain au Mali, ont, sans doute, toujours à l’esprit, cette fameuse formule du roi Hassan II. En arrivant à Bamako, ils se sont non seulement fixé comme objectifs de prendre contact avec les opérateurs économiques maliens de tous les secteurs économiques pour leur proposer des services et des produits, mais aussi pour leur apporter leur expertise dans leurs domaines d’intervention respectifs. Le partenariat commercial et industriel qu’ils noueront au Mali avec leurs partenaires potentiels concerne, entre autres, les secteurs de la peinture et de la construction automobiles, de l’agriculture et de l’agroalimentaire, du traitement des eaux, fluides et de l’assainissement, des bâtiments, travaux publics et du génie civil, de la quincaillerie et de l’électricité, de la production de gypse et de plâtre.
A court, moyen et long termes, l’avantage d’une telle mission est, pour l’essentiel, le transfert de technologies de pointe et de compétences par le biais de l’offre de services, de la sous-traitance, de la formation ou de l’initiation de nouveaux projets.
 
Une coopération  dynamique
 
Ce qui donnera une nouvelle impulsion aux entreprises maliennes partenaires. Surtout que les processus de Recherche et de Développement, de production et de commercialisation des produits de certaines entreprises qui feront le déplacement sont certifiés ISO 9001 version 2000 par des cabinets de renommée internationale. A signaler que, d’ailleurs, beaucoup de produits "made in Europe" dans différents secteurs sont en réalité fabriqués au Maroc. Qui coopère, de pays à pays, avec la plupart des autres Etats africains. Cette coopération avec le reste de l’Afrique intervient notamment dans les domaines culturel et technique. Conscient du fait que les ressources humaines sont au centre de toute stratégie de développement économique et social durable, le Royaume a privilégié la formation comme fondement de son partenariat avec le reste de l’Afrique. Ainsi, dans une large gamme de filières universitaires et techniques, des cadres des nations d’Afrique sont formés au "Maghreb Al-Aqsa" grâce à l’Agence marocaine de coopération internationale (AMCI). Au titre de l’année universitaire 2002-2005 par exemple, 7000 étudiants étrangers de 55 pays différents dont 80 % sont originaires de l’Afrique étaient inscrits dans les établissements publics marocains d’enseignement universitaire, technique et professionnel. Sur ce nombre, jusqu’à 4800 étaient boursiers de l’AMCI.
Le Maroc intervient également dans le domaine de la provocation des pluies artificielles en partageant son expertise avec d’autres Etats et en formant leurs cadres dans ce secteur. Où la mise en place d’un projet de développement régional en Afrique – notamment dans les pays en ayant exprimé le besoin – a été décidé par le Royaume pour généraliser l’accès à l’eau dans le Continent d’ici à 2015.
La lutte anti-acridienne n’est pas en reste: en 2004, dans huit des neuf pays membres du Comité inter-Etats de lutte contre la sécheresse au Sahel (CILSS) – Mali, Mauritanie, Niger, Tchad, Sénégal, Gambie, Cap-Vert et Guinée-Bissau -, le Maroc a contribué à la lutte contre l’invasion des criquets pèlerins. Le Royaume intervient enfin, depuis 1998, en partenariat avec des pays donateurs tels que la France, l’Espagne, dans le cadre d’une coopération tripartite avec des Etats d’Afrique subsaharienne dans le but de faire bénéficier ceux-ci de son expertise en matière de pêche maritime, d’agriculture, d’entretien routier, d’assainissement, de protection de l’environnement. Autant dire que la prochaine mission d’hommes d’affaires marocains au Mali promet à plus d’un titre.

Zoubeirou MAIGA

Commentaires via Facebook :

PARTAGER