22 septembre 1960-22 septembre 2016 : 56 ans de dépendance ?

7

Le Mali, comme à l’accoutumé, a fêté hier jeudi 22 Septembre 2016 l’anniversaire de son accession à la souveraineté nationale et internationale dans la ferveur et surtout l’espoir. C’est à chaque 22 septembre. Le 22 septembre 1960, pionnier du Mali à Gao, avec mon père le gendarme feu Sinaly Traoré j’avais huit (8) ans, le Mali se libérait de son colonisateur qu’est la France. Aujourd’hui, après 56 ans, il y a lieu de se poser la question : le Mali a-t-il réellement pris son indépendance ?

Jamais, de notre point de vue, la France n’a été autant dominatrice dans ses anciennes colonies aujourd’hui, qu’elle l’a été par le passé. Cette dominance est devenue insidieuse, perverse, perfide. Le problème économique et politique dans les Etats africains francophones, c’est la France. Le Mali n’en échappe pas. Clamer aujourd’hui l’indépendance du Mali, c’est combattre l’emprise française avec la dernière énergie, mais, surtout avec intelligence. Ne pas le faire, c’est trahir la mémoire de nos « pères » qui ont donné leur sang pour que le Malien puisse vivre libre, indépendant et souverain. Bonne fête !

Tiémoko Traoré

PARTAGER

7 COMMENTAIRES

  1. L’esprit humain est capable des grand changement s.La revolution c’est l’evolution sans ‘R’.On nous a fait croire que democratie veut dire liberte ou paix et voila on c’est trompe .depuis 1990 la famille souffre au Mali .Surtout avec l’avenement des partis politique ,qui au contraire ne change rien au quatidient des maliens mais pessent ds la division .Aujourdhui Moussa traore est comme un enfant timide en matiere de gain personnel.
    ‘Attendez on ira doucement vers la democratie “CE FUT L’EMEUTE.
    En ce temps la les frontieres etaient securisees et le Mali avait sa place .
    Le coeur du malien etait grand ,meme s’il en reste mais ecarter du pouvoir aujourdhui .
    L’amour du mali ca commence par nous tous.

  2. Tout ce que je vois c’est un Mali qui maltraite ses fils, c’est un Mali se disant indépendant mais qui vole sa propre population des présidents à leurs enfants jusqu’au petit directeur de l’organe étatique le plus bas.
    Indépendant en quoi? Et surtout pour le bien de qui?
    Une fonction publique vendue lors des concours, Des marchés soient disant publics dont l’accrocheur est connu d’avance dès lors qu’il est le plus offrant en termes de dessous de tables, des députés qui ont voté et imposés leurs salaires, des ministres voleurs et qui préparent leurs enfants à reprendre les rennes en leur décrochant des bourses d’études.
    Bref, je me demande si le Mali était prêt pour l’indépendance en 1960.

    Pauvre Mali!! Malgré tout je ne peu qu’espérer.

  3. Le Mali était indépendant et souverain jus qu ‘en 1991 après c’est la recolonisation aujourd’hui c est pire car on a même pas de statut

  4. MONSIEUR 56ans de corruptions correspond a 56 ans de dependance 30 ans de pouvoir pour certains presidents 15 à 20 pour d’autres et leurs familles gabegies enrichissement illicite nepotisme impunité etc etc vous pensez qu’avec ces maux l’AFRIQUE peut etre indpendante? je ne crois pas on est irresponsable tout simplement

  5. Bonjour,
    Félicitations pour la modernisation et les chantiers de l’armée (1) axés sur la cohésion, (2) mettant l’armée à hauteur de souhait de mission à travers, entre autres, le renforcement de capacités pour donner/redonner confiance, la formation d’unités spéciales de lutte contre le terrorisme, l’amélioration des conditions (salariales, de logement, …) et la valorisation du métier et (3) mettant l’Homme au début, au centre et à la fin comme l’exige la loi de programmation militaire s’appuyant sur des piliers à savoir quel type d’homme ?, quel type de menace ? et quel équipement ?.

    Lors de la 56 e fête de l’indépendance du Mali, en terme de réconciliation, le Président IBK a appelé à se retrouver autour de l’essentiel (le Mali), à la cohésion, à avoir pitié du Mali, des Maliens et à se dire la vérité.

    Pour le Président, se dire la vérité, cela sous entend que des sanctions seront désormais de mises pour mieux gérer la situation que nous sommes entrain de vivre.

    Félicitations pour la médiation internationale d’avoir réagi en prenant en compte l’essentiel des éléments que j’ai signalés dans l’appel que j’ai lancé pour la mise en oeuvre diligente et franche de l’accord pour la paix et la réconciliation au Mali.

    Cet appel est intitulé : APPEL A TOUS POUR UNE MISE EN ŒUVRE DILIGENTE DE L’ACCORD POUR LA PAIX ET LA RÉCONCILIATION AU MALI ET UN ENGAGEMENT FRANC, HONNÊTE ET SANS COMPLAISANCE DES ACTEURS.

    Suite à la XI session du CSA (Comité du Suivi de l’Accord), dans le communiqué, du 21 septembre 2016, de la médiation internationale, cette dernière va dans ce sens.

    Félicitations aussi aux Etats Unis d’aller dans ce sens. En effet, l’Ambassadeur des Etats Unis au Mali, au nom du Gouvernement des Etats-Unis, a réaffirmé son plein soutien au processus de mise en Å“uvre de l’Accord pour la Paix et la Réconciliation au Mali issu du processus d’Alger et a appelé toutes les parties à respecter scrupuleusement leurs engagements et les assure de leur détermination à appuyer leurs efforts dans ce sens.

    Heureux de savoir que la CPA, par l’intermédiaire de Mohamed Ousmane Ag Mohamedoune, son secrétaire général, Ahmedou Ag Mohamedoune du bureau politique et Mohamed Ali Ag Mohamed Acheikh, son chef d’Etat-major, qui soutient l’accord pour la paix et la réconciliation au Mali, reste toujours un des acteurs de cet accord. Merci à CPA de continuer à lutter pour le soutien de l’accord de paix.

    Intégrée à la CMA, la CPA doit demander aux autres parties prenantes d’arrêter les hostilités dans la région de Kidal et d’opter pour le dialogue comme je l’ai proposé et comme le proposent la médiation internationale et les Etats Unis.

    PAR RAPPORT A L’APPEL QUE J’AI LANCÉ, IL RESTE MAINTENANT A SAVOIR SI :

    – LES INTÉRÊTS CACHÉS ET LES MAINS INVISIBLES QUI POURRONT EMPÊCHER A L’ACCORD DE PAIX DE SE DÉROULER NORMALEMENT SERONT DÉBUSQUÉS à travers les enquêtes que la médiation internationale pourra diligentées et qui pourront aboutir à des sanctions individuelles ou collectives.

    – la conférence d’entente nationale, prévue dans l’accord de paix, sera organisée dans les meilleurs délais. Elle serait mieux que des concertations nationales, proposées par l’opposition, qui sont plus compliquées et qui ne donneraient pas, obligatoirement, dans un délai court, une avancée significative et un meilleur accord que l’accord de paix actuel.

    Bien cordialement
    Dr ANASSER AG RHISSA
    Expert TIC, Gouvernance et Sécurité
    TEL 00223 95 58 48 97

    • j’ avoues que je n’arrive pas à suivre votre démarche analytique de la crise et des solutions proposées, Tantôt vous félicité la communauté internationale et d’autre coté le Mali à travers la médiocrité de responsables politiques. IBK et son régime se trouvent dans l’incapacité de gouverné le pays.
      Regard un président qui prend des statistiques sur l’analyse de la sécurité alimentaire et nutritionnelle sans rentrée en profondeur. le coût seulement ne permet pas de dire que les gens peuvent accès à la nourriture bref.
      Le Mali va mal et cette grise ne pourra se resoudre que lorsque nous acceptons de faire la guerre à toutes personnes possedant une arme et qui l’adresse contre l’Etat et les citoyens. force doit rester à la Loi.

      • Bonjour,
        Cher frère Boda, merci de votre commentaire.

        Ma démarche est très simple, elle part du fait qu’à travers un compromis, les parties prenantes Maliennes ont validé un accord de paix, ISSU DES POURPARLERS INCLUSIFS INTER-MALIENS, sous la supervision de la médiation internationale.

        De ce fait, il constitue un espoir pour les Maliens. Ils doivent s’unir, indépendamment des bords politiques pour le mettre en oeuvre.

        La seule question qui vaille aujourd’hui, c’est comment garantir que tous les acteurs s’engagent franchement et sans complaisance pour une mise en oeuvre diligente de cet accord.

        D’OÙ L’INTÉRÊT DE L’APPEL QUE J’AI LANCÉ A TOUS LES ACTEURS SANS EXCEPTION.

        Il a pour objectif, à travers le dialogue ET non la guerre comme vous le proposez, de “contraindre” les acteurs à s’engager franchement et sans complaisance pour la mise en oeuvre diligente de cet accord.

        En cas d’impossibilité par toutes les voies de dialogue, le recours à des sanctions (par la loi et la justice) pourra avoir lieu après des enquêtes pour fixer les responsabilités comme le dit la médiation internationale dans son communiqué du 21 septembre 2016 suite à la XI e session du CSA (comité du suivi de l’accord)..

        Vous avez raison, en définitive, la force doit rester à la loi.

        J’ai félicité ceux qui ont répondu par des actions et des prises de position en faveur de cet appel à travers une proposition de mise en oeuvre diligente de l’accord et l’engagement franc des acteurs surtout des parties prenantes qui doivent aller dans ce sens d’après l’article 2 de l’accord de paix.

        C’est le cas de la médiation internationale, du gouvernement Malien et des Etats Unis.

        En tant que partie prenante, le gouvernement Malien a déclaré qu’il assumera ses responsabilités et son engagement.

        Attendons, attendez de voir.

        SEULE LA MISE OEUVRE DILIGENTE ET UN ENGAGEMENT FRANC ET SANS COMPLAISANCE DES ACTEURS, SURTOUT DES PARTIES PRENANTES, POURRONT ACCÉLÉRER L’APPLICATION DE L’ACCORD DE PAIX.

        Bien cordialement
        Dr ANASSER AG RHISSA
        Expert TIC, Gouvernance et sécurité
        TEL 00223 95 58 48 97

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here