Edito : 100 000 âmes pour libérer le nord Mali

6 réactions [-] Texte [+] Email Imprimer

« Demain, dès l’aube, je partirai ». Victor Hugo. Je partirai parce que je ne peux plus supporter d’entendre chaque jour le décompte aussi honteux que cynique de flagellés, d’amputés, de violées, dans une partie du territoire du Mali. Pour mériter le respect et la confiance de ma femme, de mes sœurs et belles sœurs, de ma mère et de mes tantes à qui le Mali a enseigné la soumission volontaire à l’autorité masculine en contrepartie de la protection obligatoire, j’ai décidé de rester sourd aux appels des ‘’grains‘’, des bars,…des discothèques et partir.

Demain dès l’aube, en tournant le dos aux appels des stades, des écuries et des hippodromes, je partirai pour mériter ce confort qui ne saurait être gratuit, qui a un prix que je dois payer

Je partirai pour que le viol et la violence subies par des femmes de manière répétitive et systématique ne soient jamais érigées en exemples à suivre, en règles normales, seulement parce que la grand-mère, la mère, les tantes et les sœurs ont subi la même chose, en même temps,  presqu’au même moment, dans la même pièce et souvent de la part du même bourreau qui continue de vaquer à ses occupations et à assurer « la police des mœurs », comme si de rien n’était.

Je partirai alors pour que la femme traumatisée, déshonorée et humiliée  de Goudam, de Douenzan, de Gao, de Kidal et de Tombouctou ne se sente plus seule; pour que demain elle n’ait pas honte de ses hommes qui ont toujours assuré sa sécurité et fait sa fierté

Je partirai pour que mes frères et neveux mineurs continuent de croire à cette organisation sociale millénaire construite autour de grandes valeurs héritées de nos ancêtres qui se retourneraient sûrement dans leurs tombes à l’idée que le Mali est aujourd’hui divisée et occupée par des bandits armés .

Je partirai pour que des enfants qui n’ont choisi ni ce pays ni cette histoire, n’aient jamais rien à reprocher à leurs parents et aînés par rapport aux valeurs théoriquement apprises et adoptées dont l’expression des antonymes se déroule tous les jours sous leurs yeux depuis que dure cette crise malheureuse.

Oui je partirai pour combattre le mensonge, la corruption, l’escroquerie, la duplicité et l’impunité érigés en nouvelles valeurs dans le Mali moderne, mais qui restent et demeurent en vérité, des contrevaleurs qui gangrènent la société malienne dont il faut épargner les nouvelles et futures générations.

Je partirai aussi pour favoriser le déclic au niveau de l’élite politique, en commençant par le Président de la République  jusqu’aux commis de l’Etat en passant par le Premier Ministre et les ministres, déclic qui leur permettra d’avoir plus d’égards vis-à-vis du malien pauvre en l’assistant du fait de sa vulnérabilité tout en le respectant du fait de sa profonde dignité.

Mais je partirai sûrement pour mettre à l’aise l’Etat et ses serviteurs qui ne peuvent que respecter la légalité internationale incarnée par l’insensible et l’incohérente ONU qui demande à la malade victime de viol, de flagellation et de toutes les formes de sévices, d’attendre encore un an pour être consultée.

Je partirai demain pour que la classe politico-syndicale, la société civile et tous les maliens trouvent à travers mon geste la nécessité d’une union sacrée dans ces moments douloureux que la patrie est entrain de vivre depuis neuf mois. Ainsi ils m’accompagneront jusqu’à la sortie de Bamako au cours d’une procession commune de vœux et de prières à mon endroit.

Demain je partirai, parce que je continue à penser que la honte subie par le peuple malien touché dans son amour-propre, ne peut être réparée que par le don de soi, le sacrifice suprême de quelques-uns de ses enfants pour repêcher tous les autres en leur rendant leur dignité, leur fierté et leur honneur.

Oui je partirai surtout pour que nos frères et sœurs de la diaspora, en Afrique comme en Occident, ne se cachent plus du regard pathétique et méprisant des autres qui leur reprochent de n’avoir pas payé des pots qu’ils n’ont pourtant pas cassés. Conscient de leur attachement pour le Mali, mais aussi fier et reconnaissant pour les efforts qu’ils accomplissent pour assister les parents restés au pays, je partirai demain pour espèrer allèger le lourd et détestable fardeau d’une humiliation et d’une honte éternelles qu’ils doivent trainer toute leur vie et en dehors de leur pays.

Demain je vais partir pour que la jeunesse de mon pays soit désormais respectée, considèrée et honorée, et non plus toujours insultée et méprisée.

Je partirai pour que l’armée, avec le peu de moyens et d’équipements dont elle dispose, à son corps défendant, puisse se consacrer à la sécurisation des populations et des institutions sous les directives du chef de l’Etat et de son gouvernement.

Je partirai pour dire aux envahisseurs de nos territoires que toute la terre appartient à Dieu, y compris celle du Mali, mais « LA IKRA FI DIINE KHATA BAYANA RUSHD MINAL KHAΠ». Que nous sommes un peuple certes paisible et hospitalier, mais qui n’accepte pas d’être assujetti. Que nous sommes disposés à sacrifier nos vies pour libèrer nos territoires qui sont occupés illégalement.

Mais je partirai demain, à l’aube, pour que nos honorables anciens qui sont au crépuscule de leur vie, puissent attendre tranquillement la fin avec dignité et espoir, parce que soulagés par la certitude d’une relève assurée par l’incarnation de valeurs perpétuées.

Demain dès l’aube, après avoir fait volontairement don de ma personne à la patrie, j’embrasserai ma fille et sa mère, demanderai les bénédictions de mon père, de ma mère, de ma grand-mère et de mes frères que je confierai à Dieu et à la République, je partirai pour remplir ma mission en m’inspirant du grand penseur négro-africain,  Frantz Fanon qui disait : « Chaque génération dans une relative opacité doit découvrir sa mission et la remplir ou la trahir » et du français Antoine de St-Exupery « L’avenir tu n’as pas à le prévoir, tu as à le permettre »

 

Aliou Badara Diarra

 

SOURCE:  du   21 déc 2012.    

6 Réactions à Edito : 100 000 âmes pour libérer le nord Mali

  1. rodrigues Soares

    100 000 fusils a 100 000 hommes pour liberer le nord du MALI

  2. old

    Admettons nous quand même une chose An sardine a libérer beaucoup de militaires et civiles donc il faut reconnaitre cela car c est un acte humain et dialoguer avec eux .

    • MALCOM X1424

      @Old négocier?tu dis de négocier?comme c’est pas négociable mon frère.
      Lorsque ces oppresseurs sataniques égorgeaient nos enfants a aguel hoc,est-ce qu’ils avaient songer a négocier?Donc de grâce,épargnes nous de ce mot négociation,il y a rien a négocier.

  3. s coulibaly

    Rappellons que dans tous les cas cette resolution concerne les troupes qui aideront l’armée meliènne qui est dejà en guèrre depuis fin 2011.Donc les actions de notre armée ne sont pas liée à ce que decide l’ONU,elle doit bouger vers Gao,Tombouctou et Kidal tout de suite,demontrant aux autres qu’elle n’est pas morte comme on estime aux USA(UE,CEDEAO):c’est une question d’honneur.Finalement les autres(ONU;UE;USA;UA;CEDEAO;ALGERIE;NIGER;MAURITANIE)nous disent :DEMONTREZ NOUS DE QUOI ETES VOUS CAPABLE!AUTREMENT A’ SEPTEMBRE 2013 NOUS DECEMDRONS EN FORCE POUR BALAYER LE MALI ET Y ETABLIR NOTRE ORDRE ,NOS HOMMES.
    Pour que le Mali garde son independance,il faut au moins que l’administration se reinstalle dans les grandes villes du nord pour que les elections puissent se derouler sur tout le territoire malien avant AVRIL 2013!

  4. Kassin

    L’ONU est vivante et voila la résolution 2085!

    L’attente a été longue et beaucoup d’eau ont coulé sous le pont, les discussions paraissaient interminables et le doute commençait à s’installer mais l’ONU est là avec sa résolution 2085, elle prouve une fois de plus qu’elle est au côté du Mali grâce aux efforts de la France, des États-Unis, de la Grande Bretagne, du Maroc et du Togo.

    Elle autorise, à l’unanimité des membres de son conseil de sécurité, une intervention militaire contre les groupes terroristes du nord de pays pour une période initiale d’un an mais ne précise pas de calendrier pour le début des hostilités.

    La guerre aura donc bel et bien lieu, au grand dam de l’Algérie et du Burkina sauf si les islamistes capitulent et abandonnent leur position avant le débarquement des troupes étrangères.

    Les élections seront organisées avant avril 2013, donc la transition ne sera plus interminable ou à durée indéterminée.

    Diango Cissoko et toute son équipe ont donc un CDD de moins de 6 mois à la tête de l’état malien à eux de s’atteler à parfaire le fichier électoral et à convoquer le collège électoral.

    Un seul conseil à la soldatesque de Kati qui s’agite pour le pouvoir comme un toxico à Amsterdam devant un Coffee Shop, si vous voulez faire de la politique, et que vous vous estimez populaires pour réunir un suffrage suffisant des maliens pour être élu à une élection, alors démissionnez de l’armée et laissez les armes du pays défendre le pays au lieu de les stocker à Kati pour espérer influence le pouvoir en place.

    La 2085, invite aussi aux « négociations crédibles » avec les groupes armés du nord qui ne seraient pas « terroristes » selon l’Onu (Mnla et Ansardine).

    Mais après tant de crimes commis par ces deux groupes sur les populations du nord, ils n’ont aucune légitimité pour parler et discuter au nom de nos populations du nord toute ethnie confondue.

    Au contraire tous leurs dirigeants coupables de crimes sur les citoyens maliens doivent répondre de leurs forfaits devant la justice malienne.

    Mais le Mali doit respecter les termes de la résolution 2085 de l’Onu en élargissant les  » négociations » réclamées à toutes les populations du nord par un référendum qui tranchera les questions sur les destinée des régions du nord par les urnes.

    Indépendance, autonomie, autodétermination, ou appartenance totale et sans condition au Mali, c’est aux populations de décider par les urnes et non un faux dialogue avec des criminels du Mnla crimes et d’Ansardine crimes.

    Le Mali doit rester ferme sur le sort à réserver à tous les déserteurs de l’armée malienne, des administrations maliennes, des institutions maliennes, des projets de développement maliens, pour une aventure personnelle ou collective quelle qu’elle soit.

    Après les erreurs d’ATT du grand laxisme et de la naïveté on ne peut plus tolérer la légèreté avec laquelle des individus qui ont tout reçu de l’état poignardent à chaque occasion cet même état et sa nation pour espérer avoir plus à la prochaine campagne de distribution gratuite et naïve d’avantages inconsidérés.

    Donc résolution 2085, oui!
    Dialogue pour le nord du pays, oui!
    Mais dialogue avec tous les fils du nord du pays (touareg, arabes, sonraï, peuls, bellah, bambara, malinké…) qui peuplent Kidal, Tombouctou et Gao et par voie de référendum.

    Ce sont ces populations qui trancheront définitivement la question du nord de notre pays et de son appartenance ou pas au Mali et non les acteurs de théâtre des Palaces Burkinabé de Ouaga 2000.

    • cbalyk

      ET DU FDR! Ce qui est, est. CETTE RESOLUTION EST AUSSI UNE GRANDE VICTOIRE DU FDR QUI S’EST BATTU, A FAIT DU LOBBING AUPRES DES DECIDEURS DE L’AFRIQUE, DE LA FRANCE ET DES NATIONS UNIES AU MOMENT OU DES APATRIDES BATTAIENT LE PAVE POUR DIRE NON A LA CEDEAO ET A L’ONU