Edito : Le double registre du PM

24 réactions [-] Texte [+] Email Imprimer

A Ouagadougou, dimanche dernier, le Premier ministre, Cheick Modibo Diarra, a estimé que le «dialogue est inévitable avec Ansar dine et le MNLA». C’était à l’issue d’une audience que lui avait accordée le Président du Faso, Blaise Compaoré. Celui-ci, médiateur de la CEDEAO, avait déjà rencontré ces deux mouvements terroristes, lesquels ont tendu la main à Bamako pour un «dialogue politique».

Chahan Takiou, Dirpub « 22 Septembre »

Mi octobre, la Résolution 2071 de l’ONU exhortait les autorités de transition maliennes, les groupes rebelles maliens et les représentants légitimes de la population locale du Nord du Mali à entamer, dès que possible, un processus de négociations crédible, en vue d’une solution politique viable, dans le respect de la souveraineté, de l’unité et de l’intégrité territoriale du pays.

Elle priait le Secrétaire général, les pays voisins, les pays de la région, les organisations internationales et régionales et les partenaires bilatéraux d’accompagner le processus politique malien.

Dès lors, le dialogue, la discussion, la négociation devenaient incontournables. On ne peut pas faire la guerre sans diplomatie avant, pendant ou après celle-ci. C’est une réalité, une nécessité, et le Mali ne saurait déroger à cette règle universelle, imposée à la fois par la nature et par les organisations internationales, notamment la CEDEAO et l’ONU.

Toutes les guerres mondiales (1914 – 1918 et 1939 – 1945) ont pris fin autour d’une table de négociations. Les plus récentes, en Irak, en Yougoslavie, en URSS, en Afrique, notamment en Sierra Léone, au Rwanda, au Burundi, en Côte d’Ivoire, en sont également passé par les discussions.

Maintenant, le plus important est de savoir quoi discuter et avec qui? Là, tous les Maliens sont unanimes: ni l’intégrité du territoire ni la laïcité de l’Etat ne feront l’objet d’un quelconque marchandage. Quant aux interlocuteurs de l’Etat malien, ils ne devront en aucun cas avoir les mains tachées de sang.

Le Président par intérim, Dioncounda Traoré, le Premier ministre, Cheick Modibo Diarra et le Président de l’Assemblée nationale par intérim, Younoussi Touré, l’ont réaffirmé à maintes reprises.

A quelques jours du vote du Conseil de  sécurité (le 26 novembre) pour l’autorisation de la force militaire au nord du Mali, Conseil qui a demandé au gouvernement du Mali d’entamer «dès que possible,  un  processus de négociations crédible…»,  la sortie du Premier ministre à Ouagadougou, désormais fief du MNLA et d’Ansar dine, est donc opportune. C’est une opération de séduction, destinée aux Européens et aux membres du Conseil de sécurité. Parce que le vote définitif de la Résolution n’est, pour l’instant, pas acquis.

A cause d’un petit détail, le document de la CEDEAO entériné par l’UA, pourrait être rejeté. Il ne faut donc donner à personne l’occasion de dire que la Résolution 2071 a encouragé l’ouverture des négociations et que Bamako est resté muet, malgré la main tendue des deux mouvements. Vu sur cet angle, l’intervention du chef du gouvernement est  à saluer.

Cheick Modibo Diarra joue donc sur un double registre et se met au même niveau que la communauté internationale: préparer la guerre et favoriser dans le même temps un canal de dialogue. Ce dernier mot choque bien des Maliens, eu égard à tout ce qui s’est passé. Mais sachons raison garder, comme le dit IBK, car la résolution définitive de ce conflit ne pourra se faire ni sans l’emploi légal de la force, ni, bien sûr, sans négociations.

Chahana Takiou

SOURCE:  du   22 nov 2012.    

24 Réactions à Edito : Le double registre du PM

  1. cheikmodibo sanogo

    Je suis sur que ce pays na plus d’avenir, car je ne comprends pas ceux que le premier ministre est entrait de faire en se contredisant tout les jours. IL disait personne ne viendra libérée se pays a la place de non forces armés et aujourd’hui il dit le contraire à quand un homme de parole pour ce pays ? Ou bien il était sous informé par ses complices SANOGO et DICKO. Se qui est arrivé au Général Moussa TRAORE en 1991 et a ATT en 2012 ne va pas l’échappé. Il connait très mal le Mali et le malien. D’après Alpha BLONDI ont applaudit pour te faire monté sur l’arbre après ont applaudit pour te faire descendre. Le PM.na jamais été un premier ministre de transition car pour moi un premier ministre de transition doit être d’abord quelqu’un d’impartial et transparent. Je voulais qu’il renonce a tout les anciens systèmes, c’est à dire nous dire a combien un ministre est payé au Mali? A combien il est rémunéré? Nous dire aussi si un ministre est en déplacement les frais de déplacement coûte combien au pays? Car je voie si un ministre se déplace il est accompagné par des dizaines de V8 comme au temps d’ATT. Hors nous vivons dans un pays pauvre; tout les maliens voient que non militaires se déplacent avec ces même V8 en masse. Je voulais qu’il nous dise ses militaires fonts quoi avec ses grosses cylindrés dans un pays pauvre comme le Mali, et que la consommation et l’entretien coutent chers. nous voulons qu’il nous dise combien est payé un Directeur , un sécréteur général dans un ministère et quels sont leurs droits en terme de déplacement pour rassuré la population et semer la confiance entre nous les pauvres et les Hommes aux pouvoirs que des ministres, des Directeurs, des Généraux , des Capitaines, des Colonels, des lieutenants, des commissaires, des Douaniers, des inspecteurs, des présidents par intérims des premiers ministre au plait pouvoir deviennent Milliardaires au détriment des pauvres citoyens qui se tuent entre eux sans cherché a comprendre parce que tu es leurs proches ou parce que tu viens de leurs région et non de te soutenir a travers tes dits et tes actes. Merci à vous les INTERNAUTES dans un pays ou les gens changent : de langage, de soutien et de promesse pour des intérêts personnels. Car il y’a des chefs religieux aujourd’hui milliardaire dans se pays !!!! Étant donnée en 1990 ils ne se sont jamais intéressé de la politique ni du pouvoir et en 2002 ils étaient tous porche ou même conseillers du président ATT !!! Et aujourd’hui ils sont devenues alliés et complices avec le premier ministre et le capitaine SANOGO pour leurs propres intérêt et non l’intérêt de Dieu ou de la nation, que nous les pauvres villageois non informés non instruis et qu’ont ne voient pas loin de notre nez passent notre temps à lès applaudir soit disant Musulman !!! Et d’ailleurs ces même musulmans disaient au Général Moussa de coupé les mains des voleurs, de tué ceux qu’ils fonts l’adultères étant mariés, de n’est pas avoirs de l’argent qui dépasse 10 millions de n’est pas acheté des voiture dont la valeur dépasse 5 millions aujourd’hui ils sont tous MILLIARDAIRES avec des véhicules dont la valeur dépasse les 60 millions. Nous vivons donc dans quel pays MUSULMAN ??? Pour faire dormir la conscience des pauvres ???Car il dit chaque fois aux pauvres que demain vous appartenez pour lès soulager et continuer a menacés les leaders politiques avec ces pauvres pour dire que le politique ne doit rien décidé sans nous ???
    Personne ne peut dire que la politique se faite avec la religion, car les blancs l’ont tentés aux 18 ième siècles ou tout étais basé sur la religion et on est face a cet exemple en Tunisie et en Egypte….Mais le temps restera le meilleur juge…

  2. ferhat5

    QUI C’EST LE SERPENT?
    SINON MOBIDO DIARA MEME SI MAINTENANT,IL FAVORISE LA NEGOCIATION;CE QUI N’ETAIT PAS LE CAS HIER.
    DU MOMENT QUE L’INTEGRITE , LA LAICITE ET QUE LES MAINS DE CEUX DANS FACE NE SOT PAS TACHE DE SANG OU VIOL.
    JE VOIS PAS LE PROBLEME SINON SORTIR LE PAYS DE L’ETAT DE GUERRE D’autant plus que ces derniers se disent pres à chasser toutes cette mafia,ces terroristes.
    DEMAIN EST UN AUTRE JOURS LES CRIMINELS OU LES BANDIS POURRONT ETRE JUGE PAR LE TRIBUNAL INTERNATIONNAL.

  3. veridique

    en abscence de militaires maliens determinés capables de monter au front et de se battre pour le Mali, le dialogue est la seule alternative qui reste aux hommes politiques.Vue comment les choses evolues, quelque soit la forme que prendre ce dialogue, le mali ne pourra qu’accepter. Et les accords qui seront conclus présenteront en elle meme le germe d’une autre guerre, mis à part si l’etat d’azawad est proclamé, le Mali partitionné. Tot ou tard, c’est cela qui arrivera (maintenant ou dans 20 ans ou 30ans etc…) si le mali continue de former des vauriens , guelards , voleurs et voyous comme sanogo et sa racaille , au lieu de former des hommes dignes, courageux et valeureux comme cpt sekou Traoré.

  4. Dr ANASSER AG RHISSA

    SE CONNAITRE POUR VIVRE, MIEUX, ENSEMBLE

    Bonjour,
    Merci pour vos contributions pour sortir le Mali de la crise.

    Certains se posent des questions sur moi, telles que :
    qui est ce Monsieur ? Pourquoi, n’intervient-il que maintenant ? Est-il opportuniste ? N’a-t-il pas de connexion avec le MNLA ou Ansar Dine ou autre ?

    Je suis Touareg, de père Malien et de mère Nigérienne, Habitant en France.

    En tant que Touareg, mes parents, pratiquant le nomadisme, ont habité alternativement au Mali et au Niger (région de Tillabery). Une partie de mes parents habite dans la région de Gao (côté père) et une autre dans la région de Tillabery (côté mère).

    J’ai effectué mes études jusqu’au Bac au Mali et les études supérieures, y compris le doctorat sur l’informatique et les TIC, en France.

    Plusieurs de mes promotionnaires, frères et amis, travaillent actuellement dans l’administration du Mali.

    Je ne suis pas un opportuniste. Ma bonne foi, c’est l’honnêteté que j’ai en moi et le courage de ma conviction.

    Je n’ai aucune connexion avec le MNLA ni Ansar Dine ni aucun groupe islamiste ou terroriste.

    Je suis un Touareg qui est convaincu de son choix et qui souhaite attirer l’attention sur les différents amalgames à éviter et les moyens pour sortir de la crise Malienne et sur le fait que la seule route d’espoir pour le Mali, c’est l’unité et la réconciliation nationales dans un climat de paix et sécurité durables sans terrorisme.

    Comme vous le savez, j’écris beaucoup et je publie sur internet sur le développement durable et équitable, les TIC mais aussi sur des sujets divers.

    J’étais, en 2011/12, l’expert NTIC du forum international FIJEV et conférencier invité au forum de Saint-Étienne sur l’information et la gouvernance pour le développement durable, préparatoires à la conférence internationale RIO+20. Ces forums étaient co-présidés par le Secrétaire Général de l’organisation internationale de la francophonie et le Président du Niger.

    Je mets en avant la négociation comme solution de sortie de crise la plus honorable pour tous en garantissant l’unité et la réconciliation entre Maliens.

    Vous savez depuis 2010/2011, j’avais écrit aux chefs d’États de la zone Sahel pour leur proposer un programme communautaire pour le développement durable de cette zone et pour la lutte contre l’insécurité et le terrorisme.

    J’ai rencontré le Président ATT, en juillet 2011, concernant ce programme, il m’avait promis qu’il allait l’appliquer au Mali et le soumettre aux pays de la zone sahel. Ce qu’il n’a pas du tout fait.

    Dommage, s’il avait appliqué ce programme, au Mali, peut être que le Mali ne connaitrait pas cette crise.

    Depuis juin 2012, j’ai envoyé à la CEDEAO, au médiateur, au Président et au Premier Ministre du Mali ma proposition de sortie de crise.

    J’ai écrit une lettre ouverte au MNLA pour leur demander d’éviter leurs dérives et de rejoindre la famille Malienne.

    Je viens d’écrire une lettre ouverte, à son excellence Monsieur le Président du Mali, au médiateur, au gouvernement du Mali, à la commission nationale des concertations nationales et aux Maliens, pour leur PROPOSER :

    UN GUIDE ET UNE PLATEFORME DE CONCERTATIONS NATIONALES ET DE NÉGOCIATION POUR UNE SORTIE DURABLE ET HONORABLE DE LA CRISE AU MALIENNE.

    Ce n’est qu’ensemble, à travers la participation, que les Maliens devront inventer et créer le futur qu’ils souhaitent pour eux et pour leurs enfants.

    Bien cordialement
    Dr ANASSER AG RHISSA
    Expert TIC ET GOUVERNANCE
    E-mail: Webanassane@yahoo.com