Edito : Le poids des mots, la supériorité des actes

6 réactions [-] Texte [+] Email Imprimer

Dioncounda Traoré doit se tâter en entendant un Premier ministre dire qu’il travaille sous l’autorité du Président de la République. Même pas usage du rappel pas du tout nécessaire car tout le monde le sait : «  président par intérim ».  Nul doute que pour l’une de ses toutes premières sorties, Django Cissoko envoie un signal d’apaisement à la fois à ses compatriotes attachés aux principes républicains et à la communauté internationale à laquelle Kati doit donner le tournis.

Le Premier Ministre Django Cissoko et le président de la transition, Dioncounda Traoré

En fait, le nouveau Premier ministre qui a tout suivi depuis mars connaît la musique et les exigences. Mais il les connaît trop pour savoir que personne, hors duMali, ne le croira sur parole. Le monde paniqué par les incartades de la gouvernance malienne de l’après mars 2012 au moment où  l’Aqmistan se sanctuarise ne jugera que sur pièces. Or même s’il se surpassait, Django Cissoko ne pourrait donner que ce qu’il a. Et il n’a pas beaucoup hélas. Il n’a pas par exemple la potion magique qui pourrait mettre Kati hors du champ politique même s’il dit que Sanogo n’est pas membre du gouvernement et que la présence de ministres proches de la junte ne lui pose pas de problèmes.

Car Sanogo, la  réalité le prouve est bien plus qu’un membre du gouvernement. Et la realpolitik commande d’autant plus d’en tenir compte que le capitaine est le premier responsable du Comité censé suivre l’indispensable réforme de notre secteur de défense et de sécurité. Qui plus est, tout indique que ce sera lui, la personnalité militaire que le président Traoré compte s’adjoindre pour piloter la question militaire – donc lalibération du Mali- à côté d’une personnalité civile en charge, elle, du processus électoral.

L’art du Premier ministre qui a toujours soutenu que seul le consensus, y compris au détriment de nos textes ;  nous sortira d’affaire  sera alors de rallier nos partenaires à ce montage qui a un ancêtre : le Haut Conseild’Etat du Mauritanien Abdel Aziz après son putsch. Les mots d’hier  du Chef de gouvernement ont du poids. On ne peut que lui souhaiter la supériorité des actes. Et pour ça, il n’est ni le seul ni le plus décisif. Au contraire, il est une variable. Il n’a qu’à demander à Cheick Modibo Diarra.

Adam Thiam

 

SOURCE:  du   19 déc 2012.    

6 Réactions à Edito : Le poids des mots, la supériorité des actes

  1. nonalinertie

    En tout cas, le MALI n’a pas 1 FCFA pour mener la guerre. Actuellement, l’Etat malien ne peut même pas payer du papier rame ou de l’encre pour les ministères (soyez sûr que ce n’est pas une mauvaise farce). Donc, le nouveau PM n’a pas 10 000 solutions: i) prélever 10 000 FCFA par mois sur tous les salaires pendant un an en faveur de l’effort de guerre, ce qui est peu probable ou ii) après le vote de la résolution autorisant l’utilisation de la force, convaincre rapidement la communauté internationale (Pays pétroliers ? Chine ? Ou autres pays ?) à débloquer, dans un contexte mondial de crise financière, les 200 millions de dollars nécessaires à la libération du Nord. IL FAUT QUE LA DIPLOMATIE MALIENNE SE DEMENE, PUISQU’APPPAREMMENT, IL NE FAUT PAS COMPTER SUR LE SOUTIEN FINANCIER DES USA QUI ETAIT PRESSENTI COMME LE PLUS GRAND BAILLEUR DE LA GUERRE. En tout cas, le statu quo est inimaginable à long terme: poursuite des amputations, lapidations, enlèvements, arrêt de tout processus de développement, etc. Etc.

  2. teniente

    Soyons honnetes!Le Capitaine a été honnete car en moins de 15 jrs il a rendu le pvr comme il le peut à la CEDEAO qui au mépris des politiques a voulu lui tendre un piège(Bérets-rouges+Voiture piégee)à verifier les faits#Tout ce qui doit nous guider est la libération des parents&amis qui souffrent#Comme Keita-GMT-ATT le mali a des enfants capables de renverser n’importe qui!!!!!#Après l’UNION TOTALE on passera à des analyses objectifs car le mali a trop d’ennemis autour+nous meme est trop#Merci#Teniente!

  3. Miguel le Malien

    Ce que j’aime chez Adam Thiam c’est dans tous les textes qu’il poste sur le web, les fautes d’orthographe sont rarissimes. Et son edito est concis et juste. Bravo FLAKE et courage.

  4. Kassin

    Au moment où la communauté internationale, la Cedeao et la majorité de la classe politique insistaient sur la nécessité de mettre à l’écart les membres de la junte militaire dans l’exercice du pouvoir transitoire c’est CMD lui même qui a tout fait pour maintenir leur emprise sur le pouvoir!

    Personne n’est contre l’armée malienne, personne n’est contre la garnison de Kati, mais le rôle d’un militaire c’est défendre un pays et non s’immiscer dans l’exercice d’un pouvoir constitutionnel.

    En s’associer avec les aventuriers de Kati contre vents et marées CMD a signé sa propre mort clinique et politique.

    Il n’a rien fait pour permettre un retour rapide à l’ordre constitutionnel normal.
    D’ailleurs il méprisait la constitution du Mali, à la quelle il préférait l’accord-cadre.

    Une association d’hors la loi finit toujours par la trahison et l’histoire est suffisamment remplie d’exemples que CMD ne pouvait ignorer l’issue de son alliance avec les putschistes de Kati et contre la volonté et les efforts de la communauté internationale.

    Quelques exemples (Moussa-Tiekoro-Kissima; Blaise-Sankara-Lingani-Kaboré; Guëi-Gbagbo; Dadis-Toumba-Konaté, etc.)

    Le jour où l’association Sanogo-Konaré-Seyba-Youssouf va voler en éclat, que personne ne soit surpris et surtout n’allez pas nous parler de morale du genre « on tire pas sur un homme à terre » puisque quand on décide d’être hors la loi on décide que tout est permis et on vend son âme au Diable, on rentre dans un jeu, et on se doit de le gagner loin de la morale et de la retenue.

    C’est pour éviter ces dérives qu’on insiste et on ne lassera jamais de le dire aux maliens, de respecter et de faire respecter les règles que nous avons nous mêmes établies dans notre société.
    Respectons notre constitution, puisque les autres nous ne respecterons jamais si jamais nous ne respectons pas nos propres règles.

    Comprenons les autres s’ils exigent de nous le respect de notre constitution.

    Écoutons les américains s’ils nous exigent un président légitime issu des urnes pour conduire notre pays dans le respect de nos textes.

    Puisque les islamistes au nord ne veulent ni partition ni indépendance, pourquoi ne pas les proposer comme préalable au dialogue qu’ils laissent les populations du nord voter pour leur président?

    Iyad Aghali s’est toujours réclamé du Mali, donc cessons les spéculations stériles et organisons une élection sur toute l’étendue du territoire au nord comme au sud puisque les islamistes qui contrôlent le nord n’ont jamais parlé d’indépendance ni autodétermination.

    Leur problème c’est la Charia et ils peuvent le discuter avec le nouveau président élu car Dioncounda n’a ni la légitimité (mais il est légal car la constitution qui lui confère la place de président par intérim) ni le courage de régler définitivement cette crise.

    Le régime d’exception qu’est la transition n’est pas bien indiqué pour régler la crise malienne car il faut beaucoup d’argent pour remettre le pays sur le droit chemin et avec la transition le Mali n’a pas la plénitude de la coopération internationale sans laquelle on ne peut rien faire.

    Ce n’est pas un budget annuel de 1000 milliards de FCFA qui va faire une guerre et organiser ds élections tout en continuant de payer les fonctionnaires et d’assurer une année scolaire et universitaire normale, d’assurer des services publics de santé, de fourniture d’eau et d’électricité, d’entretien routier, et de fonctionnement régulier des services publics même si on annule tous les programmes d’investissement public.

    Ce n’est pas possible.

    Si le très expérimenté Diango Cissoko, n’est pas d’accord avec ce que je dis alors qu’il le dénonce publiquement.

    Trop de temps perdu à tourner en rond et pour zéro.

    Trop de souffrances inutiles de nos populations du nord et même du sud.

    Trop d’images négatives du Mali qui marqueront à jamais des générations entières de maliens.

    Et souvenons nous, ce pays ne sera grand que si les maliens sont grands.

    Et pour que les maliens soient grands il faut qu’ils libèrent leurs esprits des futilités et des tares inutiles, il faut que nous éduquons nos enfants pour que nous tous prendrons le droit chemin, enfin, il faut que nous acquérions le savoir, où qu’il se trouve.

    Mais à regarder de près, nous avons très peu d’hommes capables de vision et d’actions d’envergure pour sortir le pays de l’ornière.

    CMD était dans ce registre d’hommes incapables mais il n’est pas le seul.
    Et ça sautait à l’œil avec ses agitations inutiles et ses émotions d’enfant.

    Sanogo et Dioncounda sont aussi incapables, car leur vision pour le Mali et les actes qu’ils posent ne sont pas les médicaments qu’il faut pour le malade Mali.

    On n’emploie pas un dentiste dans un bloc opératoire pour cardiaque sans aucune formation de chirurgie cardiaque.

    Bonne journée aux CHU de Gabriel Touré et du Point G!

    • vrannnnnnn

      C’est une très bonne lecture de la situation ça fait longtemps que je n’avais pas vu quelqu’un d’aussi objectif

    • Miniankaden

      J’ai l’impression que le Professeur Koumaré du Point g a perdu un de ses patients :mrgreen: :lol: :-P :-D
      « CMD était dans ce registre d’hommes incapables mais il n’est pas le seul…Sanogo et Dioncounda sont aussi incapables »…Qu’en est il du géneral qui a voulu mesurer la profondeur du fleuve avec ses deux pieds? :mrgreen: :mrgreen: :-P :-P