Edito : Macron au Mali: la médaille et le revers !

10

Après l’Allemagne, le tout nouveau président français, Emmanuel Macron, a choisi le Mali pour sa première visite africaine. C’est Gao, la cité des Askia, depuis peu, bastion de la force Barkhane qui a reçu l’artisan d’’En marche’. Et alors ?

La traque aux terro-bandits dans le sahel mobilise 4000 soldats, sous bannière Française et onusienne à travers cinq pays du sahel. Cette visite du plus jeune Président de l’histoire de la République Française,  est symbolique à plusieurs égards. Car c’est cette localité du Nord du Mali, qui est le pivot de l’opération française Barkhane. Au-delà, il s’agit de situer l’initiative dans un contexte plus réciproque tout en l’analysant par rapport à certaines zones d’ombres qu’elle soulève.

En d’autres termes, la visite du Président Macron s’inscrit dans le cadre d’une mission de prise de contact avec son armée déployé au sahel. Il l’avait d’ailleurs promis lors de la campagne présidentielle.

Pour de nombreux observateurs de la scène politique, le choix porté sur la région de Gao était le plus convenable pour lui, afin de réaffirmer son engagement dans la lutte contre le terrorisme. L’analyse du discours du Président Macron, dont la teneur  suit : ‘’l’alourdissement de l’effectif des forces françaises de Barkhane, la mobilisation des autres forces étrangères, c’est-à-dire les forces de la Minusma et de l’Union européenne. L’application tangible de l’accord d’Alger, qui a été signé il y a deux ans entre le pouvoir et les mouvements armés du Nord. Et l’accélération au niveau du G5, pour lutter contre les forces jihadistes’’, on peut aisément se permettre de dire que son engagement dans la lutte contre le terrorisme sera exemplaire. Voilà, pour la médaille.

A la question de savoir si son déplacement dans cette région ne cache pas d’anguilles sous-roche, l’autre face de la médaille paraît. Il s’agit entre autres, de la question géostratégique de la localité, l’existence probable de ressource pétrolière, la volonté de la France et de la communauté internationale de maintenir les bandits armés dans le sahel (loin d’eux)…

 Il faut alors en déduire que cette visite est purement stratégique d’un point de vue officiel. Encore que l’analyse de la question, sous plusieurs autres angles, relève de multiples zones d’ombres. Ce qui revient à dire que, la gestion de la crise malienne par le Président Macron, ne sera qu’une suite logique de celle déjà en cours…

KANTAO Drissa

Source : Le Confident

PARTAGER

10 COMMENTAIRES

  1. Le terrorisme une sorte de politique créé par l Occident pour pouvoir voler les pays non puissants elle est même financée par ces mêmes occidentaux. Nous avons. Même l écouté dans une interview de Vladimir putin sur la crise syrienne qui n a pas caché la vérité

  2. Je ne suis pas de ceux qui voient cette analyse comme étant pertinente, elle ne fait que suivre la ligne démagogique déjà tracée par nos pseudos intellectuels.

    S’il est vrai que le Nord Mali représente un intérêt géostratégique pour certaines puissances, dire qu’elles ont introduit les terroristes pour pouvoir faire main basse sur les soi-disant ressources relève de la connerie. S’il y des ressources pétrolières pourquoi les puissances chasseraient l’état Malien qui leur obéit à l’Å“il pour traiter avec des bandits sans foi ni loi qui tuent ou enlèvent leurs ressortissants pour les vendre ? Que gagneraient-elles à entretenir une guerre pour les miettes pétrolières de Kidal alors que l’Algérie qui en a en gogo est déjà en guerre depuis plus d’un quart de siècle contre les mêmes crétins ?

    En tout cas il faut être plus malin que moi pour comprendre cela.

  3. Que ceux qui pensent que la France est presente au Nord du MALI que pour lutter contre le terrorisme se posent la question de savoir pourquoi l’Algérie ne fait pas partie du G5?
    Qu’ on comprenne que la France a compris qu’ Algérie n’a jamais prévu que cette crise malienne allait provoquer la présence française à ses frontières ;qu’ elle fait tout pour éviter que la France ne s’éternise.
    Le soutien d’Algérie à IYAD AG qui s’en est pris aux soldats français montre que l’Algérie se positionne comme le Pakistan en Afghanistan.
    Son but est d’harceler les troupes françaises et internationales pour les pousser à former l’armée malienne pour qu’ elle puisse prendre seule en charge la sécurité de la zone.
    Une tactique qui a fonctionné en Afghanistan.
    La France et d’autres forces qui ont fui d’Afghanistan,est elle prête à le faire au MALI?
    Ce n’est pas sûr car sa présence en Afghanistan était purement humanitaire alors qu’ au MALI sa présence est stratégique.
    Elle préfère prendre des mesures pour résister à l’ Algérie et son homme de main IYAD AG .
    C’est pourquoi elle a créé le G5 avec ses pays satellites.
    La France se renforce par les pays qui ne peuvent rien lui refuser comme l’a fait les États-Unis en Afghanistan.
    Au vu de ces éléments qui peut contester l’idée selon laquelle tant que les forces internationales sont présentes le MALI ne connaîtra jamais la paix?
    Les exemples des pays minés par le terrorisme secourus par les grandes puissances sont particulièrement éclairantes :Afghanistan et Irak depuis 2003.
    Le MALI a intérêt à être maître de son destin en définissant une politique de sortie révolutionnaire et indépendante.
    Révolutionnaire :commencer à mener une diplomatie au près des pays partenaires pour les convaincre de choisir une autre piste de recherche de paix par laquelle la France s’inscrit dans un processus de retrait de ses troupes ainsi que les forces étrangères.
    Indépendante :prendre l’initiative de négocier avec IYAD AG pour qu’ il intègre le giron national.
    IYAD côté malien,le MALI et l’Algérie s’emploient à bouter les terroristes comme l’Algérie l’a fait avec ses terroristes plus sanguinaires qu’ IYAD AG .

  4. SE Emmanuel MACRON, lui meme la dit: dans la lutte contre le terrorisme, il continuera l’oeuvre de SE Francois HOLLANDE . Ce qui veut dire que le Mali restera encore et longtemps sous occupation. La MINUSMA et BARKHANE sont au Mali, pas pour se battre contre le terrorisme, mais pour s’interposer entre les belligerents: le Mali et la CMA. Ce groupe de bandits beneficiant du soutien sans faille de la France. La raison: jamais la France n’a accepte l’acces a Kidal aux autorites malienne. Pour qu’elle raison ? La France officielle seule est a mesure de repondre a cette question. Nous allons vivre avec ces crises qui exigent la presence permanente au Mali des forces internationales. Elles savent la raison profonde de leur presence au Mali.

  5. Oui KANTAO Drissa, vous aviez raison, seul les blancs ont cette capacité de suivre les évènements jusqu’à leur phase terminale. Depuis De GAULE les gouvernements successifs français ont les yeux rivés sur Kidal et aujourd’hui ils y sont enfin. Ils ont la carte géologique du Mali sur l’ensemble du territoire, pendant que le Mali lui-même ne possède pas cette carte. La France a très peu de ressources naturelles, mais ses colonies en disposent abondamment et leur politique est de maintenir ces colonies dans leur giron afin de puiser autant que faire ce peu, ces ressources quand elle veut et comment elle veut pour faire nourrir son peuple sur le dos des négros. J’espère qu’un jour nos dirigeants sauront se positionner eu égard à cette réalité, car nos dirigeants croient qu’ils sont français et cela est faux et archi-faux et mêmes ceux qui ont la nationalité française.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here