Edito : Nous approprier le Mali

41 réactions [-] Texte [+] Email Imprimer

Ce qui a paru comme des contestations isolées et sporadiques à l’endroit de la médiation du président Burkinabé, Blaise Compaoré, prend progressivement l’allure d’un véritable  Tsunami, et le médiateur de la CEDEAO dans la crise malienne semble n’en avoir cure.

Blaise Compaoré, président du Burkina Faso

Des Maliens de l’Intérieur, à ceux expatriés et à des non maliens, la perception d’une médiation partiale semble être la chose partagée par tous. Sauf les autorités maliennes : lors de sa dernière conférence de presse à son département, le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale s’était accommodé de l’attitude du Président burkinabé qui venait de rencontrer les responsables de Ansar Dine à Ouaga, et le ministre malien, expressément présent et à cet effet, n’en savait rien de ce qu’ils se sont dit. Outre les Maliens de France, et des voies épisodiques à l’intérieur, c’est une déclaration de la Convention Nationale pour une Afrique Solidaire Faso Hèrè (CNAS – Faso Hèrè) qui invite le Gouvernement de la République du Mali, à prendre les dispositions pour récuser officiellement et publiquement le Président Blaise Compaoré comme médiateur auprès de la CEDEAO du règlement politique de la rébellion armée dans le Nord Mali.

Pour la CNAS de Soumana Sako, « les actes posés par le Président Compaoré et les déclarations faites par lui depuis sa désignation jusqu’à nos jours révèlent clairement qu’il a pris faits et cause pour les mouvements sécessionnistes, terroristes et jihadistes contre la nation malienne au lieu d’être impartial ». Qui dit mieux ? Si la Coalition pour le Mali a adopté jusque là une démarche plutôt diplomatique, elle ne prône pas autre chose qu’une prise en main de la résolution, une appropriation par le Mali de la résolution de la crise. La gestion démocratique de la crise malienne se fait sans doute avec les forces vives. Celles-ci après avoir fait le procès de l’occupation lors des assises organisées à Bamako les 3 et 4 Octobre 2012, par la Coalition pour le Mali, n’entendent pas rester là. Le forum de Gao des 14 et 15 novembre est révélateur de la poursuite de la dynamique qui veut que le Mali soit l’acteur de la résolution de la crise qui le secoue. N’est-ce pas en nous appropriant de la résolution que nous nous mettrons à l’abri de certaines surprises désagréables ? C’est sûr, tout le monde dans la sous-région ne veut pas voir le Mali debout. Ce n’est pas Soumana Sako qui va nous démentir. Encore moins les populations de Gao.

B. Daou

 

 
SOURCE:  du   20 nov 2012.    

41 Réactions à Edito : Nous approprier le Mali

  1. Wangari lala

    Domage. C’est la triste réalité je suis malien et je baisse la tete. Il faut vun dernier sursaut, bouger un morceau d’orgueil et offrir fe l’air à nos enfants face à leur semblable. Nous croyons plus à rien meme pas à la pompeuse histoire de braves des empires qu’on nous a raconté. Où sont les dignes fils du Mali? Où sont les vrais patriotes? Mourir au lieu de la honte nous a été chanté! Ils nous faut une nouvelle génération d’hommes à vraies couilles pour netoyer nos larmes. Certains disent de n »gocier parce que ceux qui pronent le contraire n’iront pas au front. Mais, il ya des fils du pays auxquels on a cru et qui ont choisi de mourir mourir pour la patrie. Faisons pas d’amalgame ni de la distraction. Il faut que notre armée de ce qui reste en elle fasse la guerre, pas la CEDEAO,pas le Burkina-Faso, ni la Mauritanie, ni aucun de ceux avec qui on a meme pas matérialisé encore nos frontières. Personne ne doit mourir au Mali pour les maliens que les maliens. Après tout on sera fier dans les colloques, dans les compétitions internationales. REVEILLONS NOUS MALIENS. CECI N’EST ARRIVE NULLE PART AU MONDE

    • Dr ANASSER AG RHISSA

      Bonjour,
      Merci Wangari lala pour votre commentaire émouvant.

      Mais Ce n’est pas de la faiblesse que de demander à ses frères et sœurs des pays voisins et du monde de nous aider à laver un affront qui est difficile à laver seul car rendu complexe par l’enracinement du terrorisme.

      Ce fléau mondial, qu’est le terrorisme, ne peut être éradiqué qu’à travers un remède mondialement partagé, d’où l’élan mondial harmonisé (CEDEAO/UA/ONU) pour aider le Mali à éradiquer le terrorisme.

      Ceux qui participeront à cette lourde tâche épargneront éventuellement des vies dans leurs pays respectifs en évitant la propagation de ce fléau (terrorisme). Donc, ils aident le Mali et le Mali les aide en retour par cet aspect.

      Bien cordialement
      Dr ANASSER AG RHISSA
      EXPERT TIC ET GOUVERNANCE
      E-mail: Webanassane@yahoo.com

  2. Tibo

    C’EST TROP FACILE DE DEMANDER AUX AUTRES DE FAIRE LA GUERRE A VOTRE PLACE QUE DE NÉGOCIER LA PAIX POUR VOUS.

    • nonalinertie

      Nous n’avons jamais demandé à d’autres de faire la guerre à notre place. Nous avons demandé et continuons à demander DES APPUIS FINANCIERS ET AERIENS SURTOUT. Nous ne voulons pas de paix sans la guerre, dans l’impunité, l’amnistie voire l’amnésie. Si on vous avait volé, violé votre sœur ou votre mère, vous nous aurez compris.

  3. Tibo

    Qu’est-ce qu’il est difficile de comprendre ces maliens. Vous voulez quelle paix ? celle obtenue après négociations ou celle obtenue après une guerre a l’issue incertaine et par ailleurs livrée par les militaires d’autres Pays pour vous ? Comme votre Armée a honteusement prouve son incapacité a défendre son intégrité territoriale, permettez aux vrais hommes de vous aider. Le vin de la honte est déjà tire, il faut le boire.

  4. FAKELE

    Bonjour chers lecteurs,

    La médiation de Blaise entre les groupes terroristes islamiques et les rebelles est un vrai poison pour le Mali.
    Il suffit de comprendre que la rébellion dans notre pays a commencé je dirais plus tôt, c’est à dire au temps de Moussa, c’est pour cette raison que le 1er président Modibo Keita a refusé la partie de la Mauritanie associée au Mali, car ces rebelles pensent qu’ils sont des arabes or ils n’en sont pas, ce ne sont qu’en réalité des berbères; ce sont les vrais arabes qui ont quittés l’Arabie, la Jordanie et la Syrie pour prêcher la voie de dieu.
    cette même rebellion s’est déclenchée en 1990, en 91 à la chute du président Moussa.
    Alfa oumar Konare étant élu démocratiquement à négocier la rébellion avec le chéquier du pays afin de pouvoir réaliser ses 10année de pouvoir en toute tranquillité.
    Ces chefs rebelles sont des millionnaires hébergés par l’Europe, passant une vie paisible, faisant quelques interviews farfelu sur les chaines.
    Il faut en terminer avec cette rébellion pour que le Mali puisse trouver son intégrité territoriale et ainsi que regagner sa souveraineté, car personne ne peut estimer la souffrance et la persécution que subissent les habitants du Nord du Mali.

    Que dieu nous protège et nous vienne en aide

    • Bouglass

      Si c’est ce que vous croyez, demandez bonnement à l’armée d’entrer dans la danse!!
      Il est dit que l’offensive ne peut être envisagée au plus grand tôt qu’en septembre 2012. Entre temps, les maliens peuvent se retrouver sous la coupe réglée de quelque faction rebelle!! Il faut recuser Blaise Compaoré, soit mais ne plus parler de médiation? Les yeux rivés sur l’extérieur, on attend des sauveurs qui débarqueraient, armes et bagages et ligèreraient sans coup férir les territoires? C’est de l’ordre du rêve éveillé.
      Tôt ou tard, il faudra se mettre autour de la table de négociation et celui qui a été au départ de la médiation ne peut ne pas y prendre place. De grâce, la médiation a sa raison d’être et entre maliens ne doit exister de sentiment de va-t-en-guerre.

  5. Dr ANASSER AG RHISSA

    LES MALIENS DOIVENT DÉPASSER LEURS ÉGOS ET PRENDRE DE LA HAUTEUR POUR SE CONCERTER, DÉFINIR LE FUTUR SOUHAITÉ, NÉGOCIER ET S’ENTENDRE LIBREMENT SUR CE QU’ILS VEULENT DEVENIR

    Bonjour,
    Merci pour les nombreux internautes et Maliens qui échangent sur le devenir du Mali. Certains pensent que le fédéralisme sera imposé aux Maliens par des organisations et des pays étrangers.

    La bonne gouvernance passe par l’unité du commandement mais aussi par la fixation de règles claires entre commandements pouvant être hétérogènes, à condition que les parties prenantes s’y conforment.

    Ce dernier cas est semblable à celui qui est nécessaire pour l’élan harmonisé entre les différents contingents qui composeront la force de la CEDEAO/UA/ONU qui sera utilisée pour la restauration de l’intégrité territoriale du Mali.

    Donc, une parfaite harmonisation entre les différentes parties prenantes est nécessaire pour atteindre, sans surprise, un objectif.

    C’est le cas de la négociation qui exige qu’on sache qu’est ce qu’on doit négocier, avec qui et pourquoi en ayant défini au préalable des principes, conditions et des règles à respecter, d’où la proposition que j’ai faites d’un guide et d’une plateforme de concertations nationales, de négociation pour une sortie durable de la crise.

    Les propositions que font les Maliens ont pour but de retrouver leur souveraineté en s’entendant sur une solution consensuelle pour une sortie durable de la crise. Si les miennes coïncident avec celles de beaucoup de Maliens (politiciens ou membres de la société civile), tant mieux, c’est cela qu’on cherche.

    Mais s’étonner, comme certains le sont, qu’il y ait identité de vues avec des pays ou des organismes étrangers est surprenant.

    Chacun a sa façon de voir, ce qui n’empêche pas des points de vue identiques.

    Au contraire, nous devons apprécier le fait que plusieurs pays s’accordent, aujourd’hui, sur l’intérêt de la négociation pour éviter les méfaits et les effets collatéraux d’une guerre.

    Contrairement à ce que disent certains, je ne pense pas que tout soit déjà ficelé par l’ONU ou par certains pays.

    C’EST AUX MALIENS DE DÉFINIR LE FUTUR QU’ILS SOUHAITENT ET DE TRAVAILLER ENSEMBLE EN FIXANT DES PRINCIPES ET DES CONDITIONS A RESPECTER POUR Y PARVENIR.

    Le MNLA et Ansar Dine seront soumis à des principes (non impunité, respect des droits de l’homme, refus du terrorisme, coexistence pacifique) et des conditions (dépôt des armes, indivisibilité du Mali et laïcité) fixés par les Maliens d’un commun accord et non par des étrangers, comme certains le pensent.

    La condition d’indivisibilité est contraire au concept de fédéralisme. De ce fait, si ailleurs certains veulent imposer ce dernier, c’est aux Maliens de s’y opposer.

    C’est aux Maliens de s’entendre pour bâtir un Mali nouveau répondant à leurs souhaits et aux conditions et principes qu’ils définiront.

    C’est pourquoi, les Maliens doivent s’entendre sur un guide et une plate-forme de concertations nationales et de négociation pour une sortie durable de la crise.

    D’où l’intérêt de ma proposition en ligne sous forme de lettre ouverte au Président du Mali, au gouvernement, à la commission nationale d’organisation des concertations nationales et à tous les Maliens, mais aussi au médiateur.

    Souhaitons que tous les Maliens dépassent leurs différences pour s’accorder sur ce qu’ils veulent devenir sans qu’on le leur impose d’ailleurs.

    Bien cordialement
    Dr ANASSER AG RHISSA
    EXPERT TIC ET GOUVERNANCE
    E-mail : Webanassane@yahoo.com

  6. VIVIKOAN

    J’espère que Blaise n’enverra pas ses soldats dans la coalition CEDEAO pour risquer leur vie pour des ingrats.
    Le burkinabé moyen a d’autres chats à fouetter; la preuve: à Ouaga on parle de grands projets à réaliser plutôt que de palabres
    Que l’armée malienne seule aille se battre puisqu’ils ont la bouche pour critiquer les autres.
    Une Ivoirienne résidant au Faso

    • Bouglass

      Merci, c’est ce qu’il faut dire car les maliens se prennent pour le centre du monde, comme s’ils étaient plus que les autres, sauf les rebelles.
      Grand peuple contre une poignée de djiadistes mais quelle honte!! Des mots et des mot mais nulle trace de courage dans le sang pour relever l’affront inédit, unique dans l’Histoire.

    • FAKELE

      mon cher ivoirien a Fasso, c’est pas le mali qui a crée la CDEAO, tu parle en disant que les malien ont la bouche, mais ta pas respecter les maliens et la souffrance de la population du nord. un rappel il a fallu que la France délogé Bagbo pour que Alassane puisse venir au pouvoir. ou était les soldats ivoirien…..
      vraiment tu es un être recyclé de la derrière seconde avant de venir au monde.
      VRAIS BOUFFON VA VOIR TON PROF

  7. celui qui se tape blanche neige et sa coco 100 armes

    L’homme le plus riche de l’Histoire est malien

    http://www.slateafrique.com – 19/11/12

  8. Sapilma

    ady, tout comme toi ils mangent, boivent, défèquent et réfléchissent par le même trou noir placé dans l’entre-jambes!

  9. Sapilma

    Ah! Les Africains plus ils sont NULS, plus ils sont fiers.
    Les maliens nous en donne l’illustration parfaite: même dans le caca ils continuent à se prendre au sérieux!
    VOUS N’ÊTES PLUS CRÉDIBLES, BANDES DE MENDIANTS CAPRICIEUX!
    Attendez sagement qu’on vienne desserrer l’étau qui est entrain de vous rendre GAGA!
    C’est la faute à qui si vos soldats sans C.OUILLLES ont fui!

  10. toure aameed ben hamat

    cheick modibo et son ami blaise ont pris de l’argent avec les groupes teroristes narcotraficants, separatiste extremistes il sagit des groupes operant au nord mali, pour leurs donner l’assurance d’une vie meilleur au faso ou au mali apres cette periode de conflit.
    detromper vous negociateurs, vous aller les trouver la place a vivre dans l’espace ou sur la planette mars. cheick pilotte t blaise copilotte avec leurs passagers emcombrants le mnla, ansardine, extremistes, integristes, narcotraficants, violeurs assasins et autre.
    souvenez vous des crimes comises par ses groupes de bandits operant dans le nord mali? egorger nos soldats, lapider a mort nos citoyens, emputer nos citoyens. blaise nallais jamais negocier cela dans le faso. il nallais pas meme les recevoires en cote divoire. pour parler de negociation.

  11. nictam

    l’idiot c’est ta race tu nous insultes plus imbec…. blaise 100% ennemi du mli salaud tu oubli kil était vice président du Burkina lors de la dernière guerre mali/ Burkina ce rancunier ‘revient a la charge c’est tout ou bien tu n’étais pas encore né et c’est clair tout burkinabé est un ennemi en plus cette guerre c’etait pour une histoire de territoire alors avale ta merde au lieu de traiter les gens d’idiot

  12. roky

    mais mais vous etes idiots hein !
    sans Blaise je ne sais pas ce que ce pays sera
    on négocie tjrs après une guerre, regardez partout
    le fait qu’il négocie pour vous avec des bandits armés que votre armé à été incapable de chasser, c’est dire qu’il est de mèche avec les terroristes?
    bandes d’analphabètes, vous n’avez encore rien compris à la real politique

  13. ady

    comment peut on faire confiance a ce type? Par ou reflechissent les maliens?

  14. M'BAYIIRI

    Chers sœurs et frères maliens ! Je crois que vous vous trompez dans vos appréciations de la médiation burkinabe !
    Certes, on peut en vouloir à Blaise pour toute autre chose,excepté le rôle qu’il joue dans cette désolante situation que vit le peuple malien: ce rôle il l’a pas mendié et, il ne s’est pas imposé de lui-même à la volonté du peuple malien. Il faut que vous ne perdez pas de vu que le temps qu’il consacre à ce dossier est autant de temps et d’énergie qu’il ne consacre pas à des problèmes pas moins ardents du peuple burkinabe et, ce par solidarité !

    Chers frères, il faut savoir raison garder: chassez pour un moment et, tant soit peu, votre fierté exacerbée, votre désir de vengeance, car l’absolue priorité dans cette histoire lamentable est la restauration de l’intégrité territoriale malienne et l’éradication totale des exactions de tout genre contre les populations innocentes vivant au nord du Mali.

    Vous savez, le Mali, votre pays n’a pas été envahi par une armée étrangère mais a été occupé en partie par des maliens: chercher la raison de cette rébellion qui au su et à la vue de votre armée, a conduit à cette situation loufoque.

    Enfin, que dire ? Voulez d’avantage de morts de maliens ou, si possible, le minimum, voire pas un de plus qu’il y en a eu jusqu’à ce jour ? Et puis, si vous souhaitez tant en découdre pourquoi vous ni allez pas ? Personne ne vous en empêche !

    N’oubliez jamais, vous qui attendez du soutien d’autres, que « la Main qui donne est toujours au-dessus de celle qui reçoit »: méditez-y !

    • darou

      Cette réthorique, nous l’avons dejà entendue. Vous êtes victimes de votre ignorance et peut – être de notre inoncence. J’ai en effet beau faire la part des choses, dans tes propos, je ne trouve qu’arrogance, mépris et suffisance. Derrière tes mots, se cachent surtout des injonctions, des prescriptions, des appels au silence, voire à la censure. Une insupportable suffisance et une maladresse pathétique dont, je l’imagine, ne peut faire preuve qu’un « lakès » de Blaise.Le Mali n’est pas le premier pays à indexer Blaise. Nous savions qu’il a joué un rôle dans la guerre civile au Libéria, dans les tentatives de putsch au Togo, dans les tentatives de déstabilisation du régime de roawling au Ghana et dans la rébellion en Côte d’Ivoire. Vous dites que le Nord Mali estenvahi par des maliens, peut être oui. Mais ce qu’il faudra ajouter c’est que ces formes se sont en grande partie partie armées par le paiement des rançons pour la libération des otages. Cette tactique, on la tient aujourd’hui de source sûre: TU ENLEVES, J’INTERVIENS, TU ME LE CEDES ET ON PARTAGE LE FRUIT ». Vous dites de nous battre nous mêmes, bien sûr ce qu’on est en train de faire en commençant par combattre les imposteurs, les ennemis extérieurs, plutôt les hypocrites. Tu sais chez nous nos sages nous enseigné qu’il faut préférer un ennemi à un hypocrite. Aujourd’hui, nous savons qui sont et que veulent le MNLA, Ançar Edine, MUJAO, donc nous savons comment les combattre sans être honnêtement sûrs de les vaincre. Mais Blaise?

      • Tonton Dicks

        Très sincèrement, vous donnez trop de force à Blaise. Rassurez-vous, nous allons bientôt le mettre en retraite et si vous voulez il vous suffira de faire une demande au TPI pour que nous vous l’envoyions en colis postal. Blaise se cherche et vous lui donnez l’occasion de se trouver ; c’est à dire de trouver de la répentence.

  15. darou

    En âme et en conscience, pensevez qu’il est raisonnable de faire confiance en la médiation de Blaise? Je me demande quelles autorités les maliens ont actuellement. Des autorités d’aucune autorité qui semblent être voimies par l’écrasante majorité des maliens. La preuve est qu’elles ne font lecture de la stratégie actuelle du MNLA S/C Blaise Compaoré. Cette stratégie est claire, elle veut faire gagner la région de Kidal par le MNLA. Immaginez un peu si ces rebelles venaient à reconquérir cette région. Cela voudra dire qu’il faille revoir les copies de l’intervention militaire, car le MNLA étant reconnu comme un groupe à ne pas confrondre avec les terrorismes. En d’autres termes cela réduira le rôle du Mali dans la coordination des opérations militaires. En ce moment ne soyons pas surpris et ne pensons pas sous prétexte de souvérainité nationale que la communauté internationale cedera face à ce qu’elle appellera la lutte contre le terrorisme international, la protection de l’espace CEDEAO. Elle trouvera les arguments nécessaire pour intervenir avec ou sans le Mali. Nous n’aurions pas le choix, la communauté internationale pourra envisager le scénario de mener l’opération avec le MNLA qu’elle trouvera désormais plus aguerrie à livrer ce combat. Alors, du moment que le MNLA a accepté le principe de dialogue politique avec les autorités du Mali, il ne devrait plus entreprendre d’opération militaire sur le terrain. Les autorités maliennes doivent interpeler le mediateur sur cet état de fait. La tendance est aujourd’hui de repositionner le MNLA et cela, naturellement aux détriments du Mali.

    • Sambpu

      Darou.Vous avez bien raison!Il faut être aveugle intellectuellement parlant pour ne pas comprendre ce que veut ce babiè de Blaise: LA REMISE EN SELLES DU MNLA!Tout le monde sait que le MNLA n’a aucune portion de notre territoire, pourquoi donc l’associer aux discussions?Pourquoi ne pas désavouer ce traitre de Blaise qui comme par hasard est à l’origine de la liberation des otages européens, chaque fois quand il y a de gros sous comme rançon?Nos autorités ne doivent même pas accepter de se mettre à la même table que ces fils de c h i e n s du MNLA qui sont à l’origine de toute cette crise! :twisted:

      • darou

        Le comble sera demain quand on entendra que le commandement de la MISMA est confié à un officier burkinabé. Il faut s’attendre à tout, car nous des « je ne sais qui » à la tête de ce pays. Aujourd’hui, j’ai appris que le Conseil de paix et de sécurité de l’Union africaine a donné mandat à la présidente de la commisssion de mener les consultations pour mettre en place le commandement. Cela se passe à un moment où le directeur de cabinet de celle ci est un burkinabè, donc pourra intervenir dans son choix.

      • Assta

        Vous êtes vraiment bornés!!!
        Vous devriez d’abord accepter vos autorités sont aussi celles du MNLA. Sinon, cela signifie qu’ils ont droit à une autre autorité alors qu’ils sont Maliens, donc vous les laisser gérer la zone où ils vivent depuis …

  16. fladen

    « C’est sûr, tout le monde dans la sous-région ne veut pas voir le Mali debout. » tu as parfaitement raison, Ouattara voulais envoyer ces merssenaires au Mali pour deloger le Capitaine et en finir avec ce probleme des merssenaires qu’il embaite, quant a Blaise les terroristes on boudais les comptes au Bourkina par les dollars de kadaffi, et veus aussi ce venger du Mali, la Mauritanie ce le rasiseme ils veullent pas que les blacs soit gouverner par les noirs du sud, l’Algerie veut aussi se debarasser de ses teroristes d’AQMI, donc sa lui arrange pas qu’ont les deloge pour ne pas revenir encord en Algerie, ingratitude certe.

  17. DOUENTZA

    Il faut éviter d’accuser, les autres. Les problèmes du mali, sont d’abord sa justice et après sont armé. Toute solution viable passe, par l’amélioration de ces deux entités. Que DIEU sauve le mali.

  18. sbt

    CMD n’est pas un vrai malien sinon il va se laisser piéger par Blaise et alliés.

    • Mon frère CMD est un vrai malien. En réalité, nos autorités ont les mains liés; les puissances étrangères (USA et France) imposent au Mali de trouver une solution politique à la crise du Nord. Entre autres preuves, les armes ne sont pas libérées encore. Nos autorités ne sont pas stupides. A eux d’être perspicaces lors des négociations.

  19. Leguen

    Maliennes, maliens de l’intérieur et de l’extérieur, réveillons-nous! Au lieu de toujours accuser les autres de ne pas « être » des amis de notre pays, rassurons-nous, nous mêmes d’abord, être certains d’aimer réellement ce pays comme on le prétend tous. Combien sommes-nous en réalité capables de priviléger la cause nationale à son propre intérêt personnel? Pas beaucoup. Alors, arrêtons de faire porter le chapeau de tous nos malheurs aux autres, en reconnaissant nos propres responsabilités dans la situation actuelle de notre pays.

  20. Dr ANASSER AG RHISSA

    RÉSUMÉ DE LA LETTRE OUVERTE PORTANT SUR LE GUIDE ET LA PLATEFORME DE CONCERTATIONS NATIONALES ET DE NÉGOCIATION POUR UNE SORTIE DURABLE ET HONORABLE POUR TOUS DE LA CRISE MALIENNE

    La tenue des concertations nationales est indispensable.

    Tous les Maliens n’acceptant pas le terrorisme incluant ceux de la diaspora et des régions doivent participer à ces consultations nationales.

    De même que les groupes armés, MNLA et Ansar Dine, respectant certains principes (non impunité, respect des droits de l’homme, coexistence pacifique) et certaines conditions (refus du terrorisme, restauration de l’intégrité territoriale, laïcité).

    Bonjour,
    Cette proposition s’adresse à son Excellence Monsieur le Président par intérim du Mali, Dioncounda Traoré, à son Excellence Monsieur le médiateur de la CEDEAO pour la crise Malienne, à son Excellence Mesdames et Messieurs les membres du gouvernement de transition du Mali, à Mesdames, Mesdemoiselles et Messieurs les responsables du comité d’organisation des concertations nationales et à tous les Maliens.

    C’est le résumé d’une lettre ouverte publiée sur internet, en particulier sur maliweb, tamtaminfo, agora21 et facebook.

    Devant la gravité de la situation au Mali induite par les crises institutionnelle, sécuritaire mais aussi économique, je me permets de vous écrire cette lettre ouverte pour vous faire :

    (1) une proposition portant sur la gouvernance, l’utilité des concertations nationales et la condition de sortie de la crise Malienne. Téléchargeable depuis le portail agora21, sur internet, elle est intitulée :

    [Proposition] GOUVERNANCE, UTILITE DES CONCERTATIONS NATIONALES ET SORTIE DE LA CRISE MALIENNE

    (2) une proposition de sortie, honorable pour tous, de la crise Malienne. Téléchargeable depuis le portail agora21, elle est intitulée sur internet :

    Mali : SECURISER LA POPULATION PUIS OPTER POUR UNE SORTIE DE CRISE HONORABLE POUR TOUS EN GARANTISSANT LA RECONCILIATION ET L’UNITE NATIONALES PAR UNE SOLUTION NEGOCIEE VIA UNE CONFERENCE GLOBALE DE COMPROMIS ENTRE MALIENS

    (3) une proposition d’un guide et d’une plateforme de concertations nationales et de négociation pour une sortie durable et honorable pour tous de la crise Malienne. Elle fait l’objet de cette lettre ouverte.

    Ces propositions ont été enrichies par les très nombreux échanges que j’ai eus sur internet, en particulier sur maliweb, essor, tamtaminfo, agora21, facebook, avec des milliers d’internautes au sujet des conférences nationales et de la solution à la crise Malienne. Je profite pour les remercier pour leurs contributions et leur engagement.

    Je propose un guide et une plateforme, qu’il est souhaitable que tous les Maliens utilisent, pour aider à résorber durablement la crise.

    Il est souhaitable qu’ils soient utilisés par le gouvernement de transition du Mali et le comité d’organisation des concertations nationales comme faisant partie des bases de discussions et comme Guide et Plateforme de concertations nationales et de négociation pour une sortie durable et honorable pour tous de la crise Malienne.

    Ce guide et cette plateforme peuvent aussi être utilisés par le médiateur de la CEDEAO pour la crise malienne comme plateforme de négociation.

    Bien cordialement
    Dr ANASSER AG RHISSA
    EXPERT TIC ET GOUVERNANCE
    E-mail: Webanassane@yahoo.com

  21. Assta

    Pour une fois je souhaite qu’effectivement on déssaisisse Blaise du dossier. On verra ce qui va se passer pour vous.
    Vous pensez que les puissances étrangères viendront tuer les populations du MNLA et d’Ansar dine??? Vous vous fourrez le doigt dans l’oeil. Si au moins vous aviez des militaires pour devancer l’intervention …

  22. Broulayi

    Les autorités maliennes sont comme ça… :mrgreen:

    Dès qu’ils sont élus aux destinées de notre pays, il se mettent à jouer à l’Empereur… ils font tout en catimini… et ne prennent même pas la peine d’écouter ni d’informer la population de ce qu’ils vont faire… car… « je suis le massakè… ferme ta gueule »… :mrgreen:

    Ainsi, le Mali est le seul pays au monde où 3 anciens présidents sont vivants… et aucun d’entre eux n’a prononcé la moindre phrase sur le drame que vit sa population… on continue à les considérer comme des massakè… :( … et ils sont fiers de vivre sur leurs milliards quand le peuple crève la dalle…

    ATT et Kafougouna ont signé les fameux accords d’Alger, sans que même l’Assemblée nationale n’ait eu son mot à dire… :( … ATT fait ce qu’il veut… Il distribue aux amis les milliards du développement… il n’a de compte à rendre à personne…

    Le malien est le seul au monde qui préfère avoir confiance à un étranger… les politiciens maliens préfèrent que ce soit Blaise Compaoré qui décide pour le Mali… plutôt que Omar Sako… ou Bilali Doumbia… ni même Fatou Kamissoko, des gens bien de chez nous… :mrgreen:

    Le Malien est le seul au monde qui préfère que les griots lui chantent tous les jours… Héééé amériqui dioula… paris djandjon diyarila… Hé… nouyorki diandjon diyarila… plutôt que de dire « bravo pour ce que tu fait comme agriculteur du mali, ou comme savant du mali… :mrgreen: :mrgreen:

    On peut multiplier les exemples. Mais tout le monde sait que cette cacophonie se passe à Bamako… Pas à Kayes… ni à Sikasso… ni à Mopti… Où les gens travaillent. Mais à Bamako… où les mêmes sont là tous les jours à se jalouser… à se haïr… sans même prendre conscience que le pays brûle… que la population souffre… :mrgreen:

    C’est là où… quelques fois… je me mets à rêver du temps où des Jerry Rawlings ont sauvé leurs pays de l’ambîme… ou des mathieu Kérékou… je perds la mémoire… :mrgreen:

    Alors pourquoi par un NGolo Diarra bien de chez nous ? :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen:

  23. toure aameed ben hamat

    BLAISE, TU NOUS AS DESSUS. LE PEUPLE MALIEN CROYAIS QUE TU ETAIS AVEC EUX POUR PARTAGER LEURS PEINNE ET SOUFFRANCE, PLUTOT CEST LE CONTRAIRE. TU AS PRIS LARGENT AVEC LE MNLA ET ANSARDINE ILS ONT TOUS DES COMPTES EN BANQUE DANS LE BURKINA ET ILS VIVENT PAISIBLEMENT AU FASO, PARCEQUE ILS ONT RAMENER BEAUCOUP DE DOLLARDS DE CHEZ KHADAFI, TUAS PRIS LEURS ARGENT ET EN LES PROMRTTANT LA VIE EN ROSE AU MALI, TU AS MENTIE, TOI ET TON AMI CHEICK MODIBO DIARRA. TROUVER LEURS LA PLACE SUR LA PLANETTE MARS, PAS AU MALI. CHEICK MODIBO DIARRA LUI IL TA TROUVEZ AUSSI DE LA PLACE SUR LA PLANETTE MARS, CAR APRES TON MANDAT SUR LE FASO TU IRAS AUSSI VIVRE SUR MARS. TU RENDRAS COMPTE A LA FAMILLE DE THOMAS SANKARA. SARKOZY ETAIS IL YA QUELQUES JOURS CHEZ TOI POUR AUSSI PRENDRE SA PART DE GATEAU DANS LE CONFLIT MALIEN. DETROMPE TOI, LES MALIENS TE REGARDE TRES BIEN. LE MALI SERAS SAUVER SANS TOI ET TES COMPLICES ATT ET AUTRE. ATT SEAIS JUGER ET EXECUTER.
    PAR TOURE AMEED CALIFORNIA USA

    • Assta

      A ce que je sache, le peuple malien c’est aussi bien le Nord que le Sud (MNLA et l’autre y compris). Prenez un peu de hauteur pour mieux comprendre votre problème au lieu d’écumer dans votre lacheté de haine

      • nonalinertie

        Assta, on a la drôle d’impression que le MNLA/ANE SARDINE étant supposés être essentiellement constitués de maliens, cela leur donne tous les droits : s’allier/se rallier/s’éloigner des AQMI/BOKO HARAM selon les réalités du moment pour commettre les pires crimes : voler, violer, exiler, profaner, piller, saccager, amputer, lapider, assassiner militaires et civils maliens, et tuer tout processus de développement.

        • Assta

          Le problème, c’est que si les autorités maliennes tiennent ce type de langage de la rue et des internautes, il n’y aura de solution que l’autodétermination ou quelque chose de semblable pour la zone. Parce que la communauté internationale ne viendra pas exterminer tout un peuple qui demande son autodétermination. Si Bamako les rejette alors ils gagnent.