Edito : Comment réunifier les contestataires du Régime ?

3

Nous sommes à un tournoi décisif dans l’histoire politique du Mali. A quelques mois de la fin du mandat d’IBK, des anomalies sont patentes au niveau de certains prenables sans lesquels, la fraude électorale est inévitable en 2018. Donc, bonjour à la crise postélectorale.

Comment éviter une nouvelle crise politique au Mali ?  Voilà à quoi les Maliens doivent s’atteler. Le Bilan d’IBK est catastrophique. De son arrivée à aujourd’hui, aucune lueur d’espoir. Quatre ans passèrent ainsi et les quelques mois qui restent à vivre sous son règne, il n’y a pas lieu d’espérer. IBK et son entourage n’ont pas la panacée à laquelle les Maliens s’attendaient pour soigner leurs maux. Ils sont eux aussi, politiques au pouvoir, malades plus que les Maliens, mais de quoi ? Ils sont insensibles ; ils n’encouragent que des actions qui font mal à la dignité malienne.

Alors, le peuple malien doit orienter ses énergies vers le plus essentiel au lieu de passer le clair de son temps à seulement critiquer IBK. Il faut songer à l’après IBK. Comment lui arracher le pouvoir de manière démocratique par la voie des urnes  en 2018?

Cela demande un travail de fond. Il faut que les contestataires du régime mettent de côté leurs égos, pensent à l’intérêt supérieur du Mali.

Des marches contre la mauvaise gouvernance et contre la révision constitutionnelle avaient laissé place à, un moment donné, la raison d’y croire. Mais tout s’est terminé en queue de poisson pour des calculs politiques.

Le cas de la plateforme AN TE A BANNA est une illustration parfaite. Tandis que certains se battaient contre le projet référendaire, d’autres politiques se positionnaient afin de faire basculer les associations membres de la plateforme dans leur camp dans l’optique d’être soutenus par la plateforme en 2018. Cela a fragilisé le mouvement et a installé un climat de doute entre les politiques membres.

Ces opposants, c’est vrai qu’ils ont démontré depuis longtemps qu’ils ne peuvent pas cheminer ensemble. Raison pour laquelle, nous faisons malheureusement connaissance de trois pôles politiques de l’opposition.

Comment les réunifier face à l’urgence qui se pointe à l’horizon car s’ils vont en rang dispersé, il y a lieu de craindre.

IBK et ses compagnons ont plus d’argent que le camp opposé. Ils ont commencé déjà la campagne présidentielle et ce sont eux qui détiennent l’appareil politique et administratif, donc ils vont favoris mêmes s’ils sont vomis par le peuple car l’adage africain est devenu une réalité absolue au Mali : ‘’On n’organise pas une élection et la perdre’’.

C’est à la société civile de se positionner en ‘’faiseur de roi’’ et contraindre les politiques à la suivre.

Dans son projet ‘’alternance 2018’’, la problématique est le cri de cœur du Collectif pour la Défense de la République (CDR). Lors de l’émission cartes sur table mardi passé, Ras Bath a évoqué le sujet de la révision de la liste électorale. Ras Bath a trouvé les politiques de l’opposition et la société civile inactifs alors qu’une élection transparente passe nécessairement par l’audit du fichier électoral, l’inscription massive des maliens qui ont l’âge de voter sur les listes électorales et ceux qui n’ont pas encore retiré leur carte NINA de le faire le plus rapidement possible et après exercer leur devoir de vote, de manière massive, en 2018.

Cette étape est menacée et il y a urgence que les contestataires des actions gouvernementales, du régime se réveillent.

NI AN LAARA, AN SAARA (Si on se couche, on est mort). Tout le monde est averti.

Boubacar Yalkoué

PARTAGER

3 COMMENTAIRES

  1. N’SARAN’NA parce que je suis entrain de manger mon repas et je lis:”…. TOURNOI decisif…”
    Yacouba Yalcoue’, TOURNANT est meilleur!!!! Si tu veux ecrire en Anglais, la traduction est…TURNING POINT!!!!
    Yacou et ses semblables, ne pensez-vous pas qu’unir les maliennes et les maliens… est MEILLEUR qu’unir une partie de la population malienne contre l’autre partie de la meme population?
    J’aimerais bien savoir ce qui se passe dans vos tetes!!!!

  2. Dans aucun pays au monde,on ne verra l’opposition unie.
    Il y a toujours des oppositions disparates car elles n’ont pas les mêmes conceptions de la gestion du pays.C’est lié à leurs natures.
    Engager des actions pour améliorer le processus électoral,inciter les électeurs à se faire inscrire font partie du rôle de tous les partis politiques.
    Chacun doit jouer sa partition.
    L’opposition doit interpeller le gouvernement s’il n’applique pas sa partition et prendre témoin l’opinion nationale et internationale.
    SOUMAILA CISSE le fait idéalement.
    Le gouvernement doit interpeller les partis politiques à jouer leurs rôles de sensibilisation des électeurs à s’inscrire.
    Tout le monde constate le jeu du gouvernement.Il est loin de jouer parfaitement son rôle.
    Il y a anguille sous roche.
    Le pouvoir se sent menacer à organiser une élection transparente.
    Point de jouer la rébellion comme le veut ce journaliste et son ami Ras bath ,le MALI est sous le radars de la communauté internationale comme l’atteste le récent rapport.
    Le jeu du gouvernement est connu.Au moment opportun l’opposition fera connaître sa désapprobation.
    C’est en ce moment que l’unité est exigée car ils ont tous intérêt à une élection transparente.
    Pour la conquête du pouvoir,la division de l’opposition est compréhensible sauf à décider de s’unir,tous,contre Ibk comme ça été fait contre Abdoulaye Wade .
    Cette stratégie est,en principe,efficace contre un président qui a brûlé ses deux mandats qui veut continuer.
    Les partis politiques de l’opposition qui ont des accointances idéologiques avec le président sortant peuvent décider de le soutenir au deuxième tour,si les négociations sur la gestion du pouvoir aboutissent,s’ils estiment qu’ Ibk mérite toujours la confiance après un premier mandat chaotique.
    S’il y a division au sein de la plateforme ANTÈ A BANNA ,c’est Ras bath qui l’a créé en voulant agir sur la plate bande des partis politiques .
    On aurai voulu que Ras bath continue à agir là où il est efficace,qui est la source principale de sa popularité:LA DÉNONCIATION DES DÉRIVES DES HOMMES POLITIQUES ET DES HOMMES D’AFFAIRES MALHONNÊTES.

  3. Le problème de cette plateforme est que le CDR qui constitue son fer de lance est dirigé par un homme dont la notoriété subite lui monte à la tête et risque de le détruire. Je crois que ce RAT BATH délire quand il prétend expliquer à des gens comme Zou, Tiébilé et consorts ce que signifie alternance. Moi je commence à me poser des questions si ceux qui le qualifient de drogué n’ont pas raison sinon comment peut-on jouer avec des Politiques et ne pas être préparé à ce qu’ils cherchent à récupérer un élan populaire comme celle là ? Quel Politicien au monde ne le fera pas ? Comment peut-il aller à une réunion regroupant tant d’élites et sur un sujet aussi important, ne même pas s’asseoir, laisser ses doléances pour qu’elles soient prises en compte ? Qu’est-ce qu’un farfelu comme lui peut avoir à faire et qui ne lui donne pas le temps de prendre part à une telle réunion ?

    Pour ce qui est des élections, on n’a pas besoin d’être un prophète de l’Apocalypse pour dire que IBK trichera pour être ensuite chassé de la manière la plus spectaculaire. Tout le monde le voit venir et tout le monde l’attend au tournant !! 😎😎

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here