Edito : Tous malades !

0

Dans notre pays, l’accès à des soins de santé appropriés, est un casse-tête pour l’ensemble de nos compatriotes. Qui ont du mal à se faire soigner non seulement à cause du coût, mais aussi pour l’insuffisance de meilleurs plateaux techniques.

Pour avoir fait le tour de quelques hôpitaux et Cscom de la capitale, j’ai relevé deux observations qui me paraissent inquiétantes.

Primo, c’est qu’on a l’impression que tous les Maliens sont malades. Pour une simple consultation de routine, il faut obligatoirement que vous vous réveillez avant le muezzin. Et cela, pendant tous les jours ouvrables de l’année.

Sécondo, pour être bien accueilli par le personnel médical, il faut qu’on voit dans votre regard la couleur des billets de banque ou que vous soyez « recommandés ».

Au-delà de ces aspects, le malade doit se débrouiller pour d’abord avoir la consultation et avec un peu de chance un traitement.

Dans un pays où tout le monde est malade, combien sommes-nous à avoir cette « petite » chance de voir un médecin, un infirmier ou une sage femme dans l’urgence ? De toute évidence, il faut les compter sur les bouts de doigts. Parce que le Mali de la corruption ou tout simplement de l’argent facile, n’a pitié ni de malades, encore moins de pauvres. Certains agents de santé sont devenus de véritables hommes d’affaires au milieu des malades.

C’est pourquoi, même si vous ne l’avez pas remarqué, chaque médecin dispose de son réseau de laboratoires pour les analyses et de pharmacies pour les médicaments. Rien n’échappe à ces réseaux. Et si par hasard, vous faites entraves à ce business, vous risquez gros. Alors, dans ces conditions, peut-on accéder à des soins appropriés ?

En tout cas, c’est la responsabilité de l’Etat et de chacun de nous d’agir pour mettre fin à ces nouvelles pratiques. Qui font de tous les Maliens, des malades à vie !

Idrissa MaĂŻga

PARTAGER