Edito : Où va le Mali ?

2
Un drapeau malien
Un drapeau malien

A quelques mois de la présidentielle, les  Maliens semblent  occulter les  réalités quotidiennes. Au nord Kidal échappe toujours au pouvoir central. Les autres villes sont en état de siège. Au centre le pouvoir ne contrôle que les  préfectures et la paix est toujours un mirage. Plus de 500 écoles  sont fermées dans le centre et le nord avec  comme résultat plus de 100000 enfants  qui ne bénéficieront pas de programmes scolaires.  Toute cette cacophonie a pour cause les attaques terroristes.  La mort est devenue le quotidien des militaires maliens et des forces internationales à savoir la MINUSMA et BAKHANE. Et comme pour mettre du sable dans le couscous du pouvoir un rapport mal rédigé vient jeter à la poubelle tous les efforts du régime.    Pour encore plus ternir l’image du Mali une association de petits bandits Human Right Watch sur la base de rumeurs farfelues accuse les soldats gouvernementaux d’exactions. Pour enfoncer le clou l’organisation   confirme l’existence de charnier dans certaines localités du centre. Ce que Human Right Watch ignore ce que le Mali n’est pas le Kossovo qui se trouve en Europe, le Mali n’est pas un pays de l’humanité sauvage. Exterminés des   innocents des races voir des ethnies n’est pas Maliens. Notre société même a toujours  condamnée ces actes qui sont digne du temps de Clovis avec son fameux vase de Soisson. L’achat d’avions de combat pour l’armée a été une bonne nouvelle pour le peuple malien mais pas pour la France. L’homme fort du Quai d’Orsay Jean Yves Le Drian  la grosse tête comme l’appelle les français a exprimé son mécontentement après l’annonce de cette nouvelle.

Les hommes politiques au lieu de condamner ceux qui  ternissent l’image du Mali à savoir Human Right Watch  rêvent déjà de Koulouba. Ce qu’ils ne savent pas ce qu’un chaos généralisé n’épargnera ni l’opposition encore  moins la majorité. Comme pour se venger  du projet de referendum que le président a accepté de retirer le mouvement An Ka be   fait une démonstration de force en remplissant le stade Modibo Keita.

Maliens du nord et du centre vous devez garder votre mal en patience  car les hommes politiques songent d’abord à la conquête du pouvoir.

Badou S. Koba 

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

2 COMMENTAIRES

  1. Toutes les oppositions du monde songent d’abord à la conquête du pouvoir car c’est au pouvoir qu’ on peut régler les problèmes des peuples,pas en dehors.
    Pourquoi condamner pour condamner quand on a pas la preuve de ses déclarations.C’est au gouvernement de condamner s’il estime que les déclarations sont fausses,s’il a aussi les preuves de ses contestations.
    Aucun peuple au monde n’a dans sa culture le massacre d’êtres humains innocents.Les bavures peuvent se produire dans tous les pays du monde,si les précautions ne sont pas prises.
    Que c’est logique que l’opposition agisse sur le terrain au lieu de déclarations tapageuses .
    A quelques mois des élections présidentielles,c’est naturellement plus raisonnable qu’ elle face connaître une autre politique alternative au près des populations dans toutes les contrées du MALI.
    C’est au pouvoir qu’ elle est jugée sur sa capacité à trouver des solutions.
    C’est à Ibk,qui a eu la confiance du peuple, d’agir pour mériter la confiance renouvelée en 2018.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here