Editorial : Grandes manœuvres présidentielles

0
0

Bientôt les élections présidentielles. Les candidats se positionnent, les partis politiques s’organisent, les alliances se nouent. Pourtant,  nous ne savons pas grand chose de leurs projets.


Avec les multiples abandons de l’ADEMA, et encore d’autres qui pourront survenir, Dioncounda est inquiet car dans son parti, nombreux sont ceux qui risquent d’être laissés pour compte.


L’URD, parlons-en. Compte tenu de la place qu’il a occupée à l’UEMOA, Soumi compte  sur l’appui de l’extérieur. Au plan national, les spéculations vont bon train. Alpha et Soumi…? Mais c’est  la politique, tout est envisageable.
Modibo Sidibé : en voilà un qui a déjà changé les donnes. Il est le seul qui a trouvé la recette de la politique malienne ; mais voyons s’il pourrait avoir tous les ingrédients appropriés à son plat. ATT pour Modibo… ? Cela  va faire du bruit, car beaucoup de gens ne veulent pas voir le pouvoir devenir un jeu de ping-pong entre Généraux.


IBK, le leader du RPM, croit qu’il est avec les bonnes étoiles ; c’est sa dernière cartouche pour atteindre Koulouba. Ainsi il doit abattre son jeu :  à tout bien tout honneur. Pour renforcer son parti, il vient de signer un protocole d’accord avec quinze partis politiques : l’alliance « IBK-Mali 2012 ».
PDS : voilà un parti qui avait bien démarré avec des intentions valeureuses, mais par la faute de quelques brebis galeuses, ils ont du mal à se positionner ; leur seul espoir serait  Hamed Sow, étant donné que Séméga est hors circuit.


Ils ne sont pas favoris, mais pèsent quand bien même dans la politique. C’est le cas de Mandani Tall  ou encore de Modibo Diarra persuadé que ses actions en faveur de l’éducation, de l’agriculture et de la micro finance finiront par faire la différence. Modibo Diarra a de bonnes idées et notre pays a besoin d’hommes comme lui. Malheureusement, au Mali, la vraie politique se pratique  autrement…


La CODEM de Housseini Amion Guindo et l’association « 22 septembre 1960 » de Me Harouna Toureh ont « axiomatisé » leur union. Soumana Sako avec son « son de cloche » : « Je respecte chacun des candidats, mais je les connais et ils ne me font pas peur »
A qui donc se fier parmi tous ces candidats ? La plupart , surtout dit favoris, ont eu à traiter avec les anciens régimes, que ce soit de Moussa Traoré, d’Alpha Oumar Traoré ou d’ATT.
Alors, méfiance… !   
Neïmatou Naillé Coulibaly

NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.