Editorial Le double langage du Premier ministre

15 réactions [-] Texte [+] Email Imprimer

Dr Cheick Modibo Diarra

Du Maroc où, il participait au Forum International Afrique Développement, le Premier ministre Cheick Modibo Diarra avait posé deux conditions pour ouvrir le dialogue avec le MNLA et Ansar Dine. Première condition : « la charia, a t –il, dit ne sera appliquée sur un millimètre carré du territoire national ». Seconde condition : « Il n’y aura ni indépendance, ni autodétermination de qui que ce soit sur un millimètre carré du territoire national ». Et le che du gouvernement de transition de conclure : « Si le MNLA et Ansar Dine sont d’accord avec ces deux conditions, tout le reste est négociable ».

Cette déclaration du Premier ministre a été saluée par l’ensemble du peuple malien. Elle traduit leur opinion, face à ces deux groupes armés qui, à s’y méprendre, se ressemblent comme deux goûttes d’eau.

Déjà chancelante, au sein de l’opinion publique, la côte de popularité de Cheick Modibo Diarra a, à peine, commencé à remonter la pente qu’une autre déclaration, faite depuis Ouaga dimanche dernier, vient contredire celle faite au Maroc.

A l’issue de son audience avec Blaise Compaoré, médiateur de la CEDEAOdans la crise malienne, Cheick Modibo Diarra n’a plus posé de conditions au dialogue avec le MNLA et Ansar Dine. Bien au contraire. A la surprise générale, il trouve même que « dialogue avec le MNLA et Ansar Dine est inévitable ».

Au sein de l’opinion nationale, c’est la consternation. Partout, une seule question sur toutes les lèvres : le Premier ministre a t –il subi des pressions à Ouaga ? En d’autres termes, pourquoi ce revirement à 190°, en moins de 48 heures ?

Surtout, dans ce contexte marqué d’une part, par l’imminence d’une intervention militaire internationale. Et, d’autre part, par deux nouvelles donnes.

Le MNLA est, désormais, aout. Et ses tentatives désespérées de reprendre pied au nord se sont soldées par un échec retentissant. Du moins, face aux combattants du MUJAO, décidés à les poursuivre jusque dans leurs chiottes.

S’agissant d’Ansar Dine, il n’a fait aucune concession, à l’issue de ses discussions avec Blaise Compaoré. Car, renoncer à appliquer la charia à tout le Mali, sauf à Kidal son fief, ne veut rien dire. Contrôle t –il, aujourd’hui, tout le territoire malien ?

Face à ces deux réalités, le Premier ministre devrait maintenir sa déclaration de « Casa ». Mais hélas ! Contre toute attente, il vient de brûler ses ailes à la flamme de deux langages.

Oumar Babi

SOURCE:  du   21 nov 2012.    

15 Réactions à Editorial Le double langage du Premier ministre

  1. tchack

    Lors de sa visite le 1er Juin 2012 le PM a rassuré les maliens, qui n’aspirent qu’à bouter les terroristes et bandits armés hors de son territoire, en ces termes «J’ai dit que je ne suis pas pour la guerre, car c’est la guerre qui fait d’un enfant un orphelin, c’est la guerre qui fait d’une femme une veuve. Mais quand on aime son pays, il faut le libérer même s’il le faut par la guerre, une guerre qui mettra fin à la guerre pour toujours. Une guerre qui ouvrira la porte à la paix et à la sécurité, parce que sans paix il ne peut pas y avoir de sécurité et sans sécurité il n’y aura pas de prospérité pour cette Nation »
    Depuis l’eau a coulé sous le pont et je pense que ce temps pour lequel le dialogue était possible est révolu. Alors M. le PM rendez vous à l’évidence car le Dialogue ne résoudra pas cette affaire du nord de notre pays. On ne peut discuter qu’en position de force. Soyons cohérent dans la démarche à adopter S.V.P. ce n’est pas par tâtonnement que ces gens vont être chassés hors du pays.

  2. Dr ANASSER AG RHISSA

    SE CONNAITRE POUR VIVRE, MIEUX, ENSEMBLE

    Bonjour,
    Merci pour vos contributions pour sortir le Mali de la crise.

    Certains se posent des questions sur moi, telles que :
    qui est ce Monsieur ? Pourquoi, n’intervient-il que maintenant ? Est-il opportuniste ? N’a-t-il pas de connexion avec le MNLA ou Ansar Dine ou autre ?

    Je suis Touareg, de père Malien et de mère Nigérienne, Habitant en France.

    En tant que Touareg, mes parents, pratiquant le nomadisme, ont habité alternativement au Mali et au Niger (région de Tillabery). Une partie de mes parents habite dans la région de Gao (côté père) et une autre dans la région de Tillabery (côté mère).

    J’ai effectué mes études jusqu’au Bac au Mali et les études supérieures, y compris le doctorat sur l’informatique et les TIC, en France.

    Plusieurs de mes promotionnaires, frères et amis, travaillent actuellement dans l’administration du Mali.

    Je ne suis pas un opportuniste. Ma bonne foi, c’est l’honnêteté que j’ai en moi et le courage de ma conviction.

    Je n’ai aucune connexion avec le MNLA ni Ansar Dine ni aucun groupe islamiste ou terroriste.

    Je suis un Touareg qui est convaincu de son choix et qui souhaite attirer l’attention sur les différents amalgames à éviter et les moyens pour sortir de la crise Malienne et sur le fait que la seule route d’espoir pour le Mali, c’est l’unité et la réconciliation nationales dans un climat de paix et sécurité durables sans terrorisme.

    Comme vous le savez, j’écris beaucoup et je publie sur internet sur le développement durable et équitable, les TIC mais aussi sur des sujets divers.

    J’étais, en 2011/12, l’expert NTIC du forum international FIJEV et conférencier invité au forum de Saint-Étienne sur l’information et la gouvernance pour le développement durable, préparatoires à la conférence internationale RIO+20. Ces forums étaient co-présidés par le Secrétaire Général de l’organisation internationale de la francophonie et le Président du Niger.

    Je mets en avant la négociation comme solution de sortie de crise la plus honorable pour tous en garantissant l’unité et la réconciliation entre Maliens.

    Vous savez depuis 2010/2011, j’avais écrit aux chefs d’États de la zone Sahel pour leur proposer un programme communautaire pour le développement durable de cette zone et pour la lutte contre l’insécurité et le terrorisme.

    J’ai rencontré le Président ATT, en juillet 2011, concernant ce programme, il m’avait promis qu’il allait l’appliquer au Mali et le soumettre aux pays de la zone sahel. Ce qu’il n’a pas du tout fait.

    Dommage, s’il avait appliqué ce programme, au Mali, peut être que le Mali ne connaitrait pas cette crise.

    Depuis juin 2012, j’ai envoyé à la CEDEAO, au médiateur, au Président et au Premier Ministre du Mali ma proposition de sortie de crise.

    J’ai écrit une lettre ouverte au MNLA pour leur demander d’éviter leurs dérives et de rejoindre la famille Malienne.

    Je viens d’écrire une lettre ouverte, à son excellence Monsieur le Président du Mali, au médiateur, au gouvernement du Mali, à la commission nationale des concertations nationales et aux Maliens, pour leur PROPOSER :

    UN GUIDE ET UNE PLATEFORME DE CONCERTATIONS NATIONALES ET DE NÉGOCIATION POUR UNE SORTIE DURABLE ET HONORABLE DE LA CRISE AU MALIENNE.

    Ce n’est qu’ensemble, à travers la participation, que les Maliens devront inventer et créer le futur qu’ils souhaitent pour eux et pour leurs enfants.

    Bien cordialement
    Dr ANASSER AG RHISSA
    Expert TIC ET GOUVERNANCE
    E-mail: Webanassane@yahoo.com

  3. lac

    Nous sommes ,le peuple malien trop déçu de la déclaration du premier ministre cheick modibo diarra faite à ouaga dernièrement à propos de la négaciation q’il vient de prononcer? je crois il vient de légitimer : le MNLA et an çardine des térroristes et associés? Aujourd’hui qui peut faire la difference entre MUJAO ,AQMI et ANçARdine etMNLA c’est les memes tas de racailles? Le mali à toujours négocier avec le nord ? faisons la rétrospective des faits on le saura ;de Moussa Traoré ,Alpha oumar Konaré et le voyaus qu’on ne savait pas amadou toumani touré? Nous nous rendus compte que Cheick modibo diarra n’était pas l’homme de la situation ,il est cartesien ,mais pas politicien . Il n’est pas fait pour la politique? Il a foutu tout le reste en l’air? jusqu’à present saisissons nous et partons avec les moyens de bords,avec la bénédiction des ancetres et de dieu nous allons vaincre? Si non abattre Kadhafi ,deux semaines ont suffit pour moboliser à combattre l’armée la plus moderne et la plus riche de l’afrique par l ‘ONU et ses alliés? mais le mali est anexé aujourd’ui par des voyaus et des narco traffiquants sans foi ,ni loi, on nous démande de négocier notre territoire,aujourd’hui ,un pays souverain? voyons en tous cas nous sommes avertis les maliens? et nous apprenons que blaise est entrain de fournir des armes et des formateurs mossis ( commandos de pot) au MNLA) ? A Y OU Wa ? qu’on se lève?

    • Sans pisser

      … »Nous sommes ,le peuple malien trop déçu de la déclaration du premier ministre cheick modibo diarra faite à ouaga dernièrement à propos de la négaciation  »

      Non Lac, il n’y a pas lieu d’être déçu, et encore moins d’être surpris;
      Depuis LE 1ER JOUR, et si tu te repasses le film en arrière tu verras par toi-même, CMD n’a jamais eu la moindre position claire sur QUOI QUE CE SOIT, et si ambigües ou floues que soient ses positions, il n’a en plus jamais pu s’y tenir! Il n’y avait rien d’autre à attendre de cmd, qui depuis le départ, va de contradiction en retournements de veste! Si il y entrevoit un intérêt personnel quelconque pour sa carrière, tu verras qu’il pourra dès demain matin déclarer sans honte qu’il est hors de question de négocier! Quitte si nécessaire à re-déclarer dans 3 jours que la négociation est « indispensable »!

      En fait, dans la mesure où le seul souci réel du Monsieur est sa propre carrière personnelle, son seul et unique souci est d’aller toujours dans le sens du vent, et peu importe les positions qu’il prend, pourvu qu’elles donnent de lui l’image de quelqu’un … qui prend des positions!

      Raison pour laquelle les institutions internationales (elles qui justement croyaient en lui au départ) l’ont très vite classé Girouette inconsistante et sans la moindre stature politique! Déjà, quand elles ont vu qu’il mettait 3 mois avant pour pondre une feuille de route que n’importe qui aurait pondu en 2 heures de temps, et les chefs d’état de la cédéao ont commencé à comprendre leur erreur de casting. Ensuite, quand tout le monde (Afrique comme occident) s’est aperçu dans la foulée que les soi-disant décisions et positions de ce monsieur n’était que le résultat de ses reptations devant les putschistes semi-lettrés, toutes les portes sérieuses (Franc et usa notamment) se sont fermées! En visite officielle en france, le 1er ministre ne l’a même pas reçu lui-même, etc…
      Et après, son mandat serait serai presque risible si la situation n’était pas aussi dramatique: Après avoir passé des mois à retarder et saboter par tous les moyens une intervention extérieure, histoire de cirer les rangers de son Maître sanogo, dès que cmd a vu que l’opinion internationale aller passer outre et qu’il risquait de se retrouver dans le mauvais camp, ce dernier s’est brusquement mué en ardent partisan de l’intervention extérieure, et mieux, pour celui qui l’avait bloquée des mois durant, à en souligner L’URGENCE!!! :-D :-D :-D

      Aujourd’hui, après avoir avoir déclaré la main sur le coeur que le mali ne négocierait JAMAIS le couteau sous la gorge, comme il voit que les instances internationales prônent le dialogue (et elles sont dans leur rôle), c’est le même bouffon qui déclare la négociation INEVITABLE, alors que justement, nous n’avons même plus le couteau sous la gorge, et nous tenons enfin l’ennemi par les c…, témoin la trouille bleue qu’ils manifestent ces derniers temps!

      Il n’y a pas à être déçu ou surpris par les déclarations de cmd à Ouaga: Il est juste fidèle à lui-même! Imaginons une seconde un pays aux mains d’un pareil pitre!!! :cry: :cry: :cry: :cry: :cry:

  4. Ce PM , les maliens n’ont encore pas compris son amateurisme , un PM non MINISTRABLE , un PM certes un grand physiens ou astraunotes comm on l dit , mais force est de reconnaitre que c’est un ANALPHABET en matiere politique voir meme un NULLARD .
    IL est grand temps , souhaitable que le mali se debarasse d’un tel personnage pour tout autre fin , en tout cas pas pour faire de la politique .
    Les universites sont la , sa place ne manque la-bas .
    Je ne ferrais la publicite de qui que ce soit , mais pour le bien etre de ce beau pays : CHANGER LE DR CMD , les PM ca manquent pas au Mali , il ya d’aucuns meme qui ont prouves leurs capacites dans le passe et qui continuent d’en prouver chaque jour que le bon Dieu naisse.
    Helas CMD DEHORS, DEGAGE s’il vous plait , please , please ,please .

  5. ok ok

    ceux qui disent non à la négociation ,qu’ils aillent chassés les criminels…ils se cachent pour parler et jamais d’actions.le monde entier nous a laissé avec nos problèmes la seule solution est de négocier…

  6. Dr ANASSER AG RHISSA

    Bonjour,
    Félicitation, Kadi, pour votre dernière contribution.

    Pour ceux qui se posent des questions, en voici quelques éléments de réponse.

    La négociation doit se faire entre Maliens n’acceptant pas le terrorisme et en se basant sur un ensemble de principes (non impunité, refus du terrorisme, respect des droits de l’homme, coexistence pacifique) et de conditions (pour les groupes armés, dépôt des armes, indivisibilité du Mali, laïcité, …).

    Ce qui doit être négocié, c’est le futur souhaité par les maliens.

    Cette négociation est nécessaire pour la paix, la sécurité du Mali et sa durabilité ainsi que celles de la sous-région et au niveau international.

    C’est ensemble que les Maliens définiront et s’entendront sur le devenir du Mali.

    Bien cordialement
    Dr ANASSER AG RHISSA
    EXPERT TIC ET GOUVERNANCE
    E-mail: Webanassane@yahoo.com

  7. dramane coulisakoiba

    négocier ce n’est pas capituler CMD est un bamanan et un « NGOLOSI ».Il ne cedera pas.Il ne trahira pas les siens.

  8. Kadi

    Négocier ne signifie pas accepter tout d’emblée. On peut aller négocier et gagner sur toute la ligne.Négocier c’est dire qu’on veut au moins entendre ce que l’autre a à dire. Cela n’empêche ni la justice, ni les sanctions contre des criminels avérés.

  9. douba

    « Du Maroc où, il participait au Forum International Afrique Développement, le Premier ministre Cheick Modibo Diarra avait posé deux conditions pour ouvrir le dialogue avec le MNLA et Ansar Dine. Première condition : « la charia, a t –il, dit ne sera appliquée sur un millimètre carré du territoire national ». Seconde condition : « Il n’y aura ni indépendance, ni autodétermination de qui que ce soit sur un millimètre carré du territoire national ». Et le chef du gouvernement de transition de conclure : « Si le MNLA et Ansar Dine sont d’accord avec ces deux conditions, tout le reste est négociable ».

    Au Burkina, le chef du gouvernement déclare que « le dialogue avec le MNLA et Ansar Dine est inévitable ».

    Mais Monsieur le journaliste où est la différence entre ces deux déclarations. Vous n’avez pas compris ou bien. Le dialogue est bien sûr « inévitable » puisque qui veut négocier en acceptant les conditions posées doit dialoguer. Où est le problème entre la déclaration faite au Maroc et celle faite au Burkina. Je ne vois aucun problème d’autant que les conditions posées par le Premier Ministre pour engager le dialogue sont connues par le MNLA et ANSAR DINE. S’ils acceptent les conditions posées par le PM, le dialogue est ouvert. Il n’y a pas de problème à cela.

    • nonalinertie

      Mais il a oublié de citer l’essentiel: pas d’impunité, d’amnistie a fortiori d’amnésie…

  10. kamarata

    Effectivement le PM lors de sa déclaration à Casa nous étions tous contents puisque c’était la bonne décision « pas de charia sur 1m carré de la République et pas d’indépendance ni autodetermination ». Mais à notre grande surprise on dirait qu’il a été formaté à Ouaga. C’est regrétable mais nous ne vous laisserons pas faire!!!

    • douba

      Vous n’avez pas compris les propos du PM. C’est tout. Sinon il n’y a rien de « formatation » à Ouaga :-D :-D :-D :-D

  11. Dr ANASSER AG RHISSA

    LES MALIENS DOIVENT DÉPASSER LEURS ÉGOS, S’OUVRIR ET PRENDRE DE LA HAUTEUR POUR SE CONCERTER, DÉFINIR LE FUTUR SOUHAITÉ, NÉGOCIER ET S’ENTENDRE LIBREMENT SUR CE QU’ILS VEULENT DEVENIR

    Bonjour,
    Merci pour les nombreux internautes et Maliens qui échangent sur le devenir du Mali. Certains pensent que le fédéralisme sera imposé aux Maliens par des organisations et des pays étrangers.

    La bonne gouvernance passe par l’unité du commandement mais aussi par la fixation de règles claires entre commandements pouvant être différents, à condition que les parties prenantes s’y conforment.

    Ce dernier cas est semblable à celui qui est nécessaire pour l’élan harmonisé entre les différents contingents qui composeront la force de la CEDEAO/UA/ONU qui sera utilisée pour la restauration de l’intégrité territoriale du Mali.

    Donc, une parfaite harmonisation entre les différentes parties prenantes est nécessaire pour atteindre, sans surprise, un objectif.

    Comme pour la négociation qui exige qu’on sache qu’est ce qu’on doit négocier, avec qui et pourquoi en ayant défini au préalable des principes, conditions et des règles à respecter, d’où la proposition que j’ai faites d’un guide et d’une plateforme de concertations nationales, de négociation pour une sortie durable de la crise.

    Les propositions que font les Maliens ont pour but de retrouver leur souveraineté en s’entendant sur une solution consensuelle pour une sortie durable de la crise. Si les miennes coïncident avec celles de beaucoup de Maliens (politiciens ou membres de la société civile), tant mieux, c’est cela qu’on cherche.

    Mais s’étonner, comme certains le sont, qu’il y ait identité de vues avec des pays ou des organismes étrangers est surprenant.

    Chacun a sa façon de voir, ce qui n’empêche pas des points de vue identiques.

    Au contraire, nous devons apprécier le fait que plusieurs pays s’accordent, aujourd’hui, sur l’intérêt de la négociation pour éviter les méfaits et les effets collatéraux d’une guerre.

    Contrairement à ce que disent certains, je ne pense pas que tout soit déjà ficelé par l’ONU ou par certains pays.

    C’EST AUX MALIENS DE DÉFINIR LE FUTUR QU’ILS SOUHAITENT ET DE TRAVAILLER ENSEMBLE EN FIXANT DES PRINCIPES ET DES CONDITIONS A RESPECTER POUR Y PARVENIR.

    Le MNLA et Ansar Dine seront soumis à des principes (non impunité, respect des droits de l’homme, refus du terrorisme, coexistence pacifique) et des conditions (dépôt des armes, indivisibilité du Mali et laïcité) fixés par les Maliens d’un commun accord et non par des étrangers, comme certains le pensent.

    La condition d’indivisibilité est contraire au concept de fédéralisme. De ce fait, si ailleurs certains veulent imposer ce dernier, c’est aux Maliens de s’y opposer.

    C’est aux Maliens de s’entendre pour bâtir un Mali nouveau répondant à leurs souhaits et aux conditions et principes qu’ils définiront.

    C’est pourquoi, les Maliens doivent s’entendre sur un guide et une plate-forme de concertations nationales et de négociation pour une sortie durable de la crise.

    D’où l’intérêt de ma proposition en ligne sous forme de lettre ouverte au Président du Mali, au gouvernement, à la commission nationale d’organisation des concertations nationales et à tous les Maliens, mais aussi au médiateur.

    Souhaitons que tous les Maliens dépassent leurs différences pour s’accorder sur ce qu’ils veulent devenir sans qu’on le leur impose d’ailleurs.

    Bien cordialement
    Dr ANASSER AG RHISSA
    EXPERT TIC ET GOUVERNANCE
    E-mail : Webanassane@yahoo.com