Editorial: Sans conviction, sans confiance… négocier ou périr

38 réactions [-] Texte [+] Email Imprimer

Il est grand temps que sifflent les sirènes, et il faille que soient retroussées nos manches, je voulais plutôt dire, les ceintures serrées. Rien ne va plus croyez-moi, lorsqu’en quelques mois, après que nous soyons chassés de nos terres, spoliés de nos richesses matériels et immatériels, humiliés, trainés jusques aux entrailles de l’enfer par une poignée d’hommes avides de pouvoir, ou de vengeance, guidés par des visions plus machiavéliques et sataniques les une que les autres… à moins d’une petite demie année, nous voilà, le sang coagulé, figés en statuettes, les yeux globuleux, sans siller, hagard inertes, en position d’accepter de parler face à face, d’égal à égal, avec nos bourreaux, le couteau sur la gorge… négocier!

Ahmed ELKORI

Dites, avons-nous donc oublier que le Mali et tous les maliens ont souffert dans leurs âmes et leurs chaires, tous, avons-nous été humiliés, trainés dans la boue par les mêmes Moussa ag Assarid, Bilal Ag Acherif, Iyad Ag Aly, MNLA Ansar-dine ces tristes et hideuses célébrités, que je m’en veux mortellement, moi en tout cas d’invoquer. Comment Un malien peut-il seulement souffrir la présence de tels abjectes individus en face de lui, pour négocier la HONTE, car de paix il n’en sera nullement question. Du moins dites moi, comment peut-on dialoguer, négocier franchement sans le seul préalable qui vaille: LA CONFIANCE. Alors les séparatistes du MNLA ont trahi la Patrie, leurs communautés et mêmes leurs commanditaires (Sarkozy, l’occident et Qatar en combattant cote à cote avec Aqmi pour atteindre leurs funestes objectifs, les voilà aujourd’hui encore prendre les armes contre eux! déclarant qu’ils reviennent à la mère patrie et prêts à combattre leurs mentors d’hier.

Ançar-dine prône la Charia, (notez en passant qu’il n’y eu pas de mains coupées ni flagellations à kidal), contrairement à Gao et Tombouctou, où l’incongrue et le l’abjecte sont encore de mise, (au moments où les auteurs multiplient les déclarations à Ouagadougou par le même Ansar-dine ou plutôt ansar-cheytane, laquais de Aqmi, alors les mains coupées, ne se sont pas encore cicatrisées, déclare vouloir dialoguer, négocier la paix et combattre…

Au risque de voir le Nord en cendre ou tout le Mali rayé de la carte, est-il admissible de penser, un seul instant qu’un jour, ces ignobles individus, jouir de leur droits et devoirs de citoyens maliens? Comme moi? Comme toi? Suivez mon regard… mais si vous ne voyez, ni ne sentez, c’est encore et certainement mieux.

Priez sans relâche et sans répit pour que Dieu Sauve le Mali.

Par Ahmed ELKORI – Journal ANNOURA

 

38 Réactions à Editorial: Sans conviction, sans confiance… négocier ou périr

  1. FAKELE

    Bonjour cher lecteurs,

    la médiation de Blaise entre les groupes terroristes islamiques et les rebelles est un vrai poison pour le Mali.
    Il suffit de comprendre que la rébellion dans notre pays a commencé je dirais plus tôt, c’est à dire au temps de Moussa, c’est pour cette raison que le 1er président Modibo Keita a refusé la partie de la Mauritanie associée au Mali, car ces rebelles pensent qu’ils sont des arabes or ils n’en sont pas, ce ne sont qu’en réalité des berbères; ce sont les vrais arabes qui ont quittés l’Arabie, la Jordanie et la Syrie pour prêcher la voie de dieu.
    cette même rebellions s’est déclenchée en 1990, en 91 à la chute du président Moussa.
    Alfa oumar Konare étant élu démocratiquement à négocier la rébellion avec le chéquier du pays afin de pouvoir réaliser ses 10année de pouvoir en toute tranquillité.
    Ces chefs rebelles sont des millionnaires hébergés par l’Europe, passant une vie paisible, faisant quelques interviews farfelues sur les chaines.
    Il faut en terminer avec cette rébellion pour que le Mali puisse trouver son intégrité territoriale et ainsi que regagner sa souveraineté, car personne ne peut estimer la souffrance et la persécution que subissent les habitants du Nord du Mali.

    Que dieu nous protège et nous vienne en aide

  2. moussa ag

    « Priez sans relâche et sans répit pour que Dieu Sauve le Mali. »

    Je vous comprend mais je pense que LE BON DIEU A MIEUX A FAIRE QUE DE SE SOUCIER DE CEUX QUI INSISTENT DANS LEUR MALÉDICTION….

    Bon quand Moussa Ag y pense… vous avez probablement raison … IL FAUT PRIER LE BON DIEU POUR SON PARDON….PARCEQUE C’EST VRAIMENT UNE MALÉDICTION DE SA PART….

    COMMENT EXPLIQUER GMT…AOK…ATT…SANOGO…CMD pour le même pays????

    J’inclus AOK PARCEQUE … À LUI … ON A DONNÉ UN NOUVEAU NÉE AVEC TOUTES SORTES DE « BOLOMAFARA » ET IL N’A MÊME PAS PU REMETTRE LE SYSTÈME ÉDUCATIF SUR LA BONNE VOIE…POURTANT CELA AURAIT DU ETRE LE FOCUS DE SON MANDAT….c’est pour cela que le pays est toujours dans la merde…

    LES PAUVRES N’ONT AUCUNE CHANCE À UNE BONNE ÉDUCATION ET LES CANCRES ONT TROUVÉ REFUGE À L’ARMÉE ET ONT MAINTENANT PRIS LES RENNES DU PAYS AVEC UN COMPLICE COMME PREMIER MINISTRE….

    Moussa Ag, qui pense que le MALI NE DOIT PAS NÉGOCIER AVEC LES APATRIDES ENVAHISSEURS … IL FAUT LES COMBATTRE À MORT OU LAISSER D’AUTRES LES COMBATTRE À MORT AVANT DE PARLER DE NEGOCIATION….Bandes d’opportunistes

    • Dr ANASSER AG RHISSA

      Bonjour,
      Merci Moussa Ag pour ta contribution.

      Les Maliens doivent faire tout maintenant pour mettre le Mali au centre de leurs préoccupations, donc ils doivent tout faire pour que ces NÉGOCIATIONS ARRANGENT LE MALI ET TOUTES SES COMMUNAUTÉS en exigeant le respect des conditions (pour les groupes armés MNLA et Ansar Dine, dépôt des armes, indivisibilité du Mali et laïcité) et des principes dont le refus du terrorisme tout en rendant justice : ne pas accepter l’impunité et exiger le respect des droits de l’homme.

      C’est pour ce faire que j’ai écrit une lettre ouverte adressée au Président du Mali, au gouvernement, à la commission nationale d’organisation des consultations nationales, au médiateur et aux Maliens, pour leur proposer un guide et une plateforme de consultations nationales et de négociation pour une sortie durable et honorable pour tous de la crise Malienne.

      Le Mali doit être la préoccupation principale de tous les Maliens n’acceptant pas le terrorisme mais aussi celle du monde entier car le terrorisme est contagieux et un remède mondialement partagé est indispensable.

      Bien cordialement
      Dr ANASSER AG RHISSA
      EXPERT TIC ET GOUVERNANCE
      E-mail Webanassane@yahoo.com

  3. 1FILSDUMALIBA

    Merci pour votre bonne analyse Mr.Elkori. ni nos politiciens ni les hommes de la societe civile et nos lascards de militaires ne sont des patriotes. Tout se crampe sur son ego et le Mali n’ira nul part sauf de reculer de jour en jour.
    Cette ne sera pas reglee de ci tot et oublions l’I intervention militaire. Il n y aura pas action pendant longtemps. Dommage.

  4. Dr ANASSER AG RHISSA

    LES MALIENS DOIVENT DÉPASSER LEURS ÉGOS ET PRENDRE DE LA HAUTEUR POUR SE CONCERTER, DÉFINIR LE FUTUR SOUHAITÉ, NÉGOCIER ET S’ENTENDRE LIBREMENT SUR CE QU’ILS VEULENT DEVENIR

    Bonjour,
    Merci pour les nombreux internautes et Maliens qui échangent sur le devenir du Mali. Certains pensent que le fédéralisme sera imposé aux Maliens par des organisations et des pays étrangers.

    La bonne gouvernance passe par l’unité du commandement mais aussi par la fixation de règles claires entre commandements pouvant être hétérogènes, à condition que les parties prenantes s’y conforment.

    Ce dernier cas est semblable à celui qui est nécessaire pour l’élan harmonisé entre les différents contingents qui composeront la force de la CEDEAO/UA/ONU qui sera utilisée pour la restauration de l’intégrité territoriale du Mali.

    Donc, une parfaite harmonisation entre les différentes parties prenantes est nécessaire pour atteindre, sans surprise, un objectif.

    C’est le cas de la négociation qui exige qu’on sache qu’est ce qu’on doit négocier, avec qui et pourquoi en ayant défini au préalable des principes, conditions et des règles à respecter, d’où la proposition que j’ai faites d’un guide et d’une plateforme de concertations nationales, de négociation pour une sortie durable de la crise.

    Les propositions que font les Maliens ont pour but de retrouver leur souveraineté en s’entendant sur une solution consensuelle pour une sortie durable de la crise. Si les miennes coïncident avec celles de beaucoup de Maliens (politiciens ou membres de la société civile), tant mieux, c’est cela qu’on cherche.

    Mais s’étonner, comme certains le sont, qu’il y ait identité de vues avec des pays ou des organismes étrangers est surprenant.

    Chacun a sa façon de voir, ce qui n’empêche pas des points de vue identiques.

    Au contraire, nous devons apprécier le fait que plusieurs pays s’accordent, aujourd’hui, sur l’intérêt de la négociation pour éviter les méfaits et les effets collatéraux d’une guerre.

    Contrairement à ce que disent certains, je ne pense pas que tout soit déjà ficelé par l’ONU ou par certains pays.

    C’EST AUX MALIENS DE DÉFINIR LE FUTUR QU’ILS SOUHAITENT ET DE TRAVAILLER ENSEMBLE EN FIXANT DES PRINCIPES ET DES CONDITIONS A RESPECTER POUR Y PARVENIR.

    Le MNLA et Ansar Dine seront soumis à des principes (non impunité, respect des droits de l’homme, refus du terrorisme, coexistence pacifique) et des conditions (dépôt des armes, indivisibilité du Mali et laïcité) fixés par les Maliens d’un commun accord et non par des étrangers, comme certains le pensent.

    La condition d’indivisibilité est contraire au concept de fédéralisme. De ce fait, si ailleurs certains veulent imposer ce dernier, c’est aux Maliens de s’y opposer.

    C’est aux Maliens de s’entendre pour bâtir un Mali nouveau répondant à leurs souhaits et aux conditions et principes qu’ils définiront.

    C’est pourquoi, les Maliens doivent s’entendre sur un guide et une plate-forme de concertations nationales et de négociation pour une sortie durable de la crise.

    D’où l’intérêt de ma proposition en ligne sous forme de lettre ouverte au Président du Mali, au gouvernement, à la commission nationale d’organisation des concertations nationales et à tous les Maliens, mais aussi au médiateur.

    Souhaitons que tous les Maliens dépassent leurs différences pour s’accorder sur ce qu’ils veulent devenir sans qu’on le leur impose d’ailleurs.

    Bien cordialement
    Dr ANASSER AG RHISSA
    EXPERT TIC ET GOUVERNANCE
    E-mail : Webanassane@yahoo.com