Editorial Situation sociopolitique et Sécuritaire au Mali : Pas de négociation sans l’avis des populations martyrisées.

9

Le Mali est en crise. Une crise née des espoirs déçus, des frustrations accumulées face à la veulerie de responsables politiques incapables de répondre aux  aspirations du plus grand nombre de Maliens. Ce pays, s’il existe encore avec l’occupation d’une bonne partie de sa superficie (plus de 2 /3), est devenu depuis le mois de mars dernier la risée du monde entier. Depuis, l’on ne cesse de tirer à boulets rouges contre les bandits de grands chemins, la  ribambelle de combattants  fuyards de la guerre en Libye  sur notre sol et l’alliance du MNLA avec les  narcotrafiquants soi-disant  djihadistes  et fondamentalistes d’Ansar  Dine et du MUJAO.

Idrissa I. MAIGA, Dirpub L’AGORA

Certes, la situation du Mali inquiète plusieurs pays et nombre de bonnes volontés. L’Union sacrée autour du Mali le 19 octobre dernier le prouve éloquemment. Cependant il est malheureux en ces moments de crise, de voir certains rouler pour eux-mêmes, pour leurs propres intérêts ou ceux de leurs pays, tout simplement.  Ainsi, chacun  prêche pour sa chapelle.

Si la résolution 2071 adoptée le 12 octobre dernier par le Conseil de sécurité des Nations Unies, rejette toute négociation avec les groupes armés qui ne rompent pas avec le terrorisme et ne respectent pas le principe de l’intégrité territoriale du Mali, nous  craignons fort que l’avis des populations sous occupation  ne soit pas  pris en compte.
Nous ne sommes pas des belliqueux. Seulement ceux  qui auront l’art de le penser doivent se rappeler la gravité de  la situation dramatique que vivent  les populations du Nord et qui ne devrait plus se reproduire. Aujourd’hui, au Mali, il ya  une nécessité de guerroyer dans les cœurs de tous ceux qui vivent au quotidien avec le sens élevé du patriotisme. Le sang qui sera versé pourrait contribuer, sans nul doute, à ramener les vertus de la paix.
Les populations du Nord n’aspirent aujourd’hui, qu’à une seule et unique chose : leur libération pour après s’occuper de ceux-là qui se sont rendus coupables de crimes et de violations graves de droits humains.
Une autre vérité, c’est que les autorités de Bamako doivent faire preuve de responsabilité pour pouvoir abréger les souffrances des populations. Elles doivent le faire au pas de course.  Sans tenir compte des offres de médiation, dons et aides de certains pays dont des  voisins immédiats  qui ne cachent  point  leur  soutien aux terroristes qui envahissent  notre pays.
En outre, s’il est vrai que les populations du nord apprécient et gardent en mémoire l’élan de solidarité nationale et internationale dont elles font l’objet,  elles ont constaté cependant avec amertume, les tergiversations à Bamako au sud  pour le contrôle du pouvoir et les collisions  d’intérêts piteux de certains acteurs politiques avec les ennemis  pendant qu’elles sont soumises aux   sévices les plus odieux au nord.
Si négociation, il doit y avoir c’est bien avec  ceux qui ont subi les amputations de pieds et de mains, la flagellation,  la privation de liberté, le viol, la spoliation de biens matériels, le déplacement forcé, la destruction du patrimoine culturel et les exactions de toute sorte  imposées  à eux par  les islamo-bandits  du MNLA, d’Ansar DINE  et du MUJAO.
En somme, toute  autre décision  prise, sans une consultation digne de ce nom  des populations, sera nulle et non avenue,  car elles  sont déjà  décidées dès leur libération à s’organiser fraction par fraction, hameau par hameau, village par village pour défendre les terres des ancêtres et assurer ainsi leur survie. Plaise à DIEU
Idrissa I. MAIGA

PARTAGER

9 COMMENTAIRES

  1. L’auteur de cet edito ne vois meme pas sous son menton qu’il prophetise ce qui sera dans la gestion des problemes du Mali. Il ne se passerea rien sauf que ce monsieur doit veiller à se taire au lieu de debiner sa sottise.Plaise à lui!

  2. Mais pourquoi Ouaga et Alger n’invitent pas ces MNLA/ANESARDINE à venir s’installer chez eux ? Qu’ils prennent la nationalité burkinabé ou algérienne. Tout le monde serait heureux, parce que nous maliens dans notre large majorité, nous ne voulons guère commercer avec eux, simplement pour ne pas être flagellé, amputé, estropié, saccagé, profané, volé, violé, assassiné, enlevé, sous-développé, exclavagisé ou drogué…

  3. Il faut d’abord desserer l’étau avant de faire quoi que ce soit;rien ne sera possible sans l’avis des populations qui ont souffert le martyr de l’occupation.

  4. Il d’abord desserer l’etau avant de faire quoi que ce soit;rien ne sera possible sans l’avis des populations qui ont souffert le martyr de l’occupation.

  5. A qui s’adreesr alors si COREN ne peut pas répresenter les populations sous occupation?

  6. le coren est pire que les trois mouvements Ançar dine, MNLA et MUJAO réunis. Car ils ont et sont en train de sucer le sang des ceux qui sont restés sur place.

    • @Sarki

      Je suis nordiste et je ne suis pas du Coren. Mais je souhaite que tu nous édifies sur quoi tu te bases pour qualifier le Coren de “pire” que les groupes armés. Sans preuve, je te qualifie d’hypocrites (Almounafikh) et d’égoïte.

    • C’est exact. Qui est dupe?
      Le COREN doit etre combattu au meme titre que ansadine et mujao

  7. Merci M.Maiga pour ce beau éditorial.

    A propos des consultations, je voudrais savoir, à ton avis, qui sont les représentants dignes des populations du Nord qui doivent être approchés? De grace ne me dites pas le COREN.

Comments are closed.