Editorial : Une témérité prévisible

2 réactions [-] Texte [+] Email Imprimer

Dans son adresse à la Nation Dioncounda Traoré disait : ‘’ le Mali n’attendra pas des mois comme certains semblent le préconiser.
Nous n’attendrons pas que le cancer fasse des métastases dans tout le corps. La guerre contre les terroristes se fera plus tôt qu’on ne le pense et l’armée malienne y jouera les premiers rôles. Elle sera aux avant postes et elle se prépare activement conformément à sa vocation à entreprendre dans un avenir proche la reconquête de notre dignité comme Etat et de notre souveraineté comme territoire. Telle est sa mission historique et elle ne s’y dérobera pas. ‘’ Le ministre de l’Economie, des finances et du budget, Tiénan Coulibaly, lors de sa récente interview à la télévision nationale, assurait que c’est un budget de guerre qui a été mis en oeuvre pour faire face à la première priorité : la guerre contre les agresseurs. Toutes choses qui annoncent, comme un signe avant coureur, les derniers développements dans le septentrion, expliquant, du coup,  la témérité des agresseurs. L’avancée des Jihadistes était-elle donc prévisible ? En tous cas, l’on retient que l’armée n’a pas accepté qu’une ligne rouge soit franchie. Elle n’a pas tergiversé, mais a tiré sans attendre l’aval de l’Onu, de la Cedeao ou de l’Union africaine. C’est avant tout une guerre malienne et il faut que tout le monde en soit convaincu. Ce ne sont pas les puissances occidentales qui viendront libérer le Mali à notre place. C’est ce que nous signalent les interminables tergiversations dont l’exigence répétée de la feuille de route de la transition et les négociations avec les groupes armés.

Baba Dembélé

SOURCE:  du   9 jan 2013.    

2 Réactions à Editorial : Une témérité prévisible

  1. MTC

    MTC
    « Aucun pays ne viendra libérer le Mali tant que nous même nous n’ouvrirons pas les hostilités. Une date symbolique arrive, il s’agit du 20 Janvier date anniversaire de l’armée malienne, si les hostilités ne sont pas engagées pour cette date symbolique, alors une révolution à Bamako n’est pas à exclure. Je propose la désobéissance civile à partir du 21 Janvier 2013, si le président n’engage pas la reconquête du Nord Mali ».

    JE REGRETTE D’AVOIR PREVU AVANT TOUT LE MONDE LA SITUATION D’AUJOURD’HUI. POLITICIENS MALIENS, LE PEUPLE MALIEN VEUT SEULEMENT EN DECOUDRE AVEC LES OCCUPANTS DU NORD.

  2. nonalinertie

    Nous ne pouvons que compter sur notre armée, surtout que les troupes de la CEDEAO ne viendront pas pour l’éternité au Mali. Mais le représentant actuel de l’armée ‘’le CNDERRIERE’’ n’a rien posé comme acte pour le mériter, à part s’attaquer aux civils désarmés. Encore aujourd’hui, la sécurité de Bamako est mise à mal par leurs complices, actifs ou passifs de COPLAN/SADIQUE/YERENOGOTON. Comme pour nous divertir du front. Comme pour dire qu’ils sont complices de fait des djihadistes. Comme pour nous dire clairement : CREER L’INSTABILITE A BAMAKO POUR QUE NOUS NE PENSIONS PAS AU FRONT ET AUX ELECTIONS. POURTANT IL FAUT QUE DJANGO LE SACHE : SON PREDECESSEUR A ETE HONNI PARCE QUE SUR CES DEUX QUESTIONS, IL N’Y AVAIT AUCUNE AVANCEE…