En un mot : Le mercredi de tous les dangers à l’Adéma

4

Le CE de l’Adéma/PASJ organise ce mercredi une réunion cruciale sur la décision de sa conférence nationale d’aligner un candidat interne pour la présidentielle. Mais, comme en 2002, les rangs sont dispersés à ce sujet. Il y a ceux qui veulent d’une candidature propre ; il y a les partisans du soutien politique au président sortant au cas où il serait candidat et il y a les indécis. C’est dire que les disjoncteurs risquent de sauter.

Le nouveau PM ayant demandé la clarification de la position des uns et des autres dans la majorité présidentielle, on peut penser que les partisans d’un soutien à IBK sont sur les dents. Ils vont exciper de l’échec des primaires en 2002 et en 2013 pour se maintenir au gouvernement et se porter garants d’une unité de façade. Les tenants de la thèse contraire pourront, à leur tour, rappeler à juste raison la vocation d’un parti politique (la conquête et l’exercice du pouvoir). A ce jeu, chaque camp tablera sur le soutien des indécis pour emporter la “bataille”.

Au sortir de la rencontre, l’Adéma/PASJ pourrait s’affaiblir de nouveau tant les divergences sont profondes et les antagonismes inconciliables à l’heure qu’il est.

DAK

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

4 COMMENTAIRES

  1. ADEMA doit impérativement soutenir IBK aux élections présidentielles , mais aussi de bien négocier une bonne posture de L’ADEMA au sein de la coalition , poste de premier Ministre ou président de L’assemblée Nationale et ensuite préparer après IBK .

  2. A MOINS QUE, LE COMITÉ EXÉCUTIF DE L’ADEMA, AU COURS DE LA MÊME REUNION, DÉCIDE D’AVOIR UN CANDIDAT DU PARTI, ET SURTOUT DÉSIGNE CE CANDIDAT, JE NE VOIS PAS, À 5 MOIS ET DEMI DU 1er TOUR, COMMENT ORGANISER LES « PRIMAIRES », BATTRE CAMPAGNE ET ESPÉRER ÊTRE BIEN PLACÉ OU ÊTRE EN POSITION DE FAISEUR DE ROI.
    QUANT AUX ÉLECTIONS PRÉSIDENTIELLES, BIEN PRÉPARÉES OU PAS, JE VOIS MAL, LES PARTENAIRES DU MALI, EN PLUS DES SACRIFICES HUMAINS ET FINANCIERS CONSENTIS DEPUIS 2013, FERMER LES YEUX ET OBSERVER LES MALIENS SE LA COULER DOUCE, SOUS PRÉTEXTE D’INSÉCURITÉ DANS LE PAYS.
    JE VOUS LE DIS, MÊME SI TOUTE L’ARMEE MALIENNE DOIT ÊTRE DÉPLOYÉE DANS LE NORD ET DANS LE CENTRE POUR LE JOUR DU SCRUTIN, CELA SE FERA.
    LES MALIENS Y ONT INTÉRÊT. INTÉRÊT SURTOUT À NE PAS PRÊTER ATTENTION AUX PRÉTENDUS SPÉCIALISTES, JURISTES QUI NOUS RABÂCHENT LES OREILLES AVEC L’INÉLUCTABILITÉ D’UNE TRANSITION. TRANSITION QUI N’A LIEU QU’EN CAS DE CRISE. ET LE MALI N’EST PAS EN CRISE.

  3. …. l’Adéma/PASJ pourrait s’affaiblir de nouveau tant les divergences sont profondes et les antagonismes inconciliables à l’heure qu’il est. Le contraire aussi peut se produire. L’Adema/PA.S.J. peut bel et bien réussir un consensus autour d’un candidat issu de ses rangs. Crédites les d’un minimum d’intelligence politique. Ne les méprise pas au point de te dire qu’il n’en est pas capable d’un minimum de bon sens. Qu’il n’est pas capable de se dire qu’il ne doit pas seulement qu’être un faiseur de roi. Il est aussi capable de tirer les leçons de 2002, 2013. du reste, on verra bien!
    Merci !

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here