Promotion de l’impunité ? Est-ce par incompétence, par faiblesse ou par cynisme ?

9
Alou Badra Diarra, dirpub “L’Enqueteur”

Après avoir mis beaucoup d’eau dans son vin, peut-être trop d’eau, Cheick Modibo trouve subitement des vertus aux traîtres de la République. Plus d’accusation d’occupation du territoire, plus d’accusation de crimes contre l’humanité, plus d’accusation de crimes de guerre. Tous leurs crimes sont subitement absouts. Cheick Modibo veut même leur dérouler le tapis rouge pour que l’Etat malien soit en phase avec l’ONU qui, dans sa résolution n°2071 du vendredi 12 octobre 2012, en sa partie relative au dialogue politique inclusif, déclare « la résolution appelle  les autorités maliennes à engager un dialogue politique crédible avec les groupes de la rébellion touarègue dans le cadre d’une solution globale qui préserve l’unité nationale, l’intégrité territoriale et la souveraineté du Mali et à condition que les groupes rebelles se dissocient des mouvements terroristes et des groupes qui leur sont affiliés, à savoir Aqmi et le Mujao». 

Si c’est pour être en phase avec la résolution 2071 de l’ONU, alors le PM est incompétent

Si c’est seulement pour se conformer à cette partie de la résolution 2071 que le PM fait l’apologie de la négociation avec le MNLA et Ançar-Dine  , au point de s’ériger en avocat de leurs membres, pour ne pas dire avocat du diable, alors nous devons constater avec regret et amertume que Cheick Modibo, son cabinet et son gouvernement sont tous INCOMPETENTS et ne méritent pas par conséquent de représenter le Mali.

En effet, il n’est nulle part dit dans cette résolution, ni même insinué que c’est le Médiateur qui doit engager ce dialogue. Pourquoi alors aller jusqu’au Burkina pour donner, au nom du Mali, un crédit à des négociations avec l’ennemi ?

D’autre part, l’ONU ne peut pas ignorer, dans sa résolution, les charges très graves de crimes de guerre, de torture et de crimes contre l’humanité, qui pèsent sur le MNLA et Ançar-Dine  et qui ont conduit à la saisine de la CPI par le Mali le mercredi 18 juillet 2012

L’ONU ne peut pas non plus ignorer le rapport produit par AMNESTY INTERNATIONAL en Mai 2012 qui confirme les accusations de crimes graves qui pèsent sur le MNLA et ANSARDINE

Le Président Hollande  ne peut pas remettre en cause ou ignorer les directives de la Direction Générale des Droits de l’Homme et Etat de Droit de l’Union Européenne, adoptées par le Comité des Ministres du 30 Mars 2011,  lors de la 1110e réunion des Délégués des Ministres, qui préconisent d’«Eliminer l’impunité pour les violations graves des droits de l’Homme» à travers un document de lignes directrices dont le préambule précise ces vérités : «Rappelant que les responsables d’actes se traduisant par de graves violations des droits de l’Homme doivent être tenus de répondre de leurs actes ;

Ayant à l’esprit l’Ensemble de principes pour la protection et la promotion des droits de l’Homme par la lutte contre l’impunité de la Commission des droits de l’Homme des Nations Unies ;…

Autant d’éléments qui militent pour l’interdiction de négocier avec le MNLA et Ançar-Dine  et qui disqualifient tous les arguments du PM Cheick Modibo, de son cabinet et de son gouvernement qui favoriseraient ou cautionneraient un quelconque dialogue avec ces deux organisations. Ignorer cela est une autre preuve d’INCOMPETENCE.

Aliou Badara Diarra

PARTAGER

9 COMMENTAIRES

  1. Je veux bien qu’on aille se battre. C’est mon vœu le plus ardent parce que ce sont mes frères, sœurs, pères et mères qui sont entrain de se faire voler, violer, profaner, amputer, lapider, droguer, etc. etc. Maintenant, soyons réalistes :
    1. La spécialité des bandits/terroristes est de harceler les militaires et de fuir, DONC IL FAUT DES AVIONS POUR LES POURCHASSER RAPIDEMENT.
    2. Le propre des bandits/terroristes est d’attaquer les zones civiles dégarnies et d’aller se cacher, DONC IL FAUT DES BRIGADES D’AUTODEFENSE ENCADREES PAR L’ARMEE, ET OBTENIR L’IMPLICATION DES NOMADES EN MATIERE DE RENSEIGNEMENTS.
    3. Le gouvernement actuel n’arrive pas à payer du papier rame, de l’encre, bref le strict minimum. Avec quoi financera-t-il le carburant des BRDM et autres avions de chasse ? La nourriture des militaires sur le front ? Devant la sortie intempestive de Romano PRODIGE, et si la communauté internationale ne le dément pas rapidement, Il n’y aura que 2 solutions : OBTENIR L’AIDE FINANCIERE ET MATERIELLE DE RARES PAYS NANTIS AMIS DU MALI, ET/OU PRELEVER 10 000 FCFA SUR TOUS LES SALAIRES POUR 1 AN EN FAVEUR DE L’EFFORT DE GUERRE. Si cette question financière n’est pas réglée, il ne faut pas attendre de miracles de la part d’une armée malienne divisée.
    4. En attendant, LES COREN ET AUTRES ORGANES DE PRESSION DOIVENT ORGANISER LE PLUS PROMPTEMENT POSSIBLE DES MOUVEMENTS COORDONNES DE MASSE, JE REPETE COORDONNES POUR GAGNER EN VISIBILITE, DANS LES REGIONS ET LA CAPITALE DU MALI AINSI QUE DANS TOUTES LES CAPITALES MONDIALES, SURTOUT EN DIRECTION DES AMBASSADES DE MAURITANIE ET D’ALGERIE. Au lieu de mettre de la peinture sur la rouille par des sittings isolés invisibles, des distributions ponctuelles de vivres, des prières incantatoires.
    5. Et si le point de vue de ROMANO PRODIGE reflète la position de l’Occident, crise financière oblige, ces pays se rappellent mieux que tout le monde d’un certain 11 septembre. Et la Mauritanie et l’Algérie ne perdent rien pour attendre…

  2. A Mr ALIOU BADARA DIARA

    L’IMCOMPETENCE ET L’IGNORANCE DES DESSOUS DES ENJEUX , SE RETROUVENT SURTOUT CHEZ VOUS . Mr CHEICH MODIBO DISAIT Y A PAS SI LONGTEMPS COMME VOUS , JUSQU’A CE QUE L’opignon internationale le reveille et lui apprenne la sagesse . MAINTENANT QU’IL COMMENCE A DEVENIR UN PEU MOIN RACISTE ‘ vous voilà vous l’HABIT FAISANT LE MOINE , LUI RECOMMENDE LE RETOUR EN ARRIERE.

  3. POUR LA NON IMPUNITÉ, LA JUSTICE ET LA NÉGOCIATION POUR LUTTER CONTRE LES AMALGAMES, LE RACISME, LA HAINE ET LE TERRORISME ET POUR UNIR

    Bonjour,
    Le problème de racisme invoqué souvent par le MNLA n’est pas exact et n’est pas autorisé au Mali seulement compte-tenu de l’aspect cyclique de la rébellion Touareg, certains Maliens commencent à en avoir marre, ce qui, en plus des amalgames, peut expliquer le sentiment de rejet des Touaregs par ces derniers et la haine induite chez certains Touaregs.

    Ce n’est qu’un sentiment, en vérité le Mali est vraiment un pays multiethnique sans racisme.

    Certains disent que cette haine est amplifiée par l’accès inégal au travail et par des problèmes non résolus liés au sous-développement malgré les programmes mis en œuvre dans les zones du Nord Mali dans le cadre du pacte national. Ce dernier n’a pas bénéficié à tous.

    Or, ces problèmes sont communs à d’autres communautés vivant dans d’autres zones ou régions du Mali.

    Alors, faut-il pour autant que les autres communautés touchées par le même problème se rebellent ?

    NON, il y a d’autres façons de revendiquer (à travers la démocratie, la citoyenneté et la gouvernance participative) autres que la rébellion ou la force.

    Pour apporter une solution durable et pour éviter de nouvelles révoltes, les concertations nationales et les négociations sont incontournables.

    Voir ma proposition de sortie de la crise, se référer à la lettre ouverte au président du Mali et aux Maliens que j’ai publiée sur maliweb.

    Ces concertations et ces négociations permettront de faire le bilan du futur souhaité par toutes les parties prenantes (tous les maliens n’acceptant pas le terrorisme, TOUTES LES COMMUNAUTÉS Maliennes, les groupes armés MNLA et Ansar Dine acceptant les principes et conditions à fixer.

    Pour être admis à négocier, des principes (refus du terrorisme, non impunité, respect des droits de l’homme, coexistence pacifique) et des conditions (dépôt des armes, indivisibilité du Mali et laïcité) sont à accepter par tous les groupes (MNLA, Ansar Dine, Gandakoye, …) intégrant des Maliens.

    Il faut donc avoir une plateforme de concertations nationales et de négociation pour une sortie durable de la crise.

    J’ai proposé un cadre et une plateforme de ce type au Président et aux Maliens à travers la lettre ouverte précédente.

    Sachez que les négociations sont incontournables pour que les différentes parties prenantes, comme elles doivent toutes accepter la condition d’indivisibilité du Mali, puissent comprendre leurs différends, réfléchir au futur souhaité et s’entendre sur les problématiques consensuelles et éventuellement les grandes lignes des solutions à y apporter.

    Par exemple, comme développé dans ma proposition de sortie de crise, pourront être consensuelles des problématiques liées à la bonne gouvernance de la décentralisation, au développement résilient, au développement équitable et l’intégration équitable des communautés dans un environnement démocratique, décentralisé et sécurisé.

    En fait, lors de la négociation portant sur l’avenir du Mali, il s’agit pour les parties prenantes d’établir ce consensus sur des problématiques à traiter et plus tard disposer de mécanismes de contrôle et de surveillance.

    Les Maliens doivent ensemble réfléchir sur le futur souhaité et construire durablement le pays dans l’unité en négociant l’organisation de ce processus de construction.

    Bien cordialement
    Dr ANASSER AG RHISSA
    EXPERT TIC ET GOUVERNANCE
    E-mail: Webanassane@yahoo.com

  4. Merci ABD.Je ne sais pas ce que nos autorités cherchent à negocier encore avec des gens du MNLA qui sont poursuivis pour crimes de guerre, et crimes contre l’humanité….On dirait que la “communauté internationale” se contredit-elle même quand elle veut que nous négocions avec ces bandits armés qui ont pourtant commis trop de crimes! 😉 😉

  5. SOUHAIT QUE LES CONCERTATIONS NATIONALES ET LES CONFÉRENCES DE COMPROMIS DÉDIÉES AUX NÉGOCIATIONS SOIENT PLUS INCLUSIVES ET PLUS OUVERTES A TOUTES LES COMMUNAUTÉS MALIENNES ET A TOUS LES MALIENS N’ACCEPTANT PAS LE TERRORISME DANS LES RÉGIONS ET AU NIVEAU DE LA DIASPORA.

    ELLES DOIVENT AUSSI ÊTRE OUVERTES AU GROUPES ARMÉS INTÉGRANT DES MALIENS ET RESPECTANT DES PRINCIPES (REFUS DU TERRORISME, NON IMPUNITÉ, …) ET DES CONDITIONS (POUR LES GROUPES ARMES: DÉPÔT DES ARMES, INDIVISIBILITÉ DU MALI ET LAÏCITÉ).

    LA NON IMPUNITÉ DOIT ÊTRE EXIGÉE POUR PARTICIPER AUX CONCERTATIONS NATIONALES ET AUX NÉGOCIATIONS.

    Bonjour,
    Cette décision de report des concertations nationales est vraiment sage. Félicitations au Président du Mali et aux organisateurs des concertations nationales de l’avoir accepté.

    C’est le moment d’en profiter pour les rendre INCLUSIVES et pour avoir plus de représentativité en OUVRANT ces concertations nationales AUX RÉGIONS, à travers des concertations régionales, en intégrant toutes les communautés et tous les Maliens n’acceptant pas le terrorisme et acceptant les principes (refus du terrorisme, non impunité, respect des droits de l’homme, coexistence pacifique) et les conditions (pour MNLA, Ansar Dine, Gandakoye, …, dépôt des armes, indivisibilité du Mali et laïcité).

    Il faut aussi intégrer les Maliens de la diaspora.

    L’organisation, incluant les ramifications régionales, de telles concertations nationales et des conférences de compromis est expliquée dans le guide et la plateforme de concertations nationales et de négociation pour une sortie durable et honorable pour tous de la crise Malienne, que j’ai adressés sous forme de lettre ouverte au Président du Mali et à tous les Maliens.

    C’est tous ensemble que les Maliens définiront le futur souhaité et s’engageront pour la construction durable du Mali.

    Bien cordialement
    Dr ANASSER AG RHISSA
    EXPERT TIC ET GOUVERNANCE
    E-mail: Webanassane@yahoo.com

  6. Le compétent, s’il te plait on s’est tous que c’est la voix du CNRDRE mais… vas-y molo!!!
    Quant on leur disait que le putsch n’est pas bon, ils ont dit…
    Quant on leur disait que Dr Cheick Modibo n’était pas “premierministrable”, ils ont dit…..
    Mais j’en suis convaincu, ils sauront et j’espère pas au dépend de notre cher pays si affaibli par l’amour des Maliens….

  7. Mais négocier ne veut pas dire absence de jugement (leur jugement ne dépend plus du Mali c’est la CPI qui s’en occupe) si leur poursuite ne fait pas partir des points de négociations le Mali peut négocier même si ce point fait partir le pays peut ne pas accepter ce point.

    • Négocier quoi? Du moments ou ces touaregs sont déjà dans de meilleures conditions que les autres maliens…

      • Bonjour,
        Il est nécessaire de négocier pour que les maliens ensemble définissent le devenir du pays, mais aussi pour que les autres maliens soient dans de bonnes conditions et pouvoir installer un développement équitable.

        Bien cordialement
        Dr ANASSER AG RHISSA
        EXPERT TIC ET GOUVERNANCE

Comments are closed.