Affaire Collège Horizon : Plainte contre MAARIF pour dommage à la propriété, vol…

5

Les dirigeants du Collège Horizon, en présence de leur avocat, Me Demba Traoré, ont animé un point de presse, le mercredi dernier, pour dénoncer le saccage de leurs locaux à Korofina par les dirigeants de la fondation MAARIF, et la décision du Premier ministre de confier les écoles « Collège Horizon » à un comité administratif transitoire. Aussi, les conférenciers ont annoncé que les autorités compétentes ont été saisies pour l’annulation de la décision ministérielle affectant tous les actifs des établissements « Collège Horizon » à MAARIF.

«En effet, il y a eu une table de discutions avec de nombreux intervenants, mais en l’absence des premiers concernés, à savoir nous, les représentants du Collège Horizon. Aujourd’hui, jusqu’à preuve du contraire, tout ce qui concerne le Collège nous appartient… il est dès lors inacceptable qu’on décide, à notre absence, du sort de ce qui nous appartient, étant donné que c’est une entreprise légalement construite et enregistrée au registre de commerce et immobilier de Bamako… », s’indignent les dirigeants du Collège.

En prenant la parole, Me Demba Traoré, a rappelé que le 12 août dernier, le gouvernement malien a signé un protocole d’accord avec une fondation dénommée Fondation MAARIF, qui représentait dans ce protocole le gouvernement turc. « Dans ce protocole, il est mentionné que l’Etat malien a décidé de transférer tous les actifs des établissements « Collège Horizon » à cette fondation MAARIF. Je rappelle que les établissements « Collège Horizon » sont des établissements privés d’enseignement en République du Mali. Ils ont des autorisations de création et d’ouverture. A cet effet, ils ont commencé à travailler en République du Mali conformément à la règlementation en vigueur depuis leurs créations… La dernière autorisation signée par le gouvernement du Mali, les habilitant a fonctionné comme un établissement privé d’enseignement au Mali, date de mars 2017 », a-t-il déclaré.

Subitement, le 12 août dernier, poursuit Me Traoré, le gouvernement a décidé de transférer tous leurs biens (les établissements avec les matérielles) à la Fondation MAARIF. Alors que les biens transférés n’appartiennent ni à l’Etat malien, ni à l’Etat turc. « C’est une association de droit malien qui gère les établissements « Collège Horizon », notamment ceux de Bamako… Ce qui est encore grave, c’est que tous les protocoles ont été pris en l’absence du véritable propriétaire… Et un jour, on envoie des policiers et un huissier pour venir les notifiés, non seulement ce protocole mais aussi les décisions d’abrogation de l’arrêté signé par les ministres et qui les autorisaient à fonctionner comme établissement privé… ».

Par ailleurs, Me Demba Traoré a révélé qu’ils ont porté plainte contre le coordinateur de la fondation MAARIF pour avoir saccager l’établissement de Korofina. « Nous avons déposé la plainte auprès du procureur du tribunal de la commune IV et le procureur a désigné le service d’investigation judicaire de la gendarmerie du camp 1 pour l’enquête. Nous avons déposé également une plainte au niveau du procureur de la commune I, pour violation de domicile, atteinte à la liberté de travail, dommage à la propriété et vol. Parce qu’à Korofina, ils ont volé des ordinateurs et des disques durs… Concernant l’annulation des autorisations d’enseigner qui avaient été données par l’Etat malien, il y a deux catégories. Celle du gouverneur, que nous avons attaqué devant le tribunal administratif de Bamako pour demander leur annulation de cette décision pour que la rentrée des classes soit effective le 9 octobre prochain ». Aussi, a-t-il ajouté, « concernant les arrêtés pris par le ministre, nous avons également saisi la section administrative de la Cour suprême de ces recours là et en annulation et en sursit des décisions. Tous ces recours ont été déposés à partir du lundi dernier et nous attendons la suite… », a affirmé Me Demba.

Mohamed Sylla 

PARTAGER

5 COMMENTAIRES

  1. LE MALI n’est pas la turquie, comment comprendre qu’un dictateur turc peut dictée sa volonté à nos dirigeantssssssssssssssssss

  2. Moi je pense que nos dirigeants africains et particulièrement maliens sont conformes à leur époque l une des solutions à mon avis est de renouveler toute la classe politique qui a gouverné ces deux décennies surtout et cela dans un cadre amiable et social car les nouvelles mentalités qui essayent d émerger ne peuvent nullement être comprises ni acceptées par ceux qui sont aux affaires aujourd hui ma proposition concrète est que la société civile de démarcher tous les hommes politiques y compris le président IBK a se retirer définitivement de la gestion des affaires aussi comme Soumaila Cisse. MODIBO Sidibe. Et autres Recarder les religieux afin que ce pays puisse connaître un vrai départ de développement s ils sont d accord en contrepartie le Mali tout entier s engagé à n engager aucune poursuite contre eux pour les éventuelles erreurs qu ils auraient sinon a mon humble avis aucun changement ne sera possible c était juste une idée que je voulais soumettre a tous les maliens

  3. L’Etat Malien fonctionne comme une Republique bananiere. Ceux qui nous gouvernent ne connaissent meme pas les lois qui regissent la gouvernance, leur departements ou ministeres….Et ce n’est meme pas cache, c’est flagrant devant tout le monde entier…. Grave? non c’est a desesperer…. Devant de telle legerete, on a envie de se mettre une balle dans la tete…

  4. Quelle honte / Nous sommes dans un état voyou. Comment comprendre que des gens sérieux viennent investir chez nous au Mali, et dans un domaine sacré qu’est l’éducation, que pour des raisons inavouées, et une lâcheté flagrante , on se soumet à une volonté d’un dictateur ERDOVAN sans pareil pour détruire tout ce que son ex compagnon et compatriote a crée , et qui a servi d’ambassadeur et de facilitateur pour la Turquie ! L’Afrique du sud et le Nigeria ne leurs ont même pas écouté à plus forte raison courbé l’échine.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here