Affaire du marché d’acquisition des cinq bus du CENOU ; ” Les bus répondent parfaitement aux critères du dossier d’appel d’offres ouvert lancé ” l’adjudicataire dixit

7

La polémique continue autour du marché d’achat de cinq bus neufs destinés au transport des étudiants lancés par le Centre national des œuvres universitaires (CENOU) en fin 2016 pour un montant de 601 millions de FCFA. Accusé par certaines personnes d’avoir livré des bus d’occasion acquis pour le montant misérable de 13 millions de FCFA, le prestataire tient ce grief pour fantaisiste et dénué de tout fondement.   Il soutient avoir acheté chacun des bus à 72 millions de FCFA auxquels s’ajoutent le frais de transport par bateau, les frais portuaires, le dédouanement et d’autres menues dépenses. 

 

Dans notre parution N°4191 du vendredi 10 mars dernier, nous titrions: ” Centre National des Œuvres Universitaire (CENOU) : Remue-ménage  autour d’un marché d’achat de  5 bus à  601 millions de FCFA “. En effet,  c’est en fin 2016 que le marché pour l’acquisition de ces cinq bus a été lancé par avis d’appel d’offre ouvert auquel plusieurs sociétés avaient soumissionné.  L’adjudicataire devait livrer les bus au plus tard le 31 janvier 2017. Et a bénéficié d’une dérogation de dix jours accordée par le ministre de l’Economie et des finances, qu’il n’a pas non plus respecté. C’est seulement la semaine dernière que les bus devraient être réceptionnés mais les révélations de la presse sur les prix et l’état des véhicules ont conduit à surseoir à l’opération.

Le prestataire du marché, Aly Kéïta, qui nous a rendu visite dans nos locaux, s’insurge en faux contre les affirmations relatives aux prix et à la qualité  des bus. Selon lui, les bus ont coûté chacun 110 000 euros soit 72 millions de FCFA, ce qui fait un total de 360 millions de FCFA. Pour le transport, il affirme qu’il  a coûté 34 000 euros, soit 22,5 millions de FCFA, chiffre mentionné  sur le connaissement qui accompagnait les véhicules et qui a été  confondu au prix d’acquisition unitaire desdits véhicules par une source qui a pu se tromper de bonne foi parce que  peu au fait de ce type de transaction. Ali Kéïta précise avoir déboursé 5,5 millions de FCFA comme frais portuaires des bus qui ont transité par Dakar, à raison de 1 100 000 FCFA par bus. A cette somme s’ajoutent une avance sur les droits de douane et des dépenses liées à d’autres procédures administratives en cours. “ Il est impensable qu’on puisse acquérir un bus en France à 4 000 euros, soit  2 millions de FCFA comme cela a été écrit. Je tiens à préciser que ce n’est pas un marché par entente directe, mais un appel d’offre ouvert. Si j’ai obtenu le marché c’est à cause de la qualité de mon dossier  et aussi, je tiens à le préciser, ce n’est pas ma première fois de fournir des bus au CENOU. Donc ceux livrés auparavant avaient sûrement donné satisfaction. Et je ne doute point que les cinq bus répondent aux critères  annoncés dans le dossier d’appel d’offres. J’ai beaucoup d’expérience en matière de fourniture de véhicules. De toutes les façons, le dernier mot revient à la commission indépendante, composée de la Direction générale des marchés publics (DGMP) de la Direction générale de l’administration des biens de l’Etat (DGABE) et du CENOU ” a ajouté notre interlocuteur.

En tout cas, le vendredi dernier, les bus se trouvaient encore dans la cour du Centre universitaire de Kabala où les membres de la commission de déception du marché les avaient inspectés. De même notre équipe de reportage a pu les visiter et se faire une idée sur ces véhicules. Affaire à suivre.                   

  Y. CAMARA

 

 

PARTAGER

7 COMMENTAIRES

  1. Maliweb, vous etes decouvert aujourd’hui. Bande de menteurs. V
    Vous n’avez meme pas honte de mentir a vos lecteurs.

  2. De grâce ne venez pas livrer de vieux bus pour le transport de nos enfants. C’est aussi simple que cela, si vous êtes sûr de ce que vous dites, donnez nous la marque des bus, le type, les coordonnées du concessionnaire auprès de qui vous les aviez achetés et les dates de mise en circulation. A cause de dieu, ayez pitié de ce pays qui a tant fait pour ses enfants, malgré ses maigres moyens. N’avez vous pas d’enfants, de neveux, nièces fréquentant l’université. Vous êtes pire que ces rebelles et autres qui veulent détruire notre pays. Oh ! honte à vous, les maudits.

  3. CAMARA, tu es de quel bord : camara malinké , camara kakolon ou camara founé ? De toute façon , tu es malien . Ayez au moins le courage de dire la vérité . La réalité n’est pas sur ton papier mais sur le terrain et ce qui a été dit dans les autres journaux . Tout le monde sait que les commandes ont étés rejetés sauf toi le vendu et l’indigne journaliste vois le contraire . Dommage pour toi .

  4. “De même notre équipe de reportage a pu les visiter et se faire une idée sur ces véhicules.” ET ALORS? LE VERDICT….?

  5. Franchement Mr le journaliste devrait avoir l’honnete de relater sa version des faits sur la qualite de ces bus. cela aussi est une qualité.
    Merci

  6. Si vous avez inspecté les bus en question, pourquoi vous n’apportez pas un dementi? Vraiment c’est déplorable. Il faut informer au lieu de supputer.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here