Billet:Critère

0
Un visage pétillant comme champagne et la tête pleine de rêves d’un côté, de l’autre côté une mine fermée avec un crâne en ébullition à 100% du désespoir ; voilà le spectacle auquel on assiste à chaque proclamation de résultats. Temps des roses fleuries mais également temps des épines vénéneuses. Temps des épreuves pour faire ses preuves : preuve par le DEF, preuve par le BAC…

Pour ces deux examens, la boucle est belle et bien bouclée. En attendant les résultats du CAP et des BT (1 et 2), l’on se surprend à être toujours surpris par rapport à un fait pourtant désormais habituel : la scène des proclamations qui oscille entre l’immense joie dès uns et les plaintes des autres. Pourtant, c’est le lot de tous les examens. Et sauf erreur – rarissime- à un examen, il suffit d’avoir la moyenne requise pour réussir. Soit passer en classe supérieure, soit boucler son parcours. La moyenne, voilà le seul critère. Ce n’est point le cas pour un concours. Alors félicitations aux admis, quant aux recalés, nous leur disons : bon courage car chacun tient son sort entre ses mains. Reste donc les résultats du CAP et des BT (1 et 2). Cependant avec les examens, les mêmes problèmes se répètent d’année en année : la fraude (réduite cette année), la surveillance dont certains sont exclus au secondaire et surtout le partage du gâteau de la correction pardon le choix des correcteurs. On s’interrogera encore longtemps sur les critères de choix des correcteurs. Certes, quand il y a à boire et à manger, le cercle des élus se restreint… cupidement. Selon nos sources : 90 000 F pour le DEF et 150.000 F pour BAC secondaire et tertiaire par correcteur. De quoi se lécher les mains et se pourlécher les babines ! Plus qu’un bonus annuel, c’est le jackpot ! On se perd en conjectures par rapport aux critères. Là, si ça dure ça ne peut pas continuer et si ça continue, ça ne peut pas durer.

Commentaires via Facebook :

PARTAGER