Bourses d’excellence : Quinze bacheliers en route pour la France

3

Comme dans d’autres domaines, la France et le Mali partagent une histoire et des traditions en matière d’éducation et de formation. La coopération académique se traduit par l’attribution de bourses d’études au profit des meilleurs élèves admis au baccalauréat malien. Les bourses d’excellence pour la France initiées depuis une vingtaine d’années se sont imposées par leur pertinence dans l’agenda académique. Cette année, 15 lycéens ont été admis au concours pour les bourses d’excellence.  Ils ont été reçus mercredi par le ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Mme Assétou Founé Samaké Migan  qui leur a symboliquement remis leurs titres de voyage pour la France. La cérémonie de remise s’est déroulée dans la salle de réunion du département en présence du ministre de l’Education nationale Barthélémy Togo, de la chef du service de coopération de l’ambassade de France, ainsi que  des parents des lauréats. Ces boursiers ont été choisis au terme d’une épreuve écrite à laquelle, 123 candidats  ont participé dont 55 étaient admissibles pour l’oral. Il y a eu des d’applaudissements dans la salle lorsque les lauréats se sont présentés chacun, en mentionnant  leurs  moyennes au baccalauréat (entre  14, 15 et 17) et les filières  d’études qu’ils entendent poursuivre en France. Tous des scientifiques en herbe, ils comptent mener des études dans les domaines des énergies renouvelables, de l’économie du développement, la gestion financière, l’ingénierie informatique, la modélisation architecturale, la pharmacologie des ressources naturelles et autres spécialités. La porte-parole des boursiers Kadiatou Témé, a au nom de ses camarades, salué la transparence et la rigueur qui ont prévalu dans l’organisation de ce concours. « Cette bourse représente une opportunité non seulement  pour nos familles respectives mais aussi  pour le développement socio-économique du Mali », a-t-elle dit. En recevant leurs titres de voyage, les  jeunes cracks se sont engagés à  bien se former et à revenir servir le Mali. Pour eux,  aller étudier en France est un grand privilège, car ce pays est réputé pour la qualité de son système éducatif. Et le Mali entend bien en profiter à travers ce programme La chef du service de coopération de l’ambassade de France qui a nouvellement pris fonction ne pouvait mieux entrer dans ses charges en coïncidant avec cette cérémonie de mise en route des boursiers. Mme Françoise Gianviti pense qu’avec ces génies en herbe, le Mali de demain sera confiant et brillant. Elle a salué l’engagement des bénéficiaires à revenir au bercail,  une foi terminer les études. En les félicitant, le ministre, Mme Assétou Founé Samaké Migan a salué  la détermination des boursiers à réussir et aussi l’appui de leurs familles et des enseignants. Elle a demandé aux jeunes de considérer leur sélection comme une responsabilité. « Vous êtes ce que le Mali a de meilleur », a-t-elle dit, avant de leur demander de faire comme leurs  devanciers qui sont revenus prêter main forte au développement du pays, après avoir terminé leurs études. L. ALMOULOUD

 
PARTAGER

3 COMMENTAIRES

  1. Ha la France. C est le triage. Elle n a besoin que des meilleurs. L Afrique doit se contenter des autres. Et dire encore qui elle contribue au dĂ©veloppement de l Afrique…

    • @Tank.Ca ce n’est pas la faute de la France hein.”Wara minko nkoukatchi, niama tè o la”.La France n’a obligĂ© personne Ă  venir Ă©tudier sur son sol.C’est nos dirigeants mĂŞmes avec la complicitĂ© des parents d’Ă©lèves qui envoient toute la crème de nos Ă©tudiants pour venir construire la France.Pourquoi la France dira non?

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here