Conseil d’administration de l’Eni : Le MESRS appelle les syndicats à surseoir la grève

2 réactions [-] Texte [+] Email Imprimer

Le ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Harouna Kanté, a profité des travaux du conseil d’administration de l’ENI pour appeler les deux grands syndicats de l’enseignement supérieur (Snec et le Snesup) à surseoir à leur mot d’ordre de grève. Pour le ministre, le dialogue est toujours ouvert et il n’est pas facile pour un pays en crise d’augmenter de 35 % les salaires.

 La 1eresession du conseil d’administration de l’Ecole nationale d’ingénieurs Abderhamane Baba Touré (ENI-ABT), tenue hier dans ses locaux, a permis aux administrateurs d’examiner  le rapport annuel d’activités de l’école et les états financiers en fin d’exercice ; de voter le budget prévisionnel de l’année prochaine ; adopter les programmes d’activités ; d’équipement et d’investissement de la structure et de fixer  les modalités d’octroi d’indemnités de primes et d’autres avantages au personnel de l’établissement.

Autre fait marquant de cette session du CA a été un exposé sur l’aperçu historique de l’ENI-ABT. Ainsi, selon les administrateurs, l’ENI-ABT a été créé depuis 1939, sous l’appellation de l’Ecole technique supérieur de Bamako et a connu des nombreuses mutations et appellations. Ces mutations au sein de l’établissement avaient pour but de faire face aux besoins de formation d’adjoints techniques en travaux publics et topographie et de dessinateurs des TP, à l’époque. Et aujourd’hui sa place est incontournable dans la mise en œuvre de la réforme de l’enseignement supérieur.

Pour le directeur Mamadou Diarra, « de la création de l’ENI à nos jours, elle a formé plusieurs cadres pour le continent africain et particulièrement les pays de l’Afrique de l’Ouest. Aujourd’hui, elle reçoit des étudiants de plus d’une dizaine de nationalités en vue de les former à travers les cycles d’ingénieur et technicien supérieur. Et les différents domaines d’intervention sont génie civil, de la géodésie, de l’industrie et des mines ».

Quant au ministre de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique, Harouna Kanté, « c’est une occasion pour moi de lancer un message à l’endroit des leaders des deux syndicats  qui ont suspendu leurs activités pédagogique depuis plus d’un mois. Il s’agit du Syndicat national de l’éducation et de la culture et  le Syndicat national de l’enseignement supérieur. Je leur demande de surseoir le mot d’ordre de grève. Il n’est pas facile pour un pays en crise de faire une augmentation d’une masse salariale de 35 %, mais je pense qu’avec le dialogue nous pouvons tomber d’accord sur un point précis, avant d’exhorté les administrateurs à procéder à une analyse critique des documents soumis afin que sortent de cette session des résolutions pertinentes pour la réussite de la pérennisation des activités de l’école ».

Nabila Ibrahim Sogoba

 
SOURCE:  du   16 nov 2012.    

2 Réactions à Conseil d’administration de l’Eni : Le MESRS appelle les syndicats à surseoir la grève

  1. Tienkafo

    Ce ministre paresseux ne se lasse jamais de répéter ce mensonge. Par rapport à l’enveloppe de rémunération des tâches pédagogiques au niveau de l’enseignement supérieur (salaires, heures supplémentaires, frais d’encadrement) l’état ne fait aucun effort supplémentaire. Au contraire, l’état fait des économies en signant ce protocole. Ce mensonge éhonté cache mal la méchanceté des irresponsables. Le peuple doit se rappeler qu’en augmentant les prix du gaz butane, ces mêmes menteurs avaient dit que malgré ladite augmentation le prix du gaz butane au Mali était le plus bas dans sous-région. Une des associations des consommateurs que je salue ici avait publié les prix pratiqués dans la sous-région lesquels montraient que, même avant l’augmentation, le Mali pratiquait déjà les prix les plus élevés. Cela avait contraint les menteurs à revenir se refugier derrière la crise comme ils le font toujours. En plus, ce menteur peut-il nous dire comment se feront les encadrements ? L’arrêté qui réglementait leur rémunération a été abrogé et le gouvernement refuse de signer le protocole qui les remplace par une indemnité. Le ministre pense t-il que ce statuquo peut être maintenu ? C’est irresponsable de créer des problèmes et de venir mentir au peuple.

  2. Tienkafo

    Ce ministre paresseux ne se lasse jamais de répéter ce mensonge. Par rapport à l’enveloppe de rémunération des tâches pédagogiques au niveau de l’enseignement supérieur (salaires, heures supplémentaires, frais d’encadrement) l’état ne fait aucun effort supplémentaire. En plus, ce menteur peut-il nous dire comment se feront les encadrements ? L’arrêté qui réglementait leur rémunération a été abrogé et le gouvernement refuse de signer le protocole qui les remplace par une indemnité. Le ministre pense t-il que ce statuquo peut être maintenu ? C’est irresponsable de créer des problèmes et de venir mentir au peuple.