Crise sociopolitique : L’école fermée jusqu’à nouvel ordre

2
Les élèves et étudiants lors de la marche de la Copam

Les manifestations aux relents de manipulations politiciennes des scolaires, observées hier dans les rues de la capitale, ont donc amené le gouvernement à fermer momentanément les classes. Il s’agit de mettre les enfants hors d’une situation tumultueuse en attendant le retour du calme.

C’est un communiqué diffusé sur les ondes de l’ORTM qui l’annonce : face à la montée de la tension observée sur le front scolaire dont le point culminant a été atteint hier avec des manifestations qui ont paralysé la capitale pendant presque toute la journée, le gouvernement a décidé de fermer les classes jusqu’à nouvel ordre.

Il s’agit là pour l’Etat de fermer momentanément l’école pour contribuer à une baisse de la tension sociale d’autant plus qu’il est avéré qu’elle est sous manipulation de politiciens fauteurs de troubles. Hier on a pu le constater : un déchainement d’élèves et étudiants contre les forces de l’ordre dans les rues de Bamako. Certains réclamaient la fin de la grève illimitée des enseignants du supérieur, tandis que d’autres, en tandem avec la Copam, exigeaient la tenue des concertations nationales souveraines.

Des fauteurs de trouble n’ont pas manqué d’exploiter ces débrayages à des fins inavouées. Ceux-ci se sont mis à tirer à balles réelles à travers les rues de Bamako, créant un mouvement de panique dans la capitale où beaucoup de services ont dû fermer.

Abdoulaye Diakité  

PARTAGER

2 COMMENTAIRES

  1. Encore des diversions. Des diversions. Et du dilatoire. Des touaregs ont compris qu’il faut prendre les armes pour obtenir des postes juteux, de l’argent, etc. Comme des politiciens et syndicalistes à Bamako ont compris qu’on est récompensé en fonction de son pouvoir de nuisance. On dit qu’il n’est pire ennemi que les ennemis de l’intérieur. Ces COPLAN/SADIQUE/YERENOGOTON me font penser à ces stars de musique ou du cinéma, Charlie Hebdo, Salman Rushdie et autres tueurs en série prêts à tout pour que l’on parle d’eux. L’exercice favori de Satan est de se présenter sous les couleurs du Bien. Ainsi en fut – il de Kaddafi, Sadam Hussein et j’en passe. Nous ne pouvons que compter sur notre armée, surtout que les troupes de la CEDEAO ne viendront pas pour l’éternité au Mali. Mais le représentant actuel de l’armée ‘’le CNDERRIERE’’ n’a rien posé comme acte pour le mériter, à part s’attaquer aux civils désarmés. Si des anarchistes et des traitres de COPLAN/SADIQUE/YERENOGOTON soutenus en sous-main par le CNDERRIERE se moquent éperdument de la libération du Nord et de la tenue des élections, au gouvernement de prendre ses responsabilités EN METTANT AUX ARRETS LES FAUTEURS DE TROUBLES JUSQU’A LA LIBERATION DU NORD ET A LA TENUE DES ELECTIONS. Chieck Modibo Diarra (CMD) n’étant plus là pour servir d’épouvantail, la nouvelle équipe au pouvoir n’a qu’à justifier sa nomination ou démissionner. Tout se passe comme si les bandits armés du Nord (MNLA/ANE SARDINE/AQMI/BOKO HARAM/MUJAO/ANESARU…) et les bandits armés du sud (CNDERRIERE/COPLAN/SADIQUE/YERENOGOTON) s’entendent ET S’EVITENT PRECAUTIEUSEMENT et mettent tout en œuvre pour S’OPPOSER A L’ARRIVEE DE TROUPES INTERNATIONALES. Ayant rêvé hier avec les évènements de KONA que la libération au Nord pointait à l’horizon, voilà qu’immédiatement que COPLAN monte sur ses grands chevaux pour crier, menacer et réclamer sur les antennes la tenue des concertations nationales, condamner l’approbation de la feuille de route par l’Assemblée Nationale. Et comme par hasard, le lendemain, des voyous brûlent des pneus, bloquent la circulation pour exiger la tête de DIONCOUNDA, en définitive, nous divertir de l’essentiel, à savoir la libération du Nord, la préparation et la tenue d’élections libres et transparentes. COMME POUR DIRE QU’ILS SONT LES COMPLICES LOGIQUES DES DJIHADISTES. Comme pour nous dire clairement : CREER L’INSTABILITE A BAMAKO POUR QUE NOUS NE PENSIONS PAS AU FRONT ET AUX ELECTIONS (on peut comprendre qu’IBK et Mariko s’en fichent du Nord Mali, mais qu’un HAMEY DICKO ressortissant du Nord et AMION GUINDO originaire du pays dogon sous occupation se renient à ce point !). CEPENDANT, IL FAUT QUE DJANGO SABATA TRINITA LE SACHE : SON PREDECESSEUR A ETE HONNI PARCE QUE SUR LES DEUX QUESTIONS DE LA LIBERATION DU NORD ET DE LA TENUE DES ELECTIONS, IL N’Y AVAIT AUCUNE AVANCEE.
    ALORS QUE LES MILITAIRES ONT DIT, REDIT QUE CMD N’A RIEN APPORTE A L’ARMEE (bizarrement, ce sont des armes commandées par un ATT honni qui ont été reçues), ALORS QUE NOUS SAVONS TOUS QUE MEME LA CEDEAO DECLARE NE PAS AVOIR LES MOYENS FINANCIERS DE TENIR LA GUERRE. ALORS, QUELLE SOLUTION MIRACLE CES CONCERTATIONS NATIONALES VONT NOUS APPORTER ? ET LA MAJORITE SILENCIEUSE (FDR, COREN et autre société civile) SE TAIT, LAISSE FAIRE, AUCUNE PROTESTATION DE MASSE, JUSTE DES COMMUNIQUES LACONIQUES…
    Donc, espérons alors que de sa virée sous-régionale, DJANGO SABATA TRINITA parviendra simplement à : i) trouver les 200 millions de dollars avec une diplomatie plus efficace pour financer notre guerre ; ii) disposer des 3300 soldats de la CEDEAO, , iii) obtenir les appuis aériens de la CEDEAO, des drones américains, de l’OTAN, des Russes, des Chinois ou des Arabes amis du Mali pour pourchasser les fuyards du désert ; iv) encadrer les brigades d’autodéfense déjà utilisées par le passé avec succès par l’armée malienne, car nous savons que toutes les armées du monde ne pourront pas protéger les villages et villes dégarnis de la ligne de front; v) préparer concomitamment les élections; vi) tenir les élections immédiatement après la libération des 3 capitales régionales du Nord pour qu’enfin; vii) le nouveau gouvernement démocratiquement élu puisse s’atteler à donner de l’emploi aux jeunes du Sud et du Nord surtout, pour qu’ils ne retombent pas dans les activités criminelles du MNLA/AQMI/ANE SARDINE/BOKO HARAM/ANESARU…

Comments are closed.