Détention de certains enseignants : Le (SNEC) demande la libération immédiate et sans condition des camarades détenus

2
Les responsable du SNEC

Maouloud  Ben  KATTRA,  Secrétaire  général du  syndicat national de l’éducation et de la culture était face à la presse le Jeudi 14 Avril à la bourse du travail. L’objectif de cette rencontre était d’informer l’opinion national  et  international  par  rapport à  la détention  illégale  de  leurs  camarades  Abdoulaye  Fotigui  Berthé  et  Soumaila  Berthé.

La  liberté  syndicale  est  reconnue  par la constitution  Malienne, le  droit  à  la  négociation  ainsi reconnue. Aujourd’hui force  est  de  constater que  cette liberté syndicale  est  bafouée  par  certains  promoteurs  d’écoles  privée  particulièrement  celui  de  Doulaye  Baba à  Doumanzana  et  Fraternité de  Kassim   Sidibé.

Au cours de ce point de presse, le secrétaire général du SNEC M.Maouloud Ben Kattra a  évoqué les faits qui s’opposent entre les syndicats et les deux  promoteurs. Selon lui,  la quasi-totalité des enseignants qui travaillent dans le collège Doulaye  Baba sont entre 5 et 22 ans  de carrière et sans aucun contrat écrit  entre lui et ces enseignants.

Les deux promoteurs cités dessus s’opposent  catégoriquement aux enseignants de syndiquer  comme stipule la constitution du 28 février 1992. Le promoteur de l’école privé Doulaye Baba a saisi l’inspection de travail pour le licenciement de trois d’entre eux. Mais malheureusement pour lui, l’inspection a donné un avis défavorable  au licenciement. Après l’échec de la médiation intervenue entre les deux protagonistes. Le promoteur  Bolozogola  a  déposé  plainte  au  commissariat de  la 12èmearrondissement et  ces derniers qui ont mis aux arrêts  M. Abdoulaye  Fotigui  Berthé. Aux  premières heures de cette arrestations  le  comité syndical, le directeur d’académie  de  la rive gauche et son staff, le DCAP et son équipe ont passé plus de deux heures  au commissariat pour ramener le sieur Bolozogola  à la raison ;  choses qui a été une peine perdue par ce que le promoteur de Doulaye  Baba se campe sur sa position d’en  finir avec la liberté syndicale dans son établissement. Par rapport  au promoteur de l’école privée fraternité  M. Kassim  Sidibé, il  a  lui  aussi  mis  aux  arrêts M. Soumaila  Berthé  suite  à  la  visite  de ce dernier chez lui pour s’imprégner  de  la  situation du Syndicat.

  1. Benkattra dira que, le SNEC mettra tout en œuvre pour la libération des camarades détenus à la prison centrale de Bamako. Le SNEC  invite par ailleurs  toutes les organisations de défense des droits de l’homme, les forces politiques, les syndicats, la société civile au Mali, en Afrique et partout dans le monde, à se mobiliser comme un seul homme pour obtenir la libération des camarades détenus et mettre fin aux atteintes graves aux libertés syndicales.

Boubacar  Diam Wagué

PARTAGER

2 COMMENTAIRES

  1. Aucun juge ne peut déferrer un individu ,de surcroit un enseignant pour le simple motif évoqué c a d pour activités syndicales ?Si c’est le cas a l’heure actuelle le pays devait être paralysé pour une gréve illimitée et une poursuite de l’UNTM contre ce juge.C’est incompréhensible ..A T ON LE DROIT DE DÉFÉRER DES GENS SANS JUGEMENT POUR DES MOTIFS SANS FONDEMENTS,??A quoi sert les syndicats alors?

  2. qu’on ait le courage de rendre compte les choses fidèlement aux lecteurs , être membre du syndicat ne veut pas dire qu’on est en position de se comporter comme intouchable , le syndicaliste doit être le meilleur exemple en matière de respect de textes , malheureusement c’est le contraire chez nous , au Mali syndicat = opposition , ils pensent leur mission est de remettre en cause les politiques et stratégies mises en place pour faire fonctionner un pays pour le bien être des maliens, qu’ils se rendent compte t un peu que notre pays souffre et nous devons nous unir pour trouver la meilleure formule et l’appui de tous les fis est le bienvenu.

    SOYONS POSITIFS , nous allons reconstruire ce pays ensemble qu’on change un peu notre façon de faire ,ça ira ” Inchalaw” Merci

Comments are closed.