Dr. Etienne Fakaba Sissoko à propos des faux inscrits à l’Université des sciences juridiques : «Les auteurs et leurs complices sont connus, mais il y a du laxisme»

2
Etienne Faka Sissoko
Etienne Faka Sissoko

Le renvoi de plus de 1000 étudiants frauduleusement inscrits à l’Université des sciences juridiques et politiques de Bamako a inspiré le «Studio Tamani», qui lui en a consacré mercredi dernier un débat dans le cadre de son émission «Grand Dialogue» retransmise sur les antennes de ses radios partenaires.

 

Les fausses inscriptions à l’Université des sciences juridiques et politiques : Qui en sont les responsables ? C’était donc le thème dudit débat qui a réuni autour du plateau Kader Traoré, chargé de la scolarité et de l’orientation au rectorat de ladite université ; Youssouf Coulibaly, professeur, représentant le syndicat ; Dr. Etienne Oumar Fakaba Sissoko, professeur d’université, auteur d’une thèse de doctorat sur «la contribution de l’éducation à la croissance économique en Afrique de l’Ouest : cas du Mali».

 

 

D’entrée de jeu, le représentant du Rectorat a reconnu de sérieuses difficultés dans cette université et la magouille qui entoure les inscriptions et les passages des étudiants à l’issue des examens. Kader Traoré d’expliquer que la nouvelle équipe travaille sur le chantier avec pour objectif de crédibiliser la qualité de l’enseignement dans cet établissement universitaire. «Les enquêtes se poursuivent. Nous avons pu écrouer deux personnes et si d’autres personnes sont impliquées, elles seront traduites devant la justice», a déclaré le chargé de la scolarité et de l’orientation à l’Université des sciences juridiques et politiques.

 

 

Abondant dans le même sens, Youssouf Coulibaly a rappelé que ces fausses inscriptions ont été plusieurs fois dénoncées par le syndicat. Pour lui, il s’agit de pratiques qui entachent la crédibilité de notre école et l’image des professeurs. «Dans une de nos récentes rencontres avec le Recteur de l’université, nous avons attiré l’attention et insisté sur la nécessité de mener une lutte sans relâche contre ces pratiques», a déclaré le représentant du syndicat. Avant d’ajouter qu’aucun militant, coupable de cette fraude, ne peut espérer compter sur le soutien du syndicat.

 

 

Mais, pour Dr. Etienne Oumar Fakaba Sissoko, il faut sortir de la langue de bois. «Le problème, il n’est pas récent. Les auteurs et leurs complices sont connus, mais on est incapable de mener une lutte implacable», tranche l’universitaire. Selon lui, des responsables de classes sont complices au même titre que l’administration de l’université. Comme causes de cette pratique, Dr. Sissoko pointe du doigt la mauvaise gouvernance au niveau de l’école malienne. À cela, explique-t-il, il faut ajouter la malformation des enseignants, qui ne se soucient guère de l’éthique et de la déontologie dans la majeure partie des cas.

 

 

Que faut-il faire pour arrêter donc la pratique ? Relance la présentatrice de l’émission. En réponse à cette interrogation, les invités sont unanimes que le système de gouvernance doit changer et que les professeurs doivent être appelés à plus d’éthique. Pour Dr. Etienne Oumar Fakaba Sissoko, il faut agir, et vite ! Pour lui, l’administration doit prendre ses responsabilités et mettre la main sur les fautifs. Et l’universitaire de plaider pour donner aux étudiants de meilleurs cadres d’apprentissage. Il faut, ajoute-t-il, désengorger les universités, créer des filières porteuses, mettre l’étudiant au travail, renforcer les bibliothèques pour les recherches des étudiants. Cela ne suffit pas, ajoute l’universitaire, pour qui, le réseau mafieux de recrutement des professeurs doit être démasqué. «Il faut assainir les conditions de recrutement des professeurs, mettre l’accent sur des critères de performance, et le diplôme doit rigoureusement vérifier et répondre aux exigences d’un chargé de cours à l’université», préconise Dr. Etienne Oumar Fakaba Sissoko.

N’Piè DIARRA

 

PARTAGER

Comments are closed.