Education de base : Le SYNEB invite ATT à s’investir pour l’école malienne

0
0

Le SYNEB (Syndicat national de l’Education de base) a tenu son Assemblée générale le 14 décembre dernier au Centre islamique d’Hamdallaye. Informer et sensibiliser les membres, tel était le principal objectif de cette AG, qui était présidée par le Secrétaire général du SYNEB, Amadou Coulibaly.

L’enjeu de l’Assemblée générale initiée par le Bureau national étant d’extrême importance, les membres du SYNEB ont fait salle comble au Centre islamique d’Hamdalaye, le mercredi 14 décembre 2011. Le Secrétaire général, Amadou Coulibaly a, tout d’abord, fait le compte rendu des négociations avec le gouvernement, suite au préavis de grève illimitée déposée par le Bureau national en date du 11 novembre 2011.

Selon ses affirmations, sur les 8 points de revendication présentés par le SYNEB, il y a eu un accord total sur la révision de l’arrêté n°3282/MATCL du 11 août 2011, portant modalités  du congé de formation et de mobilité et un accord  partiel sur le payement immédiat des arriérés d’allocations familiales. Sur les 6 autres points, aucun accord n’a été trouvé. Aussi, le Bureau national du SYNEB, après analyse, a  pris acte des propositions faites par la partie gouvernementale, décidé du maintien de son mot d’ordre de grève illimitée, mais reste disposé à reprendre de nouvelles négociations, prévues pour débuter le vendredi 16 décembre 2011.

Enfin, le SYNEB appelle ses structures à restituer l’information à la base et invite toutes les militantes et militants à plus de mobilisation, en vue de l’aboutissement total des points de revendication. Pour conclure, Amadou Coulibaly a soutenu que la grève illimitée était un signal «que nous lançons à l’opinion publique. L’école malienne ne va pas bien et nous ne sommes pas que dans une logique de revendications corporatistes». Pour sa part, le Secrétaire adjoint D. Coulibaly a lancé un appel au Président ATT afin qu’il s’investisse personnellement dans la résolution des problèmes de l’école malienne.

 

Pierre Fo’o Medjo    .  

 


NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.