EDUCATION ET FORMATION DE LA JEUNESSE: CSJ-ATT parraine 135 enfants démunis

0
Si inscrire les enfants à l’école est la chose la plus banale, leurs suivis scolaires peuvent, parfois, constituer, pour les parents, d’énormes difficultés. C’est à ce double défi que le Comité sportif, éducatif et culturel de la jeunesse Amadou Toumani TOURE (CSJ-ATT) entend relever par le parrainage de 135 enfants issus des familles pauvres à travers le six communes du district de Bamako.
 
Dans le cadre du lancement officiel de son projet « éducation pour tous », le Comité sportif, éducatif et culturel de la jeunesse Amadou Toumani TOURE (CSJ-ATT) a procédé dimanche, au Centre international de conférence de Bamako, à la remise des fournitures scolaires d’une valeur de 2,883 millions de FCFA à 135 enfants pauvres issus des six communes du district de Bamako. La cérémonie a été présidée par le ministre de la Promotion de la femme, de l’enfant et de a famille, Mme DIALLO M’Bodji SENE, marraine de l’association. C’était en présence du président du CSJ-ATT, Aguibou BAH, de son secrétaire général, Mamadou SENE. On y notait également la présence de la présidente d’honneur de l’association, Mabo TOURE, ainsi que le président de la commission éducation pour tous, Abdoul Malick MAIGA.
Créé il y a près de deux ans, le CSJ-ATT est une association qui vise à soutenir les actions du Président de la République. Son objectif est de susciter et promouvoir un nouveau type de partenariat à travers la solidarité et l’entraide. Aussi, axe-t-il ses activités sur des actions concrètes proches de l’humanitaire. C’est justement dans le cadre de cette dernière que l’association vient de sélectionner, dans le district de Bamako, plus d’une centaine d’enfants âgés de six ans, au profit desquels elle a décidé de prendre en charge aussi bien leur inscription que leur suivi scolaire. Pour les responsables de l’association, le projet devrait s’étendre sur toute l’étendue du territoire, mais vu l’urgence et certaines contraintes du moment, il s’est finalement concentré à Bamako.
En effet, le projet « éducation pour tous » est un concept qui consiste, selon Abdoul Malick MAIGA, à identifier des enfants en situation de précarité et de les doter du minimum nécessaire pour la construction de leur personnalité future. Aussi, a-t-il salué le courage de ses camarades du CSJ-ATT qui, depuis l’avènement de la prise de la parole par les jeunes au sommet « Afrique-France », tenu dans notre pays en décembre dernier, n’ont cessé de contribuer au renforcement des programmes d’éducation et à la formation de la jeunesse à l’éveil de conscience pour le combat patriotique et démocratique. Il a également saisi l’occasion pour rendre hommage à tous les vaillants enfants du continent qui peinent sur les sentiers tortueux de la réussite au prix, souvent, de leur vie, faisant d’eux des hommes sans patrie. Cela, a-t-il regretté, par faute de projet concerté et/ou par manque de formation patriotique saine. Il s’agit donc, aujourd’hui, pour le Comité sportif, éducatif et culturel de la jeunesse ATT d’aider à la construction de l’avenir de ces enfants qui ignorent encore les vicissitudes qui les guettent et qui ne demandent qu’un peu d’attention afin que sa personnalité soit modelée. Pour ce faire, les préjugés, selon Abdoul MAIGA, ne doivent pas empiéter sur les réalités. Car, en dépit du fossé qui sépare les opinions populaires et la vérité concrète qui découle de l’environnement social, la jeunesse malienne, a-t-il souligné, est plus que jamais en mouvement pour le progrès.
Pour sa part, le ministre de la Promotion de la femme, de l’enfant et de la famille a indiqué que la présente remise de fournitures scolaires destinée aux enfants démunis constitue un geste de solidarité et de générosité à l’égard de cette couche vulnérable. Saluant les efforts de la présidente d’honneur de l’association, Mabo TOURE, pour toutes les actions qu’elle ne cesse de déployer pour la promotion des enfants, la ministre a rappelé la disponibilité de son département à œuvrer aux côtés du Président de la République pour toutes actions en faveur des enfants du Mali. Aussi, a-t-elle souhaité que les matériels ainsi offerts permettent de soulager les familles des bénéficiaires mais surtout à l’amélioration du taux de scolarisation dans notre pays. 

Par Mohamed D. DIAWARA        

PARTAGER