ENI-ABT : Le mot de grève du SNESUP perturbe toujours les activités.

0

A l’école nationale des ingénieurs, la grève qu’observe le SNESUP n’a toujours pas connu une éclaircie. Il faut désormais se le tenir pour dit : le syndicat, à n’en point douter, est déterminé à tirer le bouchon loin. Ce qui, au début, était vu comme passager commence à faire boule de neige…

Le lundi 12 novembre dernier, le secrétaire général du mouvement syndical  a fait afficher une lettre d’encouragement à l’endroit des syndicalistes de ladite école. Dans la lettre,  il les incite à ne pas baisser les bras, car selon lui, l’occurrence de leur lutte conduira à une victoire  certaine. En effet, comme nous l’avons précisé dans nos livraisons précédentes, le SNESUP est engagé dans une lutte qui selon ses militants est à la fois légale et légitime. Une lutte qui, disons le sans hésiter, n’a pas démarré aujourd’hui. Aujourd’hui  nous sommes à un peu plus d’un mois de cessation pédagogique dans toutes les facultés et grande écoles. Les concours, les corrections, et même les inscriptions, ont tous été suspendus jusqu’à nouvel ordre. Nous osons espérez que les deux parties reviendront à de meilleurs sentiments pour éviter à l’enseignement supérieur malien une autre saison d’incertitude…

IDRISSA KANTAO

 

USJPB

Les résultats des réclamations de la FDPRI proclamés ; le problème des 3906 étudiants non inscrits en cours de traitement…

Les résultats des réclamations, à la Faculté de Droit Privé (FDPRI) de l’Université des Sciences Juridiques et Politiques de Bamako, sont apparus le samedi 10 novembre dernier. Aux dires de certains étudiants, que nous avons approchés et qui avaient été lésés dans leur droit, le pourcentage des admis a nettement augmenté par rapport au premier résultat. Quant à la situation des 3 906 étudiants non inscrits, aucune décision n’a pour le moment été prise.

La proclamation en septembre dernier des résultats provisoires, avec un taux de 52, 66% (soit 9 250 étudiants admis sur les 17 563 que compte la FDPRI), avait rendu perplexes certains étudiants qui n’avaient pas hésité à exprimer violemment leur mécontentement. Les résultats des réclamations n’ont pas connu la même fureur. Au contraire, ils ont été accueillis avec beaucoup de joie dans les rangs des étudiants, même si certains d’entre eux estiment toujours avoir été victime d’injustice. En ce qui concerne la situation des 3 906 étudiants non-inscrits, un problème très sensible dont le dénouement risque de susciter de vives controverses de part et d’autre, aucune décision n’a encore été prise. Néanmoins le traitement des dossiers serait en cours et de nombreuses irrégularités auraient d’ores et déjà été découvertes. Après les vérifications, selon une source, tous les étudiants se trouvant dans une situation régulière pourraient s’inscrire tandis que d’autres risquent l’exclusion ou le redoublement selon la nature de leur statut.

SEYDOU KARAMOKO KONÉ

 

ULSH/ FLLSL

Les résultats provisoires attendus avec impatience auprès des étudiants !

Les résultats provisoires des examens à la Faculté des Lettres, Langues et des Sciences du langage ne sont toujours pas apparus et l’impatience des étudiants s’accroit jour après jour. A cela s’ajoute une crainte, celle relative au pourcentage des admis.

Les résultats  provisoires des examens de la Faculté des Lettres, Langues et des Sciences du Langage n’ont jusqu’à présent pas été proclamés. Prévus pour le 07 Novembre dernier, les étudiants venus en grand nombre ont été déçus dans leur attente. Personne parmi eux n’aurait imaginé que le tableau d’affichage resterait vierge. Pourtant plusieurs départements d’études de ladite Faculté  affirment avoir fini les décomptes à l’image du département Lettres. Selon des informations de sources officielles, ce serait au niveau du département des langues que le bas blesse. Les choses, selon les mêmes sources, ne vont pas pour le mieux dans cette filière. Certains professeurs auraient pris en otage les notes des examens et refusent de les donner pour motif de grève illimitée. Approché, le vice-doyen  nous a affirmé que les choses rentreront dans l’ordre avant la fin de la semaine. Après cette longue patience, espérons que ces résultats soient à la hauteur des attentes des étudiants.

TAO IBRAHIM

 

PARTAGER