Enseignement de la paix à l’école : Le Réseau WANEP ouvre le débat

0
0

Décidemment, les derniers évènements du nord de notre pays sont en train de réveiller l’appétit de réflexion des Maliens. Des concertations aux propositions de solutions, on ne manque pas d’initiatives pour faire régner à jamais la paix dans notre pays. Ainsi, le Réseau ouest africain pour l’éducation à la paix et à la non violence (WANEP Mali) a initié, du 22 au 23 février dernier à la Maison de la Femme, une concertation sur le thème «L’éducation à la paix et à la non violence de la jeunesse malienne».

 

L’ouverture de cette rencontre a enregistré la présence dela Présidentedu Conseil d’administration de WANEP Mali, Fatoumata Maïga et de la responsable chargée de la paix  et de l’éducation non violence du Programme régional ouest africain de WANEP, Kesia Onam Bijoue Birch Birah, qui avait fait le déplacement de Dakar pour y prendre part.

Au cours de la concertation, plusieurs thèmes ont débattus, parmi lesquels, «Conflits et violences en milieu scolaire malien: formes, acteurs, manifestations et conséquences sur le Malien de demain», «La situation sécuritaire au Mali: quels impacts sur la jeunesse» et, enfin, «Les programmes jeunesse et éducation à la non violence et à la paix en Afrique de l’Ouest: contenus et leçons apprises».

Pour Mme Kesia Onam, les relations humaines sont émaillées de conflits, notamment en milieu scolaire. A WANEP, l’on est convaincu que l’on doit être capable de surmonter ces conflits pour vivre en communion avec l’ensemble de nos frères. Selon elle, cette rencontre visait donc à inculquer la culture de la paix et de la non violence en milieu scolaire au Mali. A ses dires, élèves comme parents d’élèves et enseignants, chacun a son rôle à jouer dans la recherche de la non violence et pour la valorisation de l’excellence à l’école.

Pourla Présidentedu Conseil d’administration de WANEP Mali, cette rencontre vient à point nommé. Car, selon elle, le Nord de notre pays  fait face à une crise qui est en train de menacer la paix dans le Septentrion malien. C’est pourquoi, elle a fondé beaucoup d’espoir sur les résolutions qui en sont sorties.

Youssouf Diallo

NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.