F.S.J.P:La date des évaluations divise

0
La défunte Faculté des Sciences Juridiques et Economiques et l’actuelle Faculté des Sciences Juridiques et Politiques n’a rien perdu de sa pratique peu orthodoxe. La sortie musclée des étudiants de cette Fac, jeudi dernier, pour dénoncer des problèmes, a permis de solutionner certains, notamment les bourses. Quant à la tenue des examens, la divergence est patente sur la date entre l’administration de ladite Fac et le corps professoral.
            Depuis lundi dernier des étudiants de la Faculté des Sciences Juridiques et Politiques ont commencé à percevoir leurs bourses, suite à leur protestation violente le jeudi dernier. Il faut rappeler que ces bourses ont accusé un retard de 9 mois.
            Par ailleurs, l’administration doit ouvrir d’autres guichets pour éviter des bousculades. Il y a seulement deux guichets pour servir ces milliers d’étudiants.
            Le problème majeur auquel la Fac est confronté maintenant reste la tenue des évaluations, surtout sa date. Sur la question l’administration et le corps professoral, selon certaine source bien informée, ne sont pas sur la même longueur d’onde. Pour l’administration il faut faire les évaluations avant les vacances. Pour cela même, le programme des évaluations est sorti depuis quelques jours. Selon toujours la même source, les cours doivent être suspendus le 30 juillet et le début des examens (première session) est prévu pour le 07 août. Quant aux autres évaluations (grands devoirs, partiels, les questions orales, etc.) les professeurs ont la liberté de les organiser entre le 10 et 29 juillet 2006. Notre source indique que les professeurs qui refuseront de proposer des sujets seront remplacés. La question est de savoir par qui ?
            Le corps professoral n’entend pas de cette oreille, il veut la tenue des examens après les vacances. Mieux, ils veulent dès le 15 juillet (samedi dernier) commencer les vacances. Motif avancé, cela fait longtemps que les professeurs de cette Fac n’ont pas de vacances, digne de ce nom.
            L’inquiétude de l’administration serait sûrement le problème de la session unique si les examens devraient avoir lieu après les vacances. A cela il faut ajouter que la crédibilité et la compétence du doyen sont en jeu.
            Cette première inquiétude légitime du doyen serait vite dissipée, aux dernières nouvelles, par le corps professoral. La source indique que les professeurs seront prêts à faire les deux sessions même après les vacances.
            Dans tous les cas avec ce bras de fer engagé entre deux les entités incontournables pour une bonne évaluation, ce sont les étudiants qui vont encore souffrir. Et cette souffrance a déjà commencé avec l’organisation des cours spéciaux, tenez-vous bien, par des chargés des travaux dirigés (TD) parallèlement à leur cours. Ce système de gain s’érige institution avec la bénédiction pacifique et passive des autorités en charge des Facultés.
A suivre
Ahmadou MAIGA

Commentaires via Facebook :

PARTAGER