Fin des travaux de rénovation des résidences universitaires : Le gouvernement tient sa promesse… D’autres revendications en attente

0
0

Le gouvernement malien avait décidé de fermer l’université de Bamako afin d’assainir le climat pollué. L’assainissement du secteur de l’enseignement supérieur nécessitait de nombreuses mesures parmi lesquelles la sécurisation des campus. Les résidences universitaires ont ainsi été rétrocédées au Centre National des Œuvres Universitaires pour une meilleure gestion. Alors, il a été procédé à la rénovation de ces espaces dont les travaux ont actuellement pris fin. Il ne reste maintenant que leur attribution aux étudiants. Si cette rénovation des campus peut être perçue comme une promesse tenue de la part du gouvernement, force est de rappeler que d’autres revendications sont encore en stand by en ce qui concerne cette initiative.

Les résidences universitaires ont changé de façade après la rénovation des dortoirs qui a été l’une des raisons ayant conduit le gouvernement à fermer l’université en 2011.


Cette rénovation a été possible grâce à la rétrocession de l’espace par l’AEEM au CENOU.
Le rêve de rendre le cadre beaucoup plus convivial  et sécurisé afin de freiner la gestion anarchique n’est plus d’actualité car les autorités viennent de tenir cette promesse à l’organisation estudiantine dont certains membres étaient opposés à cette idée.


Si auparavant les étudiants étaient  assujettis à des problèmes relatifs au mode de payement et à l’attribution des chambres desdits locaux, exposés aux différents maux tels que la vétusté des bâtiments, des branchements anarchiques, l’insalubrité et la violence qui caractérisaient ces espaces, aujourd’hui ces mêmes résidences sont  devenues  des espaces modernes répondant au besoin de bon fonctionnement de notre université. Si cette rénovation des campus peut être perçue comme une promesse tenue de la part du gouvernement, force est de rappeler que d’autres revendications sont encore en stand by en ce qui concerne cette initiative. Il s’agit notamment des mesures d’accompagnement et les nouvelles  actions à prendre  par le département en charge de ces résidences (CENOU) dont la sécurisation des portes d’entrée et de sortie, l’installation des postes de surveillance au niveau de chaque porte d’entrée et de sortie, et aussi des campagnes de sensibilisation en direction des résidents. A ces mesures, s’ajoutent d’autres revendications telles que l’instauration d’une gestion collective des résidences, l’application conforme des protocoles d’accord, la mise en place d’un système de restauration  de qualité à coût modéré…pour ne citer que celles-ci.
TAO IBRAHIM

NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.