Forum interuniversitaire samedi prochain à Bamako : ONU-FEMMES implique les universités africaines dans la promotion de l’égalité genre

0

Notre capitale abritera, le samedi 17 novembre prochain, au Pôle universitaire Amadou Hampaté Ba, un forum interuniversitaire sous l’égide de ONU-FEMMES sur le thème ” Forum universitaire ouest africain sur l’égalité genre “. L’objectif visé par ce forum, qui va regrouper environ 250 participants, est d’impliquer le milieu universitaire dans le dialogue sur cette problématique, pour une contribution de qualité de l’Afrique à la 5ème conférence mondiale prévue en 2015.

 Impliquer le monde universitaire africain, à travers les centres de recherche, institutions académiques et universitaires aux côtés des  organisations de la société civile, des jeunes, des organisations féminines et des médias, pour un dialogue sur la thématique de l’égalité genre “. Telle est la démarche innovante et intéressante à mettre à l’actif de  la nouvelle structure des Nations Unies, ONU-FEMMES (entité des Nations Unies pour l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes).

Celle-ci à travers ce forum, veut faire se parler des mondes qui trop souvent en Afrique ne se pratiquent pas, s’ils ne s’ignorent totalement bien que chacune concerné par des sujets communs. L’initiative s’inscrit dans une volonté d’offrir à l’Afrique de l’Ouest l’opportunité d’une participation de qualité et inclusive au dialogue qui est lancé par ONU-FEMMES à travers la série appelée ” The platform ” (la Plate-forme), dont la vocation est de capitaliser les avancées les plus marquantes accomplies à ce jour dans notre sous-région, les solutions alternatives et les projections en matière d’égalité genre. Il s’agit, ce faisant, de participer à la formation du patrimoine intellectuel qui servira de base aux défis que l’humanité se fixera pour les 15 ou 20 prochaines années, après 2015.

Des progrès timides et inégaux

L’approche adoptée se fonde sur le constat que depuis l’adoption de la plate forme d’action de Beijing en 1995 lors de la 4ème conférence mondiale  sur les femmes, les progrès dans la lutte contre les inégalités et la discrimination à l’endroit des femmes ont été inégaux d’une région à l’autre à travers le monde. Les différentes évaluations ont permis d’établir des déséquilibres dans les progrès en matière de droits des femmes et notamment de l’égalité genre. Ces évaluations, faites successivement en 2000 (Beijing +5), en 2005 (Beijing + 10) et enfin en 2010 (Beijing + 15), ont permis de faire le constat de ces déséquilibres et de cette lenteur dans les progrès.

A cet égard, 2015 est un horizon symbolique de grande importance. C’est à ce moment là que devrait se tenir, la 5ème conférence mondiale sur la situation des femmes, c’est-à-dire 20 ans après Beijing, ce qui constitue un intervalle de temps d’observation conséquent, et une nouvelle opportunité d’évaluation de la situation sur l’égalité des sexes et de relance de l’agenda des femmes. Mais 2015, c’est aussi la date d’échéance des Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD). Ce qui constituerait une opportunité, voire une nécessité, de revue des performances accomplies dans l’atteinte des objectifs fixés dans les huit plus importants domaines de préoccupation de l’humanité  et aussi une chance pour la définition de nouvelles cibles prioritaires.

Une démarche novatrice adaptée  au contexte local

Dans notre sous-région, il a été constaté que bien que des progrès aient été réalisés en matière d’égalité des sexes et d’autonomisation des femmes, beaucoup reste à faire, notamment dans l’application effective de la législation quand elle existe. Face au constat de l’insuffisance des mesures inscrites dans le  dispositif législatif ou incitatif, un effort est requis pour l’identification de méthodes et approches novatrices fondées sur les spécificités du contexte local.

ONU-FEMMES a ainsi initié un partenariat avec une quarantaine d’universités dans seize pays de la sous-région pour, dans le cadre de la plate-forme,  générer des discussions innovantes et  scientifiques sur les progrès réalisés et les difficultés éprouvées en Afrique de l’Ouest en terme d’égalité entre les sexes et de droits des femmes, afin d’informer et d’influencer qualitativement la 5ème conférence des Nations Unies sur les femmes, la revue des OMD, les discussions sur l’agenda du développement post-2015. Environ 250 participants sont attendus au forum universitaire national du Mali sur l’égalité du genre, qui s’ouvrira le samedi 17 novembre 2012 pour toute une journée de travaux. Ce sera dans la salle multifonctionnelle du Pôle Universitaire Amadou Hampaté Ba. Aux côtés de l’Institut des Hautes Etudes en Management (IHEM), participeront à ce premier forum interuniversitaire les représentants et étudiants d’une dizaine d’instituts et d’universités du pays, dont l’Université de Bamako. Des représentants de la société civile et des médias y prendront également part.

Trois thèmes majeurs seront au centre des échanges durant le forum de Bamako : ” Femmes, représentativité politique, gouvernance et les mécanismes de promotion des femmes ” ; “ Femmes, pauvreté et autonomisation économique “; ” Violence contre les femmes et les droits humains des femmes (y compris le VIH / SIDA) “.

 

Youssouf CAMARA

PARTAGER