FRAUDE ET CORRUPTION EN MILIEU SCOLAIRE : Le MIRIA tire sur la sonnette d'alarme

0


A quelques jours de la rentrée scolaire, le Mouvement pour l’Indépendance, la Renaissance et l’Intégration Africaine – MIRIA – du Pr. Mohamed Lamine Traoré se montre très préoccupé par la situation scolaire et universitaire. Il invite les acteurs de l’école à s’investir davantage pour sa bonne marche en luttant contre la fraude et la corruption en milieu scolaire. Tout en préservant les acquis qui ne devraient pas faire oublier aux uns et autres la persistance de certains problèmes liés à l’Education.

Dans une déclaration déposée à notre rédaction et signée de son secrétaire à la communication et à l’information, Abdoulaye Modibo Maïga, le MIRIA ( parti du ministre de l’Education ) lance un appel pressant aux acteurs de l’école, en vue de consolider les acquis. Il s’agit notamment de la "résolution de la question scolaire et universitaire en général et l’éradication du phénomène de marchandisation de l’éducation dans les mœurs des établissements d’enseignement". Pour le parti de l’étoile rouge, l’instauration d’un climat apaisé au sein de l’école ne doit pas faire oublier aux uns et autres la persistance de certains problèmes, dont chaque année, le degré de résolution détermine la qualité de la rentrée et de l’année scolaire.

Au nombre de ceux-ci, on retient l’existence des poches d’obscurantisme ( la faiblesse du taux d’alphabétisation des adultes en général et de la femme en particulier ) l’amélioration du statut et des conditions de travail du personnel enseignant, l’insuffisance des structures d’accueil dans tous les ordres d’enseignement, l’insuffisance du personnel enseignant et administratif dans les structures. S’y ajoutent un manque criard de bibliothèques actualisées, l’insuffisance d’équipements de laboratoire, de matériels informatiques et de technologie de l’information et de la communication.

"La fraude et la corruption en milieu scolaire, toutes choses qui constituent un danger pour l’essor de l’école malienne, détruisent les efforts consentis et l’espoir de développement" relève -t-on dans la déclaration du MIRIA.

Cette formation politique estime que la mise en œuvre de la décentralisation au niveau de l’école doit être poursuivie et permettre aux différents organes des collectivités de générer des ressources complémentaires pour l’école.

Enfin, le parti du ministre de l’Education nationale souhaite que tout le monde œuvre pour la bonne marche de l’école malienne afin que "notre pays soit au rendez – vous de l’intégration sous-régionale et de la mondialisation qui ne laissent aucune place à la médiocrité".

Il est à noter que des efforts véritables ont été fournis par le ministre – philosophe pour faire de l’école un lieu convivial où l’on vient apprendre.
Depuis l’année dernière, il se bat pour la professionnalisation de l’Education à travers le recrutement des vrais enseignants, la construction des classes et amphithéâtres dans les différentes Facultés de l’Université de Bamako, la distribution des bourses d’études pour les plus méritants.
Le tout couronné par la mise en route du PRODEC, rénové qui réserve une place de choix à l’amélioration des conditions de vie et de travail des enseignants.

Animé par un souci d’équité et du principe l’homme qu’il faut à la place qu’il faut, le ministre de l’Education a organisé des concours pour la nomination des directeurs des centres d’animation pédagogique, les proviseurs des lycées et les directeurs des établissements d’enseignement secondaire technique et professionnel.

Cette démarche conforme aux textes de l’Education a provoqué l’ire de plusieurs responsables du département qui accusent le ministre Mamadou Lamine Traoré de parti pris. S’il était animé d’une telle volonté, il n’organiserait pas ces concours et nommerait qu’il veut aux différents postes de responsabilité.
A César ce qui est à César, depuis sa venue à la tête de l’Education, il n’a cessé de combattre la fraude à la source.

A tel point que ces dernières années, les faux et vrais sujets qui circulaient se font rares à l’approche des différents examens.
Cette année des professeurs qui avaient concocté un plan de fraude avec des candidats ont été arrêtés et jugés. Une première dans les annales l’ère démocratique.

Chahana TAKIOU

Commentaires via Facebook :

PARTAGER