Grève des enseignants : Le Mouvement « Trop c’est Trop » propose de repousser les examens jusqu’à fin août

0

Ce mouvement composé des jeunes citoyens engagés, issus de diverses organisations de la société civile malienne a été créé le 14 juillet 2016 pour soutenir la jeunesse de Gao, après la manifestation sanglante survenue le 12 juillet 2016 dans cette ville

Conformément à son objectif de la défense du peuple malien en cas de violation ou privation de leurs droits, les militants du mouvement Trop c’est Trop ont entamé beaucoup de démarches pour trouver une issue favorable à l’épidémie de grèves dans les secteurs de la santé et de l’éducation. C’était à travers des conférences de presse et des sit-in devant la Bourse du travail.

En effet, après plusieurs jours de mobilisation devant la Bourse du Travail, le Mouvement « Trop c’est Trop », issu de différentes organisations de la société civile observe une période de trêve, mais reste toujours vigilant. Pour faire le point de ces quelques de ces sit-in, les responsables du mouvement « Trop c’est Trop », ont animé une conférence de presse, le lundi dernier, à la Maison des Jeunes de Bamako. Lors de ce point de presse, le porte-parole du mouvement, Amara Sidibé, a déclaré que la mobilisation continuera aussi longtemps que nécessaire, pour appeler nos dirigeants à faire face à leurs engagements. C’est ainsi que face aux épidémies de grèves des agents du secteur de la santé et des enseignants, le Mouvement « Trop c’est Trop »,, sont sortis pour réclamer les droits constitutionnels à l’éducation et à la santé, conformément à l’article 17 de la Constitution du 25 février 1992. C’est pourquoi, ils ont organisé des sit-in quotidiens devant la Bourse du Travail pour demander au gouvernement de renouer le dialogue avec les grévistes, afin de trouver une solution rapide aux différentes revendications et mettre fin aux souffrances de la population.

Le mouvement observe un sit-in continu depuis dix-sept jours, pour que le gouvernement et les syndicats du secteur de la santé puissent trouver un accord sur les différents points de revendication. « Durant la période de ces sit-in, les forces de l’ordre nous ont empêchés de faire entendre notre voix, contrairement à la liberté d’expression garantie par les textes, sans que nous puissions savoir l’origine des ordres qu’elles avaient reçu », a dénoncé le porte parole du Mouvement « Trop c’est Trop ».

« Lorsqu’il y a eu l’accord, nous nous sommes rendus dans les hôpitaux pour discuter avec les syndicats et l’administration, pour leur demander de faire leur travail dans les normes et d’assurer la prise en charge sanitaire du peuple malien dans les conditions satisfaisantes. Nous leur avons expliqué notre détermination à veiller sur ces points. Le mouvement propose notamment que les responsabilités soient situées, afin de ne plus revivre cette situation dans notre pays » a expliqué M.Sidibé, avant d’ajouter que « Nous avons poursuivi les visites dans les hôpitaux pendant une semaine et entrepris une autre semaine de sit-in pour réclamer le retour des enseignants dans les classes. Ce qui est advenu au niveau primaire et secondaire, après un accord entre le gouvernement et les syndicats de l’éducation signataires du 15 octobre 2016 ». Cependant les enseignants du supérieur restent toujours en grève et la reprise n’est pas effective dans le nord du pays depuis la rentrée, ce qui est inacceptable ! ».

Par rapport à l’examen de fin d’année, le mouvement propose aux autorités que ces examens au niveau primaire, secondaires soient repoussés jusqu’à fin août afin de rattraper les cours et mettre les élèves du public et privé au même niveau, car ces examens portent sur le même programme. Le mouvement continuera à être vigilant sur les grandes questions de la nation, notamment, sur l’insécurité croissante, l’augmentation des prix des produits de première nécessité et la cherté de la vie, ont-ils conclu.

AMTouré

PARTAGER

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here