IPR-IFRA Annexe de Bamako Sevré de laboratoires: Un autre échec de Ginette Bellegarde

0

Créé en 1965 par le gouvernement de la République du Mali, l’Institut Polytechnique Rural de Formation et de Recherche Appliquée IPR/IFRA est l’une des plus anciennes Institutions de formation des agents du développement rural de la sous région ouest africaine. Cette école qui a formé et qui continue de former les ingénieurs et techniciens supérieurs dans les domaines de l’Agriculture, les eaux et forêt, l’élevage est en passe de perdre sa notoriété d’entant. Vu de la qualité dégradante de l’enseignement dispensé. Et pour cause ? Les laboratoires sont sous-équipés ou presque inexistants dans cette école notamment à l’IPR/IFRA Annexe de Bamako.

Le constat, nous l’avons fait lors d’une visite dans les locaux de l’IPR/IFRA Annexe de Bamako. L’Institut ne dispose d’aucun laboratoire fonctionnel en son sein.

Dans les trois laboratoires qui n’existent que sur titre au niveau de l’IPR Annexe, il n’existe aucun équipement adéquat pour assurer la formation des jeunes étudiants. Tenez vous bien ! Dans le laboratoire de parasitologie il n’existe que deux microscopes inutilisables et quelques éprouvettes. Quant au laboratoire de microbiologie et le Bloc de chirurgie, il n’existe aucun équipement pour permettre aux jeunes ingénieurs en herbe de passer de la théorie à la pratique.

Cette situation, selon les enseignants, porte un préjudice à la formation des étudiants dans cette école.

«Malgré notre engagement, et surtout la détermination de notre Directeur Général, M. Fafré Samaké, nous sommes confrontés à ce problème d’équipements de nos labos», nous ont confié des professeurs sur place.

Et d’autres de poursuivre, «certains parmi nous sont obligés d’amener du matériel d’ailleurs pour pouvoir dispenser correctement et dans le strict minimum de conditions et cela pour permettre aux étudiants de mieux comprendre les modules enseignés»

A coté de ce manque criard d’équipements au niveau des laboratoires, se dressent d’autres difficultés comme le manque de documentation et la connexion sur Internet. Il est impensable qu’un Etablissement comme l’IPR ne puisse pas être doté de matériels informatiques de pointe et connecté sur la toile mondiale. Un outil essentiel dans la recherche en ce 21ème siècle.

Même à Katibougou, on nous signale ces problèmes. Si les laboratoires sont plus équipés par rapport à ceux de l’Annexe ici à Bamako, grâce au partenariat avec l’étranger, par contre à Katibougou on ne dispose pas de connexion Internet stable.

Silence responsable du Département de Tutelle
Malgré les efforts fournis ça et là dans le cadre de l’éducation, le gouvernement et particulièrement le Département de Tutelle c’est-à-dire le Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique que dirige Mme Siby Ginette Bellegarde ne fait rien pour apporter une solution à ce problème. Une attitude qui est totalement en déphasage avec les velléités politiques des autorités à faire du Mali une puissance agricole. L’école, depuis sa création y a contribué à former beaucoup d’ingénieurs qui font la fierté dans le domaine de l’agriculture et de l’élevage.  

Même si le coût des équipements est extrêmement élevé, le silence des autorités ne saurait s’expliquer quand on sait que le Mali est un pays à vocation agro-pastorale dont l’économie est essentiellement tirée par le secteur primaire et le secteur tertiaire avec respectivement des taux de croissance de 11,5%  et de 4,5% en 2010. A cet égard, il est établi que le Mali ne peut prétendre à un développement durable sans l’agriculture et l’élevage.

La question qu’on se pose est de savoir : pourquoi cette indifférence à l’égard de cet Institut qui forme les ingénieurs dans notre pays ?

Avec les nouveaux dispositifs de l’Ordonnance N°10-027/P-RM du 04 août 2010 qui confère à l’IPR/IFRA, un statut d’établissement public à caractère scientifique et technologique, les besoins en équipements de plus en plus croissants sont plus que jamais une nécessité pour permettre à l’école de jouer pleinement sa mission.

Une mission clairement identifiée dans l’article 2 de l’Ordonnance N°10-027/P-RM du 04 août 2010 à savoir la formation universitaire, post-universitaire et continue des cadres en matières de : foresterie, d’halieutique, d’agroforesterie, des sciences du sol, d’agroéconomie, de génie rural, de médecine vétérinaire, de zootechnie et de vulgarisation agricole. Aussi elle assure la formation des communautés rurales; le perfectionnement d’auditeurs maliens et étrangers; la recherche scientifique et technologique; le développement et la diffusion des connaissances et savoir-faire et enfin la réalisation d’expertises et d’activités de production.

Pour donner toutes les chances à cette école de relever le défi de la formation des ingénieurs et techniciens supérieurs dans les différents domaines qui constituent le socle du développement du Mali, les plus hautes autorités et singulièrement le Département de tutelle doivent s’impliquer et ne plus lésiner sur les moyens pour doter les laboratoires de l’IPR/IFRA en équipements adéquats.
Daouda T. KONATE

PARTAGER