Le réveil de l’école malienne

0

 

Après six mois d’absence, l’université de Bamako scindée en quatre universités décident enfin d’ouvrir ses portes fermées  depuis fin juillet dernier. C’est qui  a été déclaré par les recteurs des Universités lors d’une conférence de presse animée le vendredi 17 novembre 2011, dans la salle de réunion du Rectorat de Badalabougou. Un Ouf de soulagement déjà pour les 28056 nouveaux bacheliers du Mali dès le lundi 28 novembre 2011.

Le vendredi 17 novembre 2011 courant, les recteurs des différentes universités ont animé une conférence de presse qui a eu lieu dans la salle de réunion du Rectorat de Badalabougou. La conférence avait pour thème : une rentrée universitaire 2011-2012,  et qui avait notée la présence du Conseil Technique représentant Madame la Ministre des enseignements supérieur et de la recherche scientifique, M. Mamadou Maré, le Directeur National des œuvres Universitaire Mamadou Drissa Coulibaly,  les recteurs des universités de Bamako, il s’agit de : Bani Touré, Adama  Keita,  Salif Berthé et Madame Djénéba Traoré recteur des lettres , de sciences humaines, et le recteur de l’université de Ségou M. Abdoulaye Traoré. Après les mots de bienvenus du représentant de Madame la ministre, qui a situé la conférence dans le cadre d’échange, Madame la recteur Djénèba Traoré  au nom de ses collègues recteurs a présenté un canevas de travail, de ce qui a été fait et de ce qui reste à faire pour bonne réussite de la  rentrée universitaire 2011-2012. Il ressort sa représentation,  l’ex université de Bamako  depuis sa création en 1996, est   confrontée à des multiples problèmes qui sont entre autres : le nombre croissance d’étudiants, nombre insuffisance d’enseignants, des problèmes  liés à la violence  à l’éthique à la déontologie et la à la discipline, manque de locaux d’accueil, la liste est énorme. Ainsi  les premiers responsables avec le concours des experts ont scindé pour offrir l’enseignement de qualité, l’autonomie à des universités. Après  six mois d’absence les recteurs   des 4 universités (il s’agit de : l’université des sciences Technique et de Technologie,   qui regroupe à son sein trois facultés et  une institut, l’université des  science sociales et de gestion, l’université des lettres science humaine et l’université de science juridique et politique qui engendre deux  facultés) se sont donnés une feuille de route comportant six point cruciaux. Qui sont entre autres  de donner à  chaque étudiants un numéro d’immatriculation,  les repartir des ces différentes universités, dialoguer et session de travail avec les responsables administratifs des structures universitaires, démarrage des inscriptions. Les nouveaux bacheliers  peuvent s’inscrire dès le lundi 28 novembre 2011.

Pour terminer Madame le recteur Djeneba Traoré   a lancé un appel   à l’égard des acteurs politiques,  enseignants, étudiants  parents et partenaire d’impliquer davantage pour la redynamisation de ces différents changements, enfin que notre enseignement Supérieur de la recherche scientifique  soit un exemple et qui répond  développement de notre pays.

Quant au recteur de  Ségou Abdoulaye Traoré, il a  aussi présenté les actions   entreprises pour rentrée l’universitaire 2011-2012. Une chaine d’atelier de travail a été realisé pour donner la naissance  à l’Agronomie, Pharmacie  Animal (FAMA) avec trois filières de formation. Dont l’ouverture est prévu le 05 Décembre, c’est-à-dire l’université de Ségou verra le jour en Décembre. Pour offrir le professionnalisme et  la qualité, déposer se dossiers  au rectorat de l’université de Ségou ne donne pas directement l’accès, il y’a bien attendu des conditions.

Les conférenciers ont répondu avec satisfactions aux différentes questions des confrères, qui sont entre autres, les problèmes de bourse des étudiants, comment travailler avec le corps enseignant qui  se plait  de ce l’université de Bamako soit scindé.  Et la date  exacte de la  rentrée.

Ce qui  concerne les  bourses des étudiants, le Directeur National  des œuvre universitaire, le Colonel Mamadou Drissa Coulibaly à répondu que  les parmi les 28056 nouveaux bacheliers, c’est 27426 qui pourront toucher  à la bourse mais précise qu’ils soient inscris dans une de ces universités. Le tout  ayant été établi donc ne  pas de crainte. Il déclare que désormais  c’est les étudiants qui ouvriront leur compte bancaire s’ils tiennent à la bourse et au trousseau. Il ajoute que le banditisme fait dans le monde universitaire sera éradiqué mais cela demande de temps car il faut être bien organisé et équiper.

Pourquoi des conditions d’accessibilité dans certaines filières de formation à Ségou. Le recteur Abdoulaye clarifie : « c’est pour offrir la qualité et le professionnalisme, à savoir que tout n’était pas rose avec  l’université de Bamako ». Pour ce fait, il a fait appel à ceux de la diaspora, quant aux locaux, c’est en voix. IL faut rappeler que seuls les nouveaux bacheliers ont le payement d’inscription, les anciens ont juste besoin d’actualiser.

Bon courage et bon vent aux recteurs.

 

Amagono saye

 

PARTAGER